Taux de cholestérol élevé : dangers, symptômes et traitements

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 01/12/2011
Relu par le comité de rédaction

Une présence excessive de cette graisse dans votre corps peut présenter divers risques. Voici les signes de ce problème et des solutions.

Le cholestérol est une graisse qui est produite par le foie, et qui est indispensable à un fonctionnement normal de l'organisme. Ce lipide existe dans la couche externe de toutes les cellules dans notre corps et possède plusieurs fonctions. Il s'agit d'un stéroïde cireux, qui est transporté dans le plasma sanguin de tous les animaux. C'est le principal stérol synthétisé par les animaux, de petites quantités sont également synthétisées dans les plantes et les champignons.


> Fonctions

Le cholestérol :
  • Bâtit et maintient les membranes cellulaires (couche externe), il prévient la cristallisation des hydrocarbones dans la membrane,
  • Reste essentiel pour déterminer quelles molécules peuvent passer dans la cellule et lesquelles ne peuvent pas (perméabilité de la membrane cellulaire),
  • Est impliqué dans la production des hormones sexuelles (androgènes et œstrogènes),
  • Est crucial pour la production d'hormones libérées par les glandes surrénales (cortisol, corticostérone, aldostérone et autres),
  • Assiste la production de bile,
  • Convertit les rayons de soleil reçus sur la peau en vitamine D,
  • Est important pour le métabolisme des vitamines liposolubles (solubles dans la graisse), dont les vitamines A, D, E et K,
  • Isole et protège les fibres nerveuses.


> Principaux types de lipoprotéines

Le cholestérol est transporté dans le sang par des molécules appelées lipoprotéines. Une lipoprotéine est n'importe quel complexe ou composé contenant à la fois de la graisse (lipide) et de la protéine. Il existe 3 types majeurs de lipoprotéines :
  • LDL : les gens la désignent souvent par le nom de "mauvais cholestérol". Les LDL transportent le cholestérol du foie vers les cellules. Si elles en véhiculent beaucoup, une trop grande quantité est à utiliser par les cellules, et il peut en résulter une accumulation nuisible de LDL. Cette lipoprotéine peut augmenter le risque de maladies artérielles si son taux est trop élevé. Le sang humain contient environ 70% de LDL, et cela peut varier en fonction de la personne.

  • HDL : souvent désignée par le nom de "bon cholestérol", les experts disent qu'elle prévient les maladies artérielles. La HDL fait l'inverse de la LDL. La HDL emporte du cholestérol hors des cellules et le ramène au foie. Dans le foie, ce cholestérol est soit décomposé soit expulsé du corps sous forme de déchet.

  • Triglycérides : il s'agit de formes chimiques sous lesquelles la plupart des graisses existent dans l'organisme ainsi que dans les nourritures. Ils sont présents dans le plasma sanguin. Les triglycérides, en association avec le cholestérol, les lipides plasmatiques forment le (lipides sanguins). Les triglycérides présents dans le plasma proviennent soit des graisses dans notre alimentation, soit sont fabriquées dans le corps à partir d'autres sources d'énergie (comme les glucides).

    Les calories que nous consommons mais qui ne sont pas utilisées immédiatement par nos tissus corporels sont transformées en triglycérides et stockées dans les cellules adipeuses. Quand votre corps a besoin d'énergie et qu'il n'y a pas de nourriture pour la lui fournir, des triglycérides seront libérés par les cellules adipeuses et utilisés comme énergie (les hormones contrôlent ce processus).


> Dangers

Un taux de cholestérol sanguin excessif peut provoquer :
  • Une athérosclérose : rétrécissement des artères,
  • Un risque accru de maladie coronarienne : une anomalie des artères qui fournissent du sang et de l'oxygène au cœur. Si la cholestérolémie et le taux de triglycérides sont tous les deux élevés, le risque de développer une maladie coronarienne augmente de façon significative,
  • Une crise cardiaque : elle survient quand la fourniture de sang et d'oxygène à une région du muscle cardiaque est bloquée, généralement à cause d'un caillot dans une artère coronaire. Cela provoque la fin du fonctionnement du muscle cardiaque,
  • Une angine de poitrine : douleurs ou malaises à la poitrine qui surviennent lorsque le muscle cardiaque ne reçoit pas suffisamment de sang,
  • D'autres affections cardio-vasculaires : maladies du cœur et des vaisseaux sanguins,
  • Un accident vasculaire cérébral (AVC) ou une mini-congestion cérébrale : cela se produit lorsqu'un caillot sanguin bloque une artère ou une veine, interrompant la circulation vers une zone du cerveau. Cela peut également se produire quand un vaisseau sanguin se brise. Les cellules du cerveau commencent alors à périr.

Rétrécissement des artères à cause du cholestérol


> Symptômes

Les signes d'un taux de cholestérol élevé n'existent pas de manière autonome, de façon à ce qu'un patient ou un médecin puisse identifier en touchant ou en voyant. Les symptômes de ce trouble métabolique sont révélés si vous constatez les signes de l'athérosclérose (une conséquence fréquente du fait d'avoir un taux de cholestérol total sérique élevé). Les symptômes d'une hypercholestérolémie peuvent inclure :
  • Des artères coronaires rétrécies dans le cœur (angine),
  • Des douleurs aux jambes quand vous faites du sport : c'est parce que les artères qui alimentent les jambes sont rétrécies,
  • Des caillots de sang et des vaisseaux sanguins rompus : ceux-ci peuvent provoquer un AVC ou un mini-AVC,
  • Des plaques rompues : ce qui peut conduire à une thrombose coronaire (un caillot se formant dans l'une des artères qui apporte le sang au cœur). Si elles causent des dommages importants au muscle cardiaque, cela pourrait provoquer une insuffisance cardiaque,
  • Des xanthomes : épaisses tâches jaunes sur la peau, surtout autour des yeux. Ils s'agit en fait de dépôts de cholestérol. Ceci est communément observé chez les personnes qui ont une prédisposition héréditaire à l'hypercholestérolémie.


> Causes

Une hypercholestérolémie (qui se produit à partir de 2,4 grammes de cholestérol par litre soit 6,4 mmol par litre de sang chez un adulte de plus de 30 ans) n'est pas provoquée par une alimentation riche en cholestérol à elle seule (par exemple, pas en mangeant beaucoup d'œufs). En fait, une combinaison de facteurs affecte votre taux de cholestérol sanguin (qui devrait rester dans l'idéal sous les 2 grammes par litre ou moins de 5 mmol/litre).

Il y a deux principales catégories de risques qui causent ce trouble métabolique (ce n'est effectivement pas une maladie) : ceux que vous ne pouvez pas changer (risques incontrôlables), et ceux que vous pouvez modifier (risques contrôlables).


1) Risques que vous ne pouvez pas contrôler
Ces causes variables se trouvent hors de votre gestion. Bien que vous ne puissiez rien faire pour les altérer, il est important de savoir si vous tombez dans l'une de ces catégories à haut risque. Combien des facteurs de risque suivants présentez-vous ?
  • Votre âge : votre risque de développer une hypercholestérolémie augmente avec votre âge. Les hommes de plus de 45 ans et les femmes de plus de 55 ans ont davantage de risque que leurs homologues plus jeunes. Et sachez que votre taux de cholestérol augmente de manière naturelle à partir de l'âge de 20 ans.

  • Votre sexe : globalement, les hommes sont plus sujets à développer une cholestérolémie élevée que les femmes, jusqu'à ce que ces dernières atteignent les 50 à 55 ans. Le taux de cholestérol total sérique présent naturellement dans le corps féminin augmente vers cet âge.

    Il est à noter que les femmes qui ont eu une ménopause de manière précoce sont plus susceptibles de développer ce trouble du métabolisme lipidique, par rapport à d'autres femmes.

  • Vos antécédents familiaux : votre famille vous a donné davantage que la couleur de vos yeux. Elle a aussi déterminé partiellement votre risque de souffrir de plusieurs complications et maladies. Certaines personnes ont une prédisposition génétique à présenter une hypercholestérolémie. Votre risque est supérieur si un membre immédiat dans votre famille souffre de ce trouble métabolique et/ou ses problèmes liés (comme les maladies du cœur), surtout à un jeune âge (sous les 55 ans).

  • Votre groupe ethnique : légèrement liée aux antécédents familiaux, votre ethnie peut également prédéterminer une partie de votre risque de cholestérolémie élevée. Les personnes d'origine africaine de peau noire sont par exemple plus susceptibles de développer un taux de cholestérol sanguin plus haut que les personnes de peau blanche (groupe caucasien). Les personnes originaires du sous-continent indien (Pakistan, Bangladesh, Inde, Sri Lanka) sont également plus susceptibles de développer ce trouble du métabolisme lipidique comparé à d'autres personnes.


2) Risques que vous pouvez contrôler
Les facteurs que vous pouvez gérer ont un rapport avec votre style de vie, notamment avec les choix que vous faites chaque jour avec les nourritures consommées et les exercices physiques pratiqués. Ce sont des zones de votre vie où vous pouvez prendre le contrôle afin d'améliorer votre hypercholestérolémie et ainsi optimiser votre santé globale. Voici les causes gérables :
  • Votre alimentation : puisque votre organisme fabrique environ 80% de la quantité de cholestérol (présente à l'intérieur du corps), les autres 20% proviennent des aliments que vous consommez. Si votre régime alimentaire est à haute teneur en aliments hypercholestérolémiants (graisses saturées, cholestérol, graisses trans) et pauvre en aliments sains pour le cœur (bonnes graisses, grains entiers, poissons, fruits et légumes), alors votre alimentation est probablement en train de contribuer à la croissance de ce trouble métabolique.

    Il est à remarquer que les personnes vivant dans les pays riches ont un taux nettement plus élevé que la moyenne mondiale : 5,24 mmol/litre chez les hommes (contre une moyenne de 4,64 mmol/l au niveau mondial) et 5,23 mmol/litre chez les femmes (versus une moyenne de 4,76 mmol/l dans le monde entier). Cela s'explique en partie par l'alimentation de type occidental (suivie dans les pays développés et très développés, dits les "pays riches") beaucoup plus chargée en mauvaises graisses que celle adoptée dans la plupart d'autres régions du monde.

  • Votre niveau d'activité physique : les personnes inactives ont un risque accru de développer un taux de cholestérol total sérique important. Faire régulièrement de l'exercice diminue de manière naturelle le taux de cholestérol LDL (le "mauvais" cholestérol) tout en augmentant celui du cholestérol HDL (le "bon" cholestérol). L'exercice physique ne doit pas obligatoirement être acharné pour offrir des bienfaits.

  • Votre poids corporel : présenter une surcharge pondérale accroît votre taux de cholestérol sanguin puisque votre corps stocke les calories superflues (non utilisées par votre organisme car vous en avez consommé plus que ce dont il avait besoin quotidiennement) que vous mangez sous forme de triglycérides.

    Quand ce taux de triglycérides est haut, le taux de cholestérol HDL a tendance à être faible. Le simple fait de perdre 10% de votre poids corporel (si vous êtes en surpoids) peut amoindrir votre cholestérolémie.

  • Le tabagisme : saviez-vous qu'il s'agit de la cause la plus évitable des maladies du cœur, à cause de ses effets sur vos artères, cœur, tension artérielle et taux de cholestérol total sérique ? Fumer endommage les parois de vos artères et réduit votre taux de cholestérol HDL (le "bon"). Arrêter de fumer peut mettre fin à (et potentiellement inverser) beaucoup de dégâts existants dans votre organisme, et corriger votre hypercholestérolémie.

  • L'alcool : les gens qui boivent régulièrement trop de boissons alcoolisées ont généralement un taux de LDL bien supérieur et un taux de HDL bien inférieur aux gens qui s'en abstiennent ou qui en boivent en modération.

  • Votre santé globale : n'oubliez pas de faire vos examens de santé au moins tous les 2 ans, et demandez à votre médecin de vous expliquer votre risque de maladie cardio-vasculaire. Souffrir de certaines maladies (comme du diabète, de l'hypertension, des maladies rénales, des maladies du foie, de l'hypothyroïdie ou encore d'un taux de triglycérides trop haut) peut provoquer l'hypercholestérolémie. Traitez ces maladies par des médicaments appropriés et prescrits par votre médecin pour maîtriser votre cholestérolémie.


Rétrécissement des artères à cause du cholestérol


Quand vous avez d'autres problèmes de santé en même temps que ce trouble du métabolisme lipidique, vous aggravez le risque de complications graves et de maladies si vous n'abaissez pas votre taux de cholestérol dans le sang. Ajoutez de grands facteurs de risque à la situation (antécédents familiaux, âge, ethnie) et votre risque s'aggrave encore plus. La bonne chose est que vous pouvez rompre cette chaîne de maladie à tout moment en modifiant ce que vous pouvez maîtriser.

Atténuer ce trouble du métabolisme lipidique peut aider à bonifier votre santé générale en allégeant vos risques de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral (AVC) et d'autres problèmes de santé sérieux. Vous devriez travailler en étroite collaboration avec votre médecin pour élaborer un plan anti-cholestérol qui soit efficace et sans inoffensif pour vous. Ces plans impliquent généralement une alliance de changements de comportements alimentaires, d'une hausse des quantités d'activités physiques, de la prise de médicaments hypocholestérolémiants, d'un régime pour perdre du poids.


> Taux de cholestérol normal

La quantité de ce lipide dans le sang humain peut varier de 3,6 mmol/litre à 7,8 mmol/litre. Les experts estiment que n'importe quelle mesure dépassant 6 mmol/l est élevé, et augmentera significativement le risque de maladie artérielle. Les spécialistes recommandent de cibler un taux de cholestérol inférieur à 5 mmol/l. Malheureusement, 20% des adultes français (soit environ 10 millions de personnes) ont un taux de cholestérol supérieur à 5 mmol/litre (et 76% de ces adultes ne connaissent pas leur propre taux).

Voici une liste des taux de cette graisse dans le sang, et comment la plupart des médecins les catégorisent, en mg/dl (milligrammes par décilitre) et mmol/l (millimoles par litre) :
  • Souhaitable : moins de 200 mg/dl (c'est-à-dire moins de 2 g/l),
  • Limite haute : 200 à 239 mg/dl,
  • Haute : plus de 240 mg/dl,

  • Taux normal (et optimal) : moins de 5 mmol/l,
  • Taux légèrement élevé : entre 5 et 6,4 mmol/l,
  • Taux moyennement élevé : entre 6,5 et 7,8 mmol/l,
  • Taux très élevé : au-dessus de 7,8 mmol/l.


> Diagnostic

Les taux de cette graisse peuvent être mesurés par un simple test de sang. Il est important de ne pas manger ou de boire pendant au moins 12 heures avant le prélèvement de l'échantillon sanguin. Le bout de sang prélevé pour être testé peut être obtenu par une seringue ou simplement en piquant le doigt du patient. Découvrez aussi comment mesurer le taux de sucre sanguin de manière autonome.

L'échantillon sanguin sera testé pour jauger les niveaux de LDL et de HDL, ainsi que les taux de triglycérides dans le sang. Les unités de mesure sont milligrammes par décilitre (qui se traduit en grammes par litre) ou millimoles par litre (mmol/l).

Les personnes qui présentent des facteurs de risque devraient envisager de faire tester leur cholestérolémie.


> Traitements : comment baisser ce taux ?

1) Améliorer le style de vie
La plupart des gens, surtout ceux dont le seul facteur de risque est le mode de vie, peuvent généralement ramener leurs taux de cholestérol et de triglycérides à la normale en :
De nombreux experts disent que les personnes qui ont un risque accru de développer une maladie cardiovasculaire ne diminueront pas leur risque par le simple fait d'ajuster leur alimentation. Néanmoins, un régime alimentaire sain et équilibré produiront bien d'autres bienfaits santé.


2) Prendre des médicaments pour contrôler la cholestérolémie
Si votre taux de cholestérol reste élevé après avoir fait tout ce qui est mentionné plus haut, votre médecin peut vous prescrire un médicament anti-cholestérol. Ces hypocholestérolémiants peuvent inclure les éléments suivants :
  • Les statines (inhibiteurs de la HMG-CoA réductase) : elles bloquent une enzyme dans votre foie qui produit du cholestérol. L'objectif est ici de réduire votre cholestérolémie à moins de 4 mmol par litre (et votre taux de LDL à moins de 2 mmol/litre).

    Les statines sont utiles pour le traitement et la prévention de l'athérosclérose. Les effets secondaires peuvent inclure la constipation, des maux de tête, des douleurs abdominales et la diarrhée. L'atorvastatine, la fluvastatine, la lovastatine, la pravastatine, la rosuvastatine et la simvastatine sont des exemples de statines. Découvrez aussi comment les phytostérols pourraient être une alternative aux statines.

  • Aspirine : elle ne devrait pas être administrée aux patients de moins de 16 ans.

  • Les médicaments pour réduire le taux de triglycérides : il s'agit des molécules hypolipémiantes appartenant aux fibrates. Elles incluent le gemfibrozil, le fénofibrate et le clofibrate.

  • La niacine : c'est une vitamine B qui existe dans divers aliments. Vous ne pouvez obtenir des doses très élevées de ce micro-nutriment qu'avec une ordonnance du médecin. La niacine fait baisser à la fois le LDL et HDL. Les effets secondaires peuvent inclure des démangeaisons, des maux de tête, des bouffées de chaleur, et des picotements (la plupart du temps très doux s'ils se produisent).

  • Les médicaments anti-hypertenseurs : si vous souffrez d'hypertension, votre médecin peut vous prescrire des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, des bloqueurs du récepteur de l'angiotensine, des diurétiques, des bêta-bloquants, des inhibiteurs calciques.

    Dans certains cas, les inhibiteurs de l'absorption du cholestérol (ézétimibe) et les chélateurs des acides biliaires (médicaments séquestrants) peuvent être prescrits. Ceux-ci présentent davantage d'effets secondaires et nécessitent une éducation considérable du patient pour atteindre la conformité (pour s'assurer que ces médicaments soient pris conformément aux instructions).


Avez-vous reconnu des symptômes d'un taux de cholestérol élevé ? Si vous en aviez eu ou en avez actuellement, qu'avez-vous fait ou que faites-vous en ce moment pour réduire ce taux ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 5 commentaires sur cet article. Cliquez ici pour lire ces commentaires ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.