Addiction à la nourriture : vaincre cette dépendance pour maigrir

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 23/02/2010
Relu par le comité de rédaction

Si vous souffrez d'une dépendance à la nourriture, savoir comment vaincre cette addiction alimentaire peut vous aider à maigrir.

La nourriture n'est pas seulement une nécessité à la vie, manger reste un besoin primaire, mais également un plaisir qui rapproche les gens car commun à toutes les cultures. Toutefois, certaines personnes souffrent d'une addiction à la nourriture, qui devient alors un vice dangereux. Découvrez aussi notre dossier sur la dépendance au sucre.

L'assuétude à la nourriture (c'est-à-dire la tendance irrésistible à répéter l'acte de manger) n'est pas différente du fait d'être dépendant au tabac ou à l'alcool ou de l'achat compulsif (considéré comme une pathologie d'ordre psychique). De la même manière que les gros fumeurs ou alcooliques invétérés ou encore les acheteurs compulsifs, qui ne peuvent résister respectivement au tabac, à l'alcool et à l'achat de produits, les personnes qui souffrent d'une addiction à la nourriture se sentent impuissantes devant leur besoin urgent et excessif de nourriture (malgré des efforts pour s'y soustraire).

Cette pathologie addictive mène à l'obésité, une mauvaise santé et une emprise psychologique. RegimesMaigrir.com vous explique les dangers d'une dépendance à la nourriture et comment les personnes accros à la nourriture peuvent satisfaire leur faim de façons plus saines et moins destructrices, afin de maigrir si besoin.


> Vaincre une accoutumance aux nourritures pour maigrir, avec quelle approche ?

Personne ne peut vous cajoler, duper ou provoquer à manger de manière plus raisonnable ou à perdre ces kilos en trop. Mais si vous vous faites réellement du souci pour votre santé et si vous êtes prêts à prendre le contrôle de vos habitudes alimentaires pour éventuellement maigrir, il existe des conseils pour savoir comment arrêter d'utiliser la nourriture comme un moyen d'autodestruction ou pour vous distraire des sentiments douloureux. Une approche comportementale à la perte de poids peut vous enseigner une approche saine pour manger et maigrir.


> L'addiction alimentaire : un problème comportemental ?

Nous avons besoin de nourriture quotidiennement. Clarifions alors les différences entre une relation saine avec l'alimentation et une assuétude alimentaire.

Vous pourriez penser que pour avoir une addiction aux aliments, vous devez être accro à un aliment en particulier. Mais il s'agit d'une addiction comportementale, et vous laissez venir l'habitude de manger non pas quand vous avez physiquement faim, mais quand vous avez faim émotionnellement (frustrés, ennuyés, colériques, endormis, grincheux, etc.) ou peut-être quand vous avez besoin de ne plus penser au stress, à la tension ou à toute autre chose qui vous contrarie.

Si vous développez une tolérance laxiste aux portions et à la fréquence de réalimentation, vous allez voir que vous avez besoin plus souvent de la nourriture pour obtenir le même résultat qu'avant de développer le comportement laxiste (vis-à-vis des aliments), quand vous étiez satisfaits par des portions plus petites et en ne mangeant que les repas principaux.

Vous pourriez croire que vous êtes en train de manger un aliment parce qu'il sent bon ou paraît appétissant. Or les experts pensent que le plaisir n'est pas nécessairement un composant de l'addiction. Il existe une hypothèse plus plausible, disant que l'élément addictif de ce comportement n'est pas la nourriture, mais le cycle en lui-même (le fait de manger en cycle). Le contraire d'aimer la nourriture n'est pas détester la nourriture, mais être indifférent à la nourriture. Quand vous avez la liberté mentale de manger un aliment ou de le délaisser, vous avez une relation saine avec l'alimentation (vous vivez sans dépendre d'elle).


> Quels sont les signes d'une dépendance à la nourriture ou d'une surconsommation compulsive ?

Vous êtes quelqu'un qui mange trop et de manière compulsive quand :
  • Vous pensez déjà à manger plus tard alors que vous êtes en train de manger,
  • Vous ne pouvez pas passer devant un endroit où l'on vend un aliment en particulier sans vous arrêter pour l'acheter,
  • Quand le pourvoyeur de nourriture connaît tous vos aliments habituels ou favoris,
  • Quand vous mangez dès que vous rentrez à la maison le dessert ou le pain ou tout autre aliment que vous venez d'acheter dans le but premier de manger lors d'un prochain repas (qui n'a pas lieu dès que vous rentrez),
  • Quand parfois vous mangez un aliment dans le magasin où vous l'avez acheté, dans la rue ou dans votre voiture,
  • Quand vous revenez sans cesse à la cuisine tant qu'il y a encore des restes de nourriture.

Les crises de boulimie, la surconsommation compulsive et la dépendance aux nourritures arrivent quand la portion et la fréquence de consommation progressent malgré les conséquences négatives comme la prise de poids. Votre cerveau est en train de penser "Je ne devrais pas continuer à manger", et pourtant vous ne pouvez pas vous arrêter. Or si vous ne pouvez plus contrôler votre alimentation, vous ne pouvez pas maigrir.


> Être dépendants des aliments est préjudiciable : de quelles manières ?

En plus d'un risque plus élevé d'obésité, il existe un risque de santé mentale : la sensation de toujours sentir que vous ne pouvez pas contrôler votre alimentation. Et quand une addiction détourne votre cerveau, il peut vous arriver de ne plus pouvoir tenir une conversation sans penser à manger bientôt. Vous êtes alors moins présent psychologiquement. Et cela vous affecte physiquement, mentalement, émotionnellement, etc.

L'addiction coûte du temps, de l'argent, de l'énergie. En plus de faire augmenter le poids que devront supporter vos genoux, chevilles, cou et colonne vertébrale, la dépendance à la nourriture pèsera sur votre amour-propre. D'autres risques de santé peuvent être l'hypertension, l'augmentation du taux de cholestérol, manque de souffle, le diabète.

Si vous souffrez d'addiction à la nourriture et êtes en surpoids ou obèse à cause d'elle, il faut vaincre cette assuétude pour maigrir, notamment en connaissant les problèmes alimentaires et leurs solutions.


> Le problème de l'omniprésence des festins et comment y remédier

De nombreux événements, fêtes et célébrations sont centrés sur la nourriture. Que peuvent faire les personnes qui ont une addiction aux nourritures pour casser le cycle de surconsommation ?

A notre époque, vous célébrez de nombreux anniversaires (le votre, celui de votre partenaire, celui de votre mariage, ceux de vos amis et de vos proches voire ceux des amis de vos amis, etc.), réunions familiales, repas de vacances et de fêtes (Noël, Jour de l'An, etc.), pots de départ, afterworks, etc. Quand le plus petit des succès est obtenu, il y a souvent quelqu'un pour lancer un "Allons manger pour fêter ça !". Vous avez plus d'amis et donc plus d'occasions de manger sans retenue. Par exemple, si vous travaillez dans une entreprise où il y a 30 personnes, vous risquez bien de prendre part à au moins une vingtaine d'anniversaires par an.

Le problème est que vous allez très probablement faire de toute fête et festin une exception à votre règle de manger raisonnablement et sainement (si vous en avez une). Les festins se répètent si souvent sur une année qu'il n'y a plus de règle mais plutôt des exceptions pour manger correctement.

La meilleure chose à faire reste donc de ne pas faire de toute fête un événement centralisé sur la nourriture. Vous pouvez décorer une salle, les tables. Vous pouvez optimiser la lumière. Vous pouvez faire attention à la musique, aux chaises et à l'ambiance. Quand vous vous trouvez avec des gens que vous appréciez, même de petits repas allégés seront appréciés, car l'essentiel n'est plus la nourriture.

Les personnes qui ont une addiction à la nourriture peuvent se préparer pour une fête remplie de nourriture en pensant aux aliments qu'elles souhaitent manger et ceux qu'elles ne devraient pas manger, avant d'y aller. A un repas de vacances par exemple, vous pouvez choisir de prendre de la dinde et de la salade et de ne pas prendre des plats que vous pouvez manger le reste de l'année.

Si vous vous trouvez à un repas de mariage ou à une autre festivité où se trouve de grandes tables de buffet, faites un tour autour de la table d'abord, sans assiette dans la main. Pensez aux aliments que vous voulez mettre dans votre assiette. Voulez-vous des protéines ? Une salade ? Qu'est cet aliment marron ? Puis une fois que vous avez décidé de ce que vous voulez, revenez avec une assiette et mettez dessus des quantités raisonnables. Parlez aux convives et amis plutôt que de vous concentrer sur votre assiette. Buvez de l'eau plutôt que des boissons alcoolisées, qui diminueront votre détermination.


> Quelques conseils de base pour vaincre l'asservissement à la nourriture

Si vous avez décidé de maigrir (à cause d'un surpoids) et de vaincre la dépendance aux aliments, suivez les conseils de base suivants :

1) Tenir un journal alimentaire
Il est utile de tenir un journal de ce que vous mangez et buvez. Vous peser assez régulièrement (mais pas toutes les heures non plus) peut vous aider à comprendre comment votre corps utilise la nourriture. Un autre avantage est que le simple fait d'écrire dans un journal ce que vous consommez diminue au moins de 10% votre consommation en moyenne selon une étude américaine. Gardez une trace de votre évolution de poids peut aussi aider.


2) Revoir et analyser votre journal alimentaire
En revoyant votre journal de bord alimentaire de temps en temps (par exemple après les vacances), vous pourriez vous rendre compte par exemple que vous mangiez trop d'aliments superflus et que les portions étaient plus grandes que d'habitude.

Vous pourriez comprendre alors que vous avez mangez beaucoup plus de nourriture parce que quelqu'un d'autre mangeait et buvait trop, et non pas parce que vous aviez faim. Vous pourriez réaliser que lorsque vous mangiez trop, cela se passait souvent au dîner. En revoyant et en analysant votre journal alimentaire, vous pourriez voir que vous mangez souvent plus d'aliments au dîner qu'au petit-déjeuner et au déjeuner réunis.


3) Manger consciemment
Soyez conscients et ralentissez lorsque vous mangez. Il s'agit d'un repas, pas d'une course de 100 m. Reposez vos fourchettes ou cuillères sur la table entre les bouchées. Ne surchargez pas votre fourchette ou cuillère de nourriture à chaque bouchée (mangez de petites bouchées). Veillez à avoir tout avalé avant de mettre de la nourriture de nouveau dans votre bouche.

Vous mangerez bien moins si vous restez conscients de la quantité, de l'heure, de la vitesse à laquelle vous mangez. Choisir une grande variété d'aliments, de styles de préparation, de températures (parfois chauds, parfois froids), d'assaisonnements, des aliments que vous n'avez jamais essayé, etc. vous obligera à évaluer ce que vous êtes en train de manger plutôt que de rêvasser en mangeant.


Vaincre une addiction à la nourriture pour maigrir peut sembler une tâche impossible, surtout si vous voyez de la nourriture tous les jours. Toutefois, en faisant de petits efforts pour changer progressivement votre approche et attitude vis-à-vis de la nourriture, vous pourrez casser le cycle de surconsommation.

Que pensez-vous de l'addiction alimentaire et de ces conseils pour la vaincre afin de maigrir ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez la première personne à donner un avis en cliquant ici.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.