Diverticulite et diverticulose : symptômes, traitement, aliments

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 04/10/2010
Relu par le comité de rédaction

Ces deux problèmes de santé ne sont pas rares. Voici les infos sur leurs symptômes, les traitements et aliments à manger et à éviter.

La diverticulose et la diverticulite, formant la maladie diverticulaire, sont relativement fréquentes dans le monde occidental, mais reste très rare en Asie et en Afrique. La maladie diverticulaire augmente avec l'âge. Elle reste peu fréquente avant les 40 ans et est observée chez beaucoup de personnes âgées de plus de 60 ans. Avant de vous conseiller les aliments à manger et à éviter, RegimesMaigrir.com explique pour vous ce qu'est la diverticulose, la diverticulite, le diverticule, leurs symptômes, leurs traitements, etc.


> Définitions

1) Diverticulose
Le côlon (le grand intestin) est une longue structure en forme de tube qui stocke puis élimine les déchets. La pression dans le côlon entraîne des poches bourrées de tissus (sacs) qui poussent à partir des parois du côlon au fur et à mesure qu'une personne vieillit.

Un petit sac bombé poussant vers l'extérieur de la paroi du côlon est appelé un diverticule. Ces derniers peuvent se produire partout dans le côlon, mais se trouvent plus fréquemment vers la fin du côlon de gauche, appelé le côlon sigmoïde. La maladie où une personne a ces diverticules dans le côlon est appelée la diverticulose.

2) Diverticulite
Il s'agit d'une maladie où le diverticule dans le côlon éclate (se romp). La rupture a pour conséquence une infection des tissus qui entourent le côlon. Une personne souffrant de diverticulite peut avoir des douleurs abdominales et la fièvre.

Lorsque le saignement provient d'un diverticule, il est appelé hémorragie diverticulaire. Une personne qui subit les conséquences de la diverticulose dans le côlon est désignée comme souffrant de la maladie diverticulaire.

Pour résumer, la diverticulose est la maladie et la diverticulite est l'inflammation. Une personne qui a la diverticulose et (parfois) la diverticulite souffre de maladie diverticulaire.

Diverticulose avec diverticulite


> Comment se forment les diverticules ?

La paroi musculaire du côlon s'épaissit avec l'âge, bien que la cause de cet épaississement n'est pas claire. Il peut refléter les pressions croissantes exigées par le colon pour éliminer les matières fécales. Par exemple, une alimentation pauvre en fibres peut conduire à des selles petites et dures qui sont difficiles à passer et qui nécessitent une pression accrue pour passer.

Le manque de fibres et les petites selles peuvent également laisser des segments du côlon se refermer et se mettre à l'écart du reste du côlon lorsque le muscle du côlon dans le segment se contracte. La pression dans ces segments refermés peut être élevée puisque la pression accrue ne peut pas se dissiper dans le reste du côlon.

Au fil du temps, de fortes pressions dans le côlon poussent la doublure intestinale interne vers l'extérieur (hernie) à travers les points faibles des parois musculaires. Ces petites poches ou sacs qui se forment sont appelés des diverticules.


> Symptômes

La plupart des patients atteints de diverticulose ont peu ou aucun symptôme. Par ailleurs, ce problème de santé est souvent découvert chez ces personnes par hasard au cours des examens médicaux pour d'autres problèmes intestinaux. 20% des patients atteints de ce trouble développeront des symptômes liés à la diverticulose.

Les symptômes les plus communs de la maladie diverticulaire comprennent :
  • les crampes abdominales,
  • les constipation,
  • la diarrhée.

Ces symptômes sont liés à la difficulté de passer des selles à travers le côlon gauche, qui est resserré par la maladie diverticulaire.

Des complications plus graves sont notamment :
  • la diverticulite,
  • la collecte de pus (abcès) dans le bassin,
  • l'obstruction du côlon,
  • l'infection généralisée de la cavité abdominale (péritonite bactérienne),
  • le saignement dans le côlon.

Un diverticule peut se rompre, et les bactéries dans le côlon peuvent se propager dans les tissus entourant le côlon, provoquant une diverticulite. La constipation ou la diarrhée peuvent également survenir. Une collection de pus peut se développer autour du diverticule enflammé, menant à la formation d'un abcès, généralement dans le bassin.

En de rares occasions, les diverticules enflammés peuvent éroder dans la vessie, provoquant une infection de la vessie et un passage des gaz intestinaux dans les urines. L'inflammation du côlon peut aussi conduire à une occlusion intestinale du côlon. Plus rarement, un diverticule éclate librement dans la cavité abdominale provoquant une infection très dangereuse appelée péritonite.

Le saignement diverticulaire se produit lorsque l'expansion des diverticules érode dans un vaisseau sanguin à la base d'un diverticule. Le passage rectal du sang rouge, noir ou marron et des caillots se produit sans aucune douleur abdominale. Le sang provenant d'un diverticule du côlon droit peut être de couleur noire. Le saignement peut être continu ou intermittent, durant plusieurs jours.

Les patients qui souffrent de saignement actif sont généralement hospitalisés pour surveillance. Des fluides intraveineux sont donnés pour soutenir la tension artérielle. Les transfusions sanguines sont nécessaires pour les personnes qui souffrent de perte de sang modérée à grave. Chez les rares cas où le patient souffre d'un saignement vif et sévère, la tension artérielle peut chuter, provoquant des étourdissements, des chocs, et la perte de conscience.

Chez la plupart des patients, le saignement s'arrête spontanément et ils reviennent à domicile après plusieurs jours à l'hôpital. Les patients qui souffrent de saignement persistant et sévère nécessitent l'ablation chirurgicale des diverticules qui saignent.



> Alimentation à adopter

Une fois formés, les diverticules sont permanents. Aucun traitement n'a été trouvé pour prévenir les complications de la diverticulose et de la diverticulite.

1) Consommer plus de fibres
Un régime alimentaire riches en fibres (faisant consommer 20 à 35 grammes de fibres alimentaires par jour, dont 6 à 8 grammes de fibres solubles) augmente le volume des selles (rappelons que les selles petites et dures sont difficiles à passer, nécessitent une pression accrue pour passer), réduit la pression dans le côlon et prévient la constipation. Un tel régime alimentaire peut théoriquement aider à prévenir d'autres formations diverticulaires ou l'aggravation de l'état des diverticules.

Augmentez la consommation des fibres progressivement parce qu'une augmentation trop rapide peut provoquer des gaz intestinaux, les crampes abdominales, le ballonnement ou la diarhée. Il existe aussi d'autres bienfaits à une consommation de différents types de fibres : prévenir le cancer du côlon et le cancer du rectum, assister la prévention des maladies cardiaques et d'autres problèmes de santé. Les aliments contenant des fibres ont également tendance à inclure des nutriments comme les vitamines A, C et E ainsi que le sélénium, utiles pour combattre le cancer.

2) Augmenter la consommation de liquides
N'importe quelle personne qui souffre de diverticulite qui augmente sa consommation de fibres devrait boire au moins 1,5 litre d'eau par jour. Les fibres insolubles ont besoin de liquides pour former des selles qui passent facilement.

Votre médecin pourrait vous conseiller de prendre un supplément de fibres comme le Metamucil quotidiennement (pour obtenir des fibres solubles à partir du psyllium), et d'utiliser un spray allégé en cholestérol ou de la margarine contenant des stérols végétaux. Les suppléments de fibres apportent environ 2 à 3,5 g de fibres par cuillère à soupe, qui doit être mélangée avec 25 cl d'eau (un grand verre standard) avant d'être consommés.

3) Quid des graines ?
Certains médecins recommandent d'éviter les noix, le maïs et les graines qui peuvent boucher les ouvertures diverticulaires et provoquer la diverticulite. Que le fait d'éviter ces aliments soit bénéfique n'est pas encore démontré scientifiquement.

Ainsi, les graines de tomates, courgettes, concombres, fraises et framboises, ainsi que les graines de pavot, peuvent faire partie d'un régime alimentaire pour soigner la diverticulite, car elles sont généralement considérées comme inoffensives.

4) Aliments à éviter de manger
Si vous souffrez de maladie diverticulaire, voici quelques aliments problématiques à éviter :
  • la malbouffe (hamburgers, pizzas, aliments frits et épicés),
  • les aliments raffinés (farine blanche, riz blanc, etc.),
  • les nourritures transformées,
  • le maïs et les produits du maïs,
  • les noix,
  • les graines de sésame,
  • le potiron,
  • les piments.

Vous devriez éviter de manger ces aliments parce qu'ils posent des difficultés au système digestif. Une fois que la diverticulite est soulagée, vous devriez changer vos habitudes alimentaires pour éviter une autre attaque.

5) Aliments que les patients de diverticulite peuvent manger
Les personnes souffrant de ce souci peuvent continuer à manger les aliments communs suivants, qui ne semblent pas poser de problèmes : poulet, pommes de terre sans peau, carottes, poissons, bananes.

De nombreux patients qui ont déjà souffert d'une attaque de diverticulite ont changé leur régime alimentaire pour manger surtout des aliments complets afin de rester en bonne santé et ne pas revivre les douleurs. Une alimentation riche en fibre aide à prévenir l'infection des diverticules.


> Comment se fait le diagnostic de ces troubles ?

Une fois suspecté, le diagnostic de la maladie diverticulaire peut être confirmée par une série de tests. Les rayons X au baryum (lavement baryté) peut être exécuté pour visualiser le côlon. Les diverticules sont vus comme des poches remplies de baryum qui dépassent la paroi du côlon.

La visualisation directe de l'intestin peut être effectuée avec des tubes flexibles insérés dans le rectum et avancés vers le côlon. Des tubes courts (sigmoïdoscopes) ou des tubes plus longs (coloscopes) peuvent être utilisés pour aider au diagnostic et exclure le diagnostic erroné d'autres maladies qui peuvent mimer une maladie diverticulaire.

Chez les patients soupçonnés d'avoir un abcès diverticulaire entraînant une douleur persistante et de la fièvre, des examens de l'abdomen et le bassin par échographie et tomodensitométrie (un scanner) peuvent être faits pour détecter les collections de liquide purulent.


> Traitements

La plupart des patients atteints de diverticulose ont peu ou pas de symptômes et ne nécessitent pas de traitement médical spécifique. Un régime riche en fibres et des suppléments de fibres sont recommandés pour prévenir la constipation et peut-être éviter la formation d'autres diverticules.

Les patients présentant des symptômes légers de douleur abdominale due à des spasmes musculaires dans la zone des diverticules peuvent bénéficier de médicaments anti-spasmodiques tels que : chlordiazépoxide (Librax), dicyclomine (Bentyl), atropine, scopolamine, phenobarb (Donnatal), hyoscyamine (Levsin).

Certains médecins recommandent aussi d'éviter les noix, le maïs et les graines pour prévenir les complications de la diverticulose. Que ces restrictions alimentaires soient réellement bénéfiques reste incertain.

Lorsque survient une diverticulite, les antibiotiques sont habituellement nécessaires. Les antibiotiques oraux sont suffisantes lorsque les symptômes sont bénins. Quelques exemples des antibiotiques couramment prescrits sont : ciprofloxacine (Cipro), métronidazole (Flagyl), céphalexine (Keflex), doxycycline (Vibramycin).

Boire beaucoup de liquide ou manger des aliments pauvres en fibres est conseillé pendant les crises aiguës de diverticulite. En effet, consommer ainsi peut réduire la quantité de matière qui passe à travers le côlon et qui (au moins théoriquement) peut aggraver cette maladie.

Dans les cas de diverticulite sévère avec une forte fièvre et la douleur, les patients sont hospitalisés et traités par des antibiotiques par voie intraveineuse. L'opération chirurgicale est nécessaire chez les patients présentant une occlusion intestinale persistante ou d'un abcès qui ne répond pas aux antibiotiques.


Les patients atteints de la diverticulose et de la diverticule et qui développent une fièvre inexpliquée, des frissons ou des douleurs abdominales doivent informer leur médecin dès que possible en raison des possibilités de complication de la diverticulite. Une meilleure compréhension de la façon dont les diverticules se forment et sont infectés mènera avec un peu de chance à la découverte de moyens plus efficaces pour gérer ces maladies courantes.


Si vous avez déjà souffert ou souffrez de la diverticulose et de la diverticulite, quelle alimentation adoptez-vous ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez la première personne à donner un avis en cliquant ici.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.