Prise de poids : les principales causes

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 19/04/2010
Relu par le comité de rédaction

De multiples raisons, plus ou moins connues, peuvent expliquer le fait que vous prenez de l'embonpoint. Voici les motifs les plus courants.

La prise de poids survient quand nous consommons plus de calories que nous ne pouvons en brûler. En somme, si vous brûlez autant d'énergie que vous en mangez chaque jour, le corps n'a plus de calories pour stocker dans les cellules graisseuses, et le poids reste le même. Si vous faites entrer plus d'énergie dans votre corps que vous n'en faites sortir, vous finissez par ajouter des calories aux réserves de graisses et par grossir.

Mais cette sagesse alimentaire conventionnelle n'est pas toujours vraie. Si vous vous êtes déjà plaints de grossir sans raison apparente, sachez que cette prise de poids sans raison peut aussi être causée par plusieurs autres origines dont nous allons détailler maintenant.


RegimesMaigrir.com vous liste les principales causes d'une prise de poids :

1) Alimentation déséquilibrée, mauvaises habitudes alimentaires et surconsommation

Il s'agit de l'explication la plus évidente pour beaucoup de personnes qui ont grossi. La composition d'une alimentation, la manière de s'alimenter et la quantité consommée influence beaucoup les variations de poids.

Ainsi, dévorer des aliments malsains, avoir l'habitude de grignoter entre les repas ou manger ses émotions, trop vous gaver à chaque repas (même quand l'on est déjà rassasié) sans aucune concentration font indéniablement prendre du poids. Par surconsommation, nous voulons dire le fait de trop manger et de dépasser ainsi vos besoins en calories par jour.

A l'inverse, consommer des aliments sains dans le cadre d'une alimentation équilibrée, prendre les repas à table à l'heure fixe, manger avec conscience les plats (loin de la TV par exemple) en s'arrêtant de consommer avant d'être rassasiés font reculer grandement les risques d'une prise de poids rapide.


2) Manque d'activité physique, sédentarité

Faire de l'exercice (entraînement cardio, musculation, etc.) ou toute activité physique (passer l'aspirateur, faire du jardinage, laver les vitres, etc.) fait brûler des calories, et aide donc à diminuer le risque de stockage calorique dans l'organisme. Moins il y a d'activités physiques et moins il y a de calories brûlées.

L'un des problèmes de santé posés par la société moderne est la sédentarité. Or une sédentarité prolongée, mélangée à une alimentation déséquilibrée par exemple, provoque aisément la prise de poids. La généralisation du travail sédentaire dans un bureau (devant un ordinateur ou pas), la sur-utilisation de la voiture, le manque de temps consacré à faire du sport, le trop grand nombre de soirées passées sur le canapé devant la TV avant d'aller dormir, etc. n'aident en rien à nous rendre moins sédentaires.


3) Style de vie non sain

De petits changements dans la manière dont une personne vit ainsi que d'autres éléments de sa vie quotidienne peuvent expliquer un gain de poids :


4) Rétention d'eau

La plupart des femmes sont familières avec le ballonnement qui peut survenir à l'approche des cycles menstruels, mais d'autres motifs plus graves peuvent provoquer la rétention d'eau (comme des maladies du rein ou du cœur) qui fait prendre du poids. En cas de rétention d'eau, il est conseillé de consulter un médecin pour ausculter ses raisons.


5) Médicaments

Certains types de médicaments comme les anti-dépresseurs ou les tranquillisants peuvent déclencher la prise de poids en diminuant le métabolisme basal. Dans la mesure du possible, il faut essayer d'éviter ces médicaments.

En outre, la prise prolongée de cortisone peut faire prendre de l'embonpoint. La cortisone accroît l'appétit et ralentit l'élimination du sel. Adapter l'alimentation à une prise de cortisone est envisageable pour minimiser les effets induits sur le poids.

La thérapie de remplacement d'hormones et les contraceptifs oraux contenant de l'œstrogène peuvent occasionner la rétention d'eau et l'augmentation de l'appétit. D'autres médicaments pouvant susciter la surcharge pondérale sont les médicaments aux stéroïdes (comme les stéroïdes nasaux contre l'asthme, les anti-inflammatoires contre l'arthrite, etc.), les médicaments anti-inflammatoires non-stéroïdaux, les traitements anti reflux gastro-œsophagien (RGO), certaines médications anti-diabétiques.

Toutefois, gardez en tête que tous les médicaments contre le diabète ne font pas prendre du poids. Certains médicaments comme le Victoza ou le Symlin peuvent au contraire faire perdre du poids.


6) Grossesse

Naturellement, les femmes subissent une prise de poids lors de chaque grossesse, démarrant peu à peu après l'ovulation. Pendant les 9 mois de chaque grossesse, de toutes petites cellules appelées pré-adipocytes sont transformés en adipocytes (cellules présentes dans les tissus adipeux, spécialisées dans le stockage de la graisse).

Le problème est que le nombre d'adipocytes ne diminue quasiment jamais (sauf avec une liposuccion). C'est pourquoi les femmes qui ont connu plusieurs grossesses dans leur vie accumulent des kilos (après chaque grossesse) en faisant croître leur nombre d'adipocytes. Gardez en tête également que la transformation des pré-adipocytes en adipocytes survient également quand vous mangez trop.


7) Âge

Vers la cinquantaine, les femmes connaissent la ménopause. Leur activité ovarienne diminue de même que la production des hormones œstrogènes. Les femmes ménopausées ont tendance à perdre des hanches et des cuisses tout en prenant du poids au niveau abdominal. C'est à cause de l'œstrogène qui favorise les dépôts de graisse dans le bas du corps. Quand les femmes ont moins d'œstrogènes, la graisse a plus de chance de se déposer au niveau abdominal.

En prenant de l'âge, les hommes comme les femmes ont tendance à se laisser aller davantage sur le plan alimentaire. Leur sédentarité augmente souvent alors que leur métabolisme diminue de manière naturelle. Tout cela accroît la prise de poids.


8) Arrêt du tabac

La nicotine du tabac excite le système nerveux et possède un effet anorexigène. Fumer avant de se nourrir réduit l'appétit. En outre, fumer une cigarette est une activité qui brûle 20 calories. Arrêter la prise de nicotine (en arrêtant de fumer) renforce donc la faim et fait manger davantage.


9) Hypothyroïdie

L'imprégnation insuffisante de l'organisme en hormones thyroïdiennes (maladie appelée hypothyroïdie) peut diminuer le métabolisme des aliments, provoquant la perte d'appétit et une légère prise de poids. Cette augmentation de poids corporel provient d'une accumulation de la graisse et de la rétention d'eau causées par les dépôts de protéines dans l'organisme.


10) Cycles hormonaux

Les cycles des hormones (et le déséquilibre hormonal chez la femme) peuvent modifier l'appétit. Pendant leurs règles et pendant les jours précédant l'ovulation, les femmes peuvent ressentir beaucoup moins la faim. Alors que pendant la seconde moitié du cycle, elles peuvent ressentir beaucoup plus la faim.

En effet, les œstrogènes sont davantage sécrétées pendant la première moitié du cycle et diminuent l'appétit. Pendant la seconde moitié, les femmes produisent davantage de progestérones qui augmentent l'appétit.

Normalement, les kilogrammes pris pendant la première moitié du cycle se perdent durant la seconde moitié. Toutefois, chez certaines femmes et pour des raisons encore méconnues, la sécrétion importante d'œstrogènes survenue pendant la première moitié du cycle fait prendre des kilos qu'elles n'arrivent plus à perdre pendant la seconde moitié.


11) Carence en acides gras essentiels

Ces acides gras, comme l'huile de lin, sont des bonnes graisses dont le corps a besoin pour fabriquer des hormones et maintenir le taux métabolique du corps. Une insuffisance en acides gras essentiels peut provoquer des envies de manger (surtout des aliments gras).

Les premiers signes d'un manque d'acides gras essentiels sont souvent : pellicules, cheveux secs, peau sèche et squameuse. Le déficit en acides gras essentiels peut aggraver les problèmes d'arthrite, d'eczéma, de maladies cardiaques, de diabète et du syndrome prémenstruel.


12) Allergies alimentaires

Les réactions aux aliments ne sont pas toujours immédiates. Elles peuvent avoir lieu plusieurs heures après sous forme de ballonnement, du gonflement des mains, des pieds, des chevilles, du ventre, du menton, autour des yeux. Une grande partie de la prise de poids s'explique par la rétention d'eau déclenchée par l'inflammation et par la libération de certaines hormones. En outre, il y a une fermentation des aliments (surtout des glucides) dans l'intestin, ce qui peut avoir pour résultat un ventre ballonné et gonflé, ainsi qu'une production de gaz.

Les symptômes des réactions allergiques aux aliments peuvent inclure les maux de tête, l'indigestion ou les brûlures d'estomac, la fatigue, la dépression, des douleurs articulaires ou de l'arthrite, les ulcères aphteuses, les symptômes respiratoires chroniques comme la respiration sifflante, la congestion des sinus ou la bronchite et les problèmes intestinaux chroniques telles que la constipation ou la diarrhée.


13) Syndrome de Cushing

Aussi appelé hypercorticisme chronique, le syndrome de Cushing est une pathologie causée par l'excès de sécrétion d'une hormone corticosurrénale, le cortisol, par les glandes surrénales et ayant des conséquences pathologiques.

La manifestation la plus visible de ce syndrome est l’apparition d’une obésité chronique de la partie supérieure du corps et un aspect bouffi du visage (les bras et les jambes restent souvent minces).

Les autres symptômes du syndrome de Cushing incluent entre autres l'atrophie musculaire, la faiblesse, une peau plus fine, une mauvaise cicatrisation, des ecchymoses, des "vergetures" pourpres sur l'abdomen, des irrégularités menstruelles, l'hypertension, l'intolérance au glucose et la perte de cheveux chez les femmes.


14) Maladies du rein, du cœur ou du foie

Les maladies dans ces organes peuvent causer une prise de poids sous forme de rétention d'eau, qui apparaît sous forme de poches généralisées sur tout le corps, surtout autour des yeux et des chevilles.


15) Déséquilibre du taux de sucre dans le sang

Manger des glucides simples ou raffinés peut favoriser une prise de poids à cause des fluctuations rapides du taux de sucre dans le sang.

Par exemple, manger du chocolat au lait augmente la quantité de sucre dans le sang. L'hormone insuline est libérée, ce qui occasionne un stockage du sucre consommé et une diminution du taux de sucre dans le sang. L'ensemble peut déclencher des envies de manger davantage de sucreries, afin de stabiliser l'équilibre du taux de sucre sanguin.


16) Hérédité

Diverses études de la génétique ont récemment contribué à identifier progressivement les gènes qui jouent un rôle dans le métabolisme des lipides ainsi que dans la prise de poids.

Les scientifiques savent désormais que certains de nos gènes influencent l'appétit ainsi que la sécrétion des enzymes qui brûlent les lipides et freinent leur stockage.

Si l'un des deux parents est en surpoids ou obèse, leur bébé naît avec un risque de grossir plus tard dans sa vie d'environ 40%. Si les deux parents souffrent du surpoids ou de l'obésité, leur bébé naît avec un risque de prendre du poids plus tard de 80%.

Des études ont aussi constaté que certaines personnes sont génétiquement prédisposées à prendre du poids plus facilement que d'autres ou à stocker de la graisse autour du ventre et de la poitrine.

Il est également possible que les humains aient une pulsion génétique à manger au présent plus que ce dont ils ont besoin afin de stocker de l'énergie pour le futur. Cette pulsion est appelée l'hypothèse du gène économe. Elle suggère que consommer plus de nourriture dès que possible a aidé les humains de l'Antiquité à survivre à diverses famines. Si de tels gènes économes existent encore dans notre organisme, ils ne nous aident plus à grande chose étant donné notre environnement de vie moderne où la nourriture est constamment disponible.


17) Contraception

Une partie des femmes sous contraception hormonale accumulent les kilos en trop. La pilule modifie l'équilibre des hormones des femmes. Or cet équilibre n'est pas le même d'une femme à l'autre. Les réactions à la pilule varient donc également d'une femme à l'autre. Certaines de ces réactions, chez certaines femmes, peuvent être l'augmentation de l'appétit, le désintérêt pour l'activité physique, la prise de poids alors que l'alimentation n'a pas été modifiée.

La pose d'un stérilet peut aussi perturber psychologiquement une partie des femmes, qui la vit mal. Ce déséquilibre émotionnel peut inciter des envies de manger pour fuir ce mal-être.

Certaines études suggèrent toutefois que la prise de pilule contraceptive ne ferait pas prendre du poids. Les experts ne sont pas tous convaincus par ces études, loin s'en faut, mais les suggestions méritent de faire vivre le débat.


18) Tumeurs

Bien que peu probable, cette situation vaut la peine d'être mentionnée. Si les femmes constatent une prise de poids sans raisons apparentes, il est possible (bien que cela reste rare), qu'elles aient une tumeur.

Les tumeurs de l'ovaire constituent un exemple. Certaines de ces tumeurs sont bénignes, comme une tumeur dermoïde qui est un conglomérat bizarre de divers tissus du corps (et parfois même des dents) qui se développent dans l'abdomen. Bénignes, il ne reste pas moins que ces tumeurs font prendre du poids.

Certains chirurgiens ont ainsi vu des patients qui ont pris plus de 40 kg à cause d'une énorme tumeur de l'ovaire dans leur ventre. Encore une fois, n'ignorez pas toute augmentation disproportionnée de votre ventre, et consultez un médecin.

Si vous vous étiez déjà écrié "Mais j'ai pris du poids sans raison !", qu'est-ce qui avait déclenché votre prise de poids ? Que pensez-vous de ces causes potentielles pour expliquer le fait de grossir ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 14 commentaires sur cet article. Cliquez ici pour lire ces commentaires ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.