Alimentation et migraine : liens entre aliments et maux de tête

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 11/06/2010
Relu par le comité de rédaction

L'alimentation est capable de causer la céphalée. Beaucoup de gens doivent veiller aux liens entre les aliments et leur migraine.

L'alimentation peut provoquer une hémicrânie dans certains cas. Diverses études ont déjà prouvé que les maux de tête peuvent prendre parfois source dans les aliments que nous consommons. La plupart d'entre nous connaissent au moins une personne qui évite certains aliments par peur d'attraper une céphalée.

Des preuves scientifiques confirment maintenant ce lien entre aliments et migraines. Les coupables sont des ingrédients qui se trouvent dans la nourriture que nous consommons tous les jours (et non forcément dans les aliments exotiques).

Si vous subissez un mal au crâne relativement souvent, vous devriez inspecter les étiquettes de vos aliments avant de les consommer. Les facteurs alimentaires ne provoquent pas des hémicrânies chez toutes les personnes, et certains aliments n'entraînent des crises de maux de tête qu'occasionnellement chez certaines personnes.

Connaissez davantage vous-même en tenant un journal alimentaire qui liste tous les aliments que vous avez consommés avant de subir une crise de céphalée. Procédez ensuite par élimination pour voir si retirer ces aliments (un par un pour tester) de votre alimentation réduit ou élimine les migraines.


> Aliments provoquant le mal au crâne

Voici une liste d'aliments pouvant occasionner une hémicrânie (et qui sont donc à éviter pour les personnes sensibles) :
  • Fromages à maturité (cheddar, emmental, fromage de Stilton, brie et camembert). Les fromages acceptables sont le fromage cottage, fromage crémeux, velveeta,
  • Hareng, mariné ou séché,
  • Chocolat,
  • Tout aliment fermenté, mariné,
  • Crème aigre (pas plus de 50 grammes par jour),
  • Noix, beurre de cacahuète,
  • Pain au levain, pains et biscuits contenant du fromage ou du chocolat,
  • Fèves (fèves maraîchères, haricots de Lima, etc.),
  • Aliments contenant du glutamate de monosodium tels que la sauce soja, sel d'assaisonnement, attendrisseur de viandes,
  • Figues, raisins, papayes, avocats, prunes rouges (pas plus de 50 g par jour),
  • Agrumes (moins de 50 g par jour),
  • Bananes (pas plus de la moitié d'une banane par jour),
  • Pizzas,
  • Quantités excessives de thé, café ou Coca-Cola (pas plus de deux verres par jour),
  • Saucisses, bolognaise, pepperoni, salami, saucissons, hot-dogs,
  • Foie de poulet,
  • Boissons alcoolisées, l'alcool peut déclencher des maux de tête et aussi la faim. Si vous voulez ou devez vraiment boire, ne buvez qu'un verre.


> Additifs alimentaires pouvant déclencher des céphalées

Voici une liste d'additifs alimentaires et substances naturelles qui susciteraient des migraines :
  • Nitrates trouvés dans les viandes transformées comme les hot-dogs, saucisses et salami,
  • Glutamate de monosodium, un exhausteur de goût fréquemment utilisé dans les plats chinois,
  • Caféine trouvée dans le café mais aussi dans les boissons similaires au Coca-Cola,
  • Tyramine, une substance naturelle que vous pouvez retrouver dans divers aliments tels que le chocolat, le fromage (en particulier les fromages fermentés) et les noix.


> Consommer le fromage avec modération en cas d'hémicrânie

Le fromage âgé est riche en tyramine, une substance qui pourrait favoriser des migraines et qui se forme à partir de la décomposition de protéines de certains aliments. Plus un aliment vieillit, plus il contient de tyramine. Des experts conseillent aux personnes présentant une sensibilité à la tyramine d'éviter les types de fromage suivants :
  • Fromages bleus,
  • Brie,
  • Cheddar,
  • Fromage de Stilton,
  • Feta,
  • Gorgonzola,
  • Mozzarella,
  • Munster,
  • Parmesan,
  • Fromages de Suisse,
  • Fromages transformés.


Il existe d'autres aliments riches en tyramine et capables éventuellement de causer des maux de tête : viandes transformées, cornichons, oignons, olives, certains types de haricots, raisins secs, noix, avocats, soupes en boîte, vin rouge, etc.

Les médecins concèdent qu'il est difficile de rester à l'écart de tous ces aliments. Certains des patients sensibles à la tyramine préfèrent malgré tout les consommer quitte à récolter une migraine. Ils veulent par exemple boire du vin même s'ils savent très bien que cela peut leur donner des céphalées, parce qu'ils aiment trop boire du vin. Dans ce cas, nous recommandons de prendre une dose préventive de médicaments anti-migraine avant de dîner. Les patients devraient toutefois parler de cette solution avec leur médecin avant de l'essayer.


> Eviter les additifs alimentaires

Certains d'entre eux, notamment les nitrites et quelques colorants alimentaires, déclenchent couramment un mal au crâne. Comme la tyramine, ces additifs alimentaires peuvent augmenter le flux de sang montant au cerveau, ce qui cause des migraines chez certaines personnes. Les experts ne comprennent pas exactement la manière dont cela se produit, mais la cause serait liée aux modifications dans les vaisseaux sanguins.

Contrairement aux hémicrânies classiques déclenchés par une autre substance et ressenties sur un côté de la tête, les maux de tête provoqués par des additifs alimentaires ou d'autres substances et se ressentant généralement au niveau des deux côtés de la tête :
  • ils surviennent un certain temps spécifique après l'ingestion de la substance,
  • ils disparaissent quand la substance est éliminée ou un certain laps de temps après ingestion.

Les céphalées provoquées par des aliments contenant du glutamate monosodique, aussi connus sous le nom de syndrome du restaurant chinois, se produisent dans l'heure après l'ingestion de glutamate de monosodium et peuvent produire au moins 2 des symptômes suivant :
  • Pression sur la poitrine ou le visage,
  • Sensation chaleur dans la poitrine, le cou et les épaules,
  • Vertiges,
  • Inconforts au niveau de l'abdomen.

Les experts dans le domaine continuent de débattre sur les effets du glutamate de monosodium sur la migraine, un additif alimentaire que vous pouvez retrouver dans la sauce soja, les plats chinois et souvent dans la nourriture vendue toute prête (comme celle vendue dans les restaurants chinois à emporter par exemple, d'où le nom du syndrome). Certains experts pensent toutefois que des études récentes pourraient indiquer que le glutamate monosodique ne constituerait pas un facteur unique de maux au crâne.


> Méfiez vous des "gels de cerveau"

La plupart d'entre nous ont déjà expérimenté cette arrivée subite de douleur intense qui vient en mangeant ou en buvant quelque chose de trop froid. Cette céphalée dite de "migraine de la crème glacée" ou "gel du cerveau" ("brain freeze" pour les anglo-saxons) dure habituellement moins de 5 minutes.

Ce type de mal au crâne se ressent généralement au milieu du front, mais les personnes souffrant d'hémicrânie peuvent ressentir cette douleur dans les zones affectées habituellement pendant un mal de tête.

Pour les personnes sujettes aux céphalées cela peut constituer le début d'une crise à part entière. Vous mangez de la glace ou un autre plat froid et subitement, de manière inattendue, une migraine vous envahit. Selon des experts, plus de 90% des personnes souffrant de mal au crâne affirment qu'elles doivent faire attention avec les nourritures et boissons froides.


> Ne pas sauter de repas

Alors que certaines personnes présentent des sensibilités à certains aliments, d'autres développent des maux de tête quand elles ne mangent rien.

Tout ce qui perturbe la stabilité de votre organisme peut engendrer une hémicrânie. Ceci comprend le fait de trop dormir ou de sauter des repas.

Il est important d'avoir une alimentation qui vous fournit les bons nutriments au bon moment pour éviter les migraines. Il faut par exemple manger beaucoup de protéines le matin et prendre votre déjeuner à la bonne heure. Si vous sautez un repas, vous pouvez attraper des céphalées. Vous devenez alors revêche et ne pouvez pas vous concentrer, et cela affecte votre travail. Cela peut devenir très agaçant.

Même s'ils deviennent conscients du lien entre les maux au crâne et leur alimentation (en l'occurrence l'absence d'alimentation), les patients ont toujours des difficultés à manger selon un programme régulier établi à l'avance. Certains des patients continuent à subir des hémicrânies tous les jours car ils deviennent distraits au travail et n'adoptent pas une alimentation adéquate.

Les maux de tête des patients disparaissent généralement rapidement après qu'ils aient mangé, donc ils se tournent rarement vers l'aspirine ou d'autres médicaments pour soulager leurs céphalées. En mangeant, les patients traitent la cause plutôt que les symptômes.

Donc restez attentifs à ce que vous consommez, mangez régulièrement et essayez de ne pas sauter de repas. Si vous continuez à subir des migraines malgré les soins apportés à votre alimentation, consultez votre médecin.


Si votre alimentation provoque le mal au crâne, racontez-nous votre expérience. Que pensez-vous des liens entre aliments et maux de tête ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez la première personne à donner un avis en cliquant ici.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.