Manger du porc est-il mauvais pour la santé ?

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 27/10/2012
Relu par le comité de rédaction

Certaines personnes pensent que la viande de porc est mauvaise pour la santé et n'en mange jamais. Est-ce vraiment le cas ?

L'alimentation est le moyen le plus pertinent pour qu'un organisme puisse fonctionner. En d'autres termes, elle permet à chacun de nous de vivre ou de survivre. Chacun des aliments que nous consommons représente soit des vertus soit des risques soit les deux en même temps.

Ici, nous allons nous intéresser au porc, et les effets sur la santé de sa viande (qui est la plus consommée dans le monde). Nous n'aborderons pas cette nourriture en tant qu'interdit alimentaire dans le cadre religieux, nous nous concentrons surtout sur les aspects nutritionnels et sanitaires de cette viande. Découvrez par la même occasion les pires viandes pour la santé en cliquant ici.


> Quelques rappels

Le porc est également appelé cochon ou cochon domestique. Bien qu'ils soient considérés comme des animaux "sales" à cause de leur plaisir à se rouler dans les espaces boueux, il ne faut pas oublier que des raisons leur poussent à aimer la boue.

En effet, se trouver dans la boue procure à ces animaux une sensation de fraîcheur. Comme ils ne peuvent pas transpirer via leur peau, c'est ainsi qu'ils trouvent refuge par rapport à la chaleur. Ils combattent d'ailleurs les parasites en se roulant dans la boue.

Des noms spécifiques sont donnés à la femelle adulte (truie), à la femelle destinée à reproduire (cochette), au mâle (verrat), au jeune qui n'a pas sevré (porcelet, cochonnet ou goret), au jeune qui a déjà sevré (nourrain).

Découvrez également le lien entre la consommation de viandes et le risque de maladie inflammatoire de l'intestin en cliquant ici.


> Les apports nutritifs de la viande porcine

Chaque partie de truie ou verrat que nous consommons représente un goût particulier. Que ce soit du jarret, du jambon, du filet ou encore les pieds, chaque partie comestible d'un porc procure une sensation particulière qui diffère selon le mode de cuisson.

Par ailleurs, les nutriments contenus dans chacun de ces morceaux sont parfois indispensables à la santé. Effectivement, à part plusieurs vitamines, la viande de cochon est une source de fer, de phosphore, et d'acides aminés indispensables à la fabrication d'hormones.

  • Phosphore : même par rapport au sanglier, la viande porcine est une excellente source de phosphore. Ce minéral est nécessaire au fonctionnement de l'organisme. Son abondance dans l'organisme, le minéral le plus important après le calcium, explique d'ores et déjà son indispensabilité.

    A part son intervention dans la plupart des réactions chimiques dans les cellules, le phosphore joue un rôle prépondérant dans la santé des os. En outre, on sait que cet élément est utilisé dans la constitution et reconstitution des tissus et maintient ainsi le bon fonctionnement de ces derniers.

  • Zinc : il s'agit d'un oligo-élément que les individus atteints de diabète, notamment les insulinodépendants, devraient consommer en priorité. En effet, il participe activement à la fabrication de l'insuline qui est nécessaire à la régulation du taux de sucre sanguin.

    En outre, les défenses naturelles du corps humain nécessitent la participation du zinc. A titre d'exemple, il participe à la cicatrisation des blessures. De plus, le zinc figure parmi les éléments essentiels au développement d'un foetus.

    Comme excellentes sources de cet élément, nous pouvons citer la côtelette ainsi que le filet des truies ou verrats.

  • Fer : les femmes, à cause des menstruations, ont plus besoin de fer que les hommes. Ainsi, si le filet de porc est une excellente source de fer pour les hommes, on peut dire que pour les femmes, il n'est qu'une simple source utile parmi d'autres.

    Jouant un rôle essentiel dans la fabrication des globules rouges, le fer est indispensable dans le bon fonctionnement de l'organisme, surtout du cerveau. Le manque de ce minéral dans le corps peut produire des effets néfastes sur la santé. A ce sujet, ce manque peut se manifester par de la faiblesse, de la mauvaise humeur, de la fatigue, ou encore une teinte pâle de la peau.

  • Vitamines : le cochon représente une bonne source vitaminique. En effet, les vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B12 y sont présentes avec un taux important pour l'organisme. Nous tenons ici à rappeler le rôle respectif de chacune de ces substances organiques.

    La vitamine B1, qui correspond à la thiamine, est indispensable à la croissance. Elle est utile pour les efforts à effectuer car est nécessaire à la production d'énergie. Quant à la vitamine B2, elle joue un rôle important avec le fer pour notamment fabriquer des globules rouges. Concernant la vitamine B3, cette substance permet une croissance normale, sans oublier qu'elle participe aussi à la formation de matériel génétique, notamment l'acide désoxyribonucléique (ADN).

    La vitamine B5 ou acide pantothénique est aussi présente dans la viande porcine. Cette substance est détectable dans la côtelette et le filet des truies ou verrats. Elle permet une bonne utilisation de l'énergie par l'organisme. La vitamine B12 et la vitamine B9 sont des éléments importants dans la fabrication de sang, plus précisément des hématies.


> Pourquoi manger du porc ?

Selon nos goûts, nous apprécions ou pas le cochon en tant qu'aliment. La cuisson de la viande porcine dépend de la sauce avec laquelle on l'accompagne. Evidemment, son goût en dépendra, et il reviendrait à chacun de l'apprécier ou non.

A part qu'elle soit relativement facile à faire cuire, presque toutes les parties d'une truie ou d'un verrat sont comestibles et regorgent de vertus pour la santé.

Par ailleurs, comme la viande de porc est une bonne source de vitamines du complexe B, elle est donc excellente pour le bon fonctionnement de l'organisme, à savoir celui des cellules nerveuses et cérébrales. Il faut aussi rappeler que les vitamines du complexe B sont essentielles pour la régularisation de l'utilisation de l'énergie par l'organisme.

Par rapport aux idées reçues, il est important de souligner que la viande du cochon est surtout grasse dans la périphérie. Il existe des morceaux à très faible taux de lipides dans la viande porcine, tel que le filet.

Des études ont démontré que la viande de truie/verrat apporte une quantité importante de protéines, indispensables pour conserver la masse musculaire.


> Comment conserver la viande de porc ?

Traditionnellement, une des manières pour conserver la viande consiste à la saler. Il s'agit de plonger la viande dans une solution concentrée en sel, avec un peu de sucre et de salpêtre. Seulement, avec ce procédé, il se peut que le goût de la viande change.

Actuellement, le mode de conservation consiste surtout à utiliser le froid notamment la réfrigération et la congélation.

Pour la viande du cochon, la réfrigération permet une conservation entre 4 et 6 jours selon le morceau à conserver. Si on opte pour la congélation, cette conservation peut atteindre 4 à 6 mois.


> Enlever les parties grasses

Si vous cherchez les parties les plus saines dans la viande porcine, vous devez chercher les morceaux maigres : filet, côtelettes et aloyau.

Le bacon (lard fumé) et d'autres coupes grasses sont très riches en graisse saturée et en cholestérol. Ces derniers favorisent le bouchage des artères et ne devraient pas être consommés tous les jours.

Le jambon cuit et les viandes froides prédécoupées et emballées (destinées aux sandwiches) se situent quelque part au milieu quand il s'agit de graisse et de calories.

Tout comme avec d'autres viandes, la viande de truie/verrat est sans danger lorsqu'elle est cuite à la bonne température interne (71°C).

Certaines personnes sont conscientes de l'impact environnemental des viandes qu'elles consomment. Si tel est votre cas, cherchez des fournisseurs locaux de produits à base de porc et des éleveurs en plein air de cet animal (tout comme vous le feriez pour le poulet et le bœuf).

Les produits locaux ou fermiers peuvent être plus coûteux, mais vous pouvez compenser le surcoût par d'autres moyens comme le fait de ne pas manger de viandes pendant un jour entier chaque semaine.


> Les dangers pour la santé

C'est en 2009 qu'est apparue une maladie associée à la consommation du cochon. Il s'agit de la grippe porcine appelée aussi grippe A (H1N1). Cependant, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a d'ores et déjà émis son avis sur cet aliment. En effet, cette organisation a affirmé que la manipulation de la viande porcine pendant sa préparation ne représente pas un risque de transmission de la grippe A à l'organisme humain.

Les cochons adorent rouler dans la boue pour évaculer la chaleur et lutter contre les parasites
Par ailleurs, on sait que la consommation de viande de truie/verrat crue ou insuffisamment cuite risque de causer la trichinose, une maladie causée par un parasite. Cependant, avec le contrôle de l'élevage ainsi que les traitements vermifuges, ce risque est de nos jours de plus en plus réduit. Si vous faites cuire suffisamment la viande, et surtout si vous la congelez avant de cuire, vous exterminerez tous les parasites avant la consommation.

Voici les symptômes courants du trichinose : nausée, vomissement, diarrhée, migraine, fièvre, frissons, toux, yeux gonflés, douleurs musculaires, douleurs articulaires, problèmes de coordination, problèmes cardiaques et/ou respiratoires. Ces symptômes peuvent durer de plusieurs semaines à plusieurs mois.

Les porcs sont porteurs primaires :
  • Du taenia solium (aussi appelé le ténia du porc ou le ténia armé),
  • De l'hépatite E,
  • Du syndrome dysgénésique et respiratoire,
  • Du virus Nipah,
  • Du virus Menangle.

Chacun de ces parasites et virus peuvent conduire à des problèmes de santé graves, qui peuvent durer pendant des années. Pour les éviter, il faut bien faire cuire la viande du cochon.


> L'effet sur les globules du sang

Une étude publiée dans la revue "Wise Traditions" a analysé le sang des personnes adultes avant puis après la consommation de divers types de viandes :


Une truie et ses porcelets élevés en pâturage
Rappelons que les agneaux comme les cochons de pâturage sont élevés en plein air. Ils se nourrissent en accédant librement à des pâturages où ils trouvent une variété de plantes comme les choux, les navets fourragers, les céréales, les herbes, etc. Lisez également cinq vérités sur les viandes biologiques et naturelles en cliquant ici.

Les résultats de l'étude sont éloquents.

5 heures après la consommation de côtelette de porc non marinée, les cellules de sang rouges (globules rouges) des personnes testées se regroupent fortement. Ce souci sanguin perturbe la microcirculation et est la preuve d'une réaction inflammatoire.

5 heures après la consommation de côtelettes marinées et préparées de manière normale, les globules rouges des mêmes consommateurs sont presque libres de se déplacer, bien que certains amas restent regroupés.

5 heures après la consommation du lard non fumé, les globules rouges des mêmes consommateurs se déplacent totalement librement, sans aucun facteur de coagulation ou signe de réaction inflammatoire.

La conclusion était la même sur tous les sujets testés. Manger du cochon normal non mariné provoque une mauvaise réaction dans le sang, mais manger de la viande porcine préparée de manière traditionnelle (comme le porc mariné, le lard non fumé, le jambon non fumé, les saucisses non fumées) provoque soit aucune réaction soit une réaction tolérable.

Pour contrôler, les chercheurs ont analysé le sang des mêmes personnes après avoir consommé des côtelettes d'agneau non marinées. Ils avaient trouvé qu'il n'y avait pas non plus de réaction négative dans le sang.

Cela veut dire que ce n'est pas la réaction normale du corps à la viande non marinée en général, mais surtout à la viande porcine non marinée en particulier.


> La viande du cochon est-elle toxique ?

Il y a des raisons pour lesquelles la viande de cet animal devient plus saturée de toxines que la plupart d'autres animaux de la ferme. La première raison a rapport avec le système digestif porcin.

Un cochon digère tout ce qu'il mange plutôt rapidement, dans un maximum de 4 heures. En comparaison, une vache prend 24 heures pour digérer ce qu'elle a mangé. Pendant le processus de digestion, les animaux (dont l'humain) se débarrassent des toxines ainsi que d'autres composants de nourriture consommée qui pourrait être dangereuse pour la santé.

Puisque le système digestif porcin fonctionne plutôt de façon basique, la plupart de ces toxines restent dans leur organisme pour être stockée dans leurs tissus adipeux prêts à être consommés.

Un autre problème avec le cochon est qu'il ne possède pas de glandes sudoripares. Or ces glandes ont pour rôle de débarrasser des toxines. N'en possédant pas, les corps des porcs possèdent davantage de toxines.


> Quelques règles d'hygiène

Pour que tout risque de maladie soit écarté, il est important de mettre en exergue quelques règles d'hygiène. A ce propos, il est à rappeler que chaque ustensile, et le plan de travail doivent rester propres avant et après la préparation d'un plat. Pour les aliments, il est préférables de les consommer frais et propres.

Il est conseillé aux femmes enceintes de consommer de la viande de cochon bien cuite afin d'éviter tout risque de toxoplasmose.

Pour les jeunes enfants et les personnes âgées, il faut absolument que la cuisson atteigne totalement la viande à consommer, c'est-à-dire qu'aucune partie (même pas les parties internes) de la viande ne doit rester insuffisamment cuite.

A l'achat de la viande porcine, demander au boucher d'utiliser un papier spécialement conçu pour l'emballage est aussi conseillé.


> Finalement, manger du porc est-il mauvais pour la santé ?

Par rapport à toutes ses autres vertus, la consommation du cochon ne représente pas un risque important sur la santé. Le simple respect de l'hygiène dans la préparation/conservation et une bonne cuisson permet d'écarter tout danger.

Au contraire, la viande porcine apporte de l'énergie à l'organisme et représente des apports bénéfiques non négligeables à la santé. La présence notable de vitamines du complexe B et d'autres nutriments dans cette viande la rend utile. D'autant plus que, une fois les parties grasses ôtées, sa consommation ne représente plus un risque de surpoids.

En résumé, la viande de porc est un aliment destiné à la consommation quotidienne du fait de son excellent apport en nutriments indispensables à l'organisme. En suivant quelques règles d'hygiène, et compte tenus de ses effets bénéfiques sur la santé, vous pouvez manger de la viande de cochon sans crainte.

Rappelons que selon l'OMS, la consommation de viande porcine n'est pas un risque pour la santé (notamment concernant la grippe A). Quant à la trichinose, tout risque se rapportant à cette maladie est très faible de nos jours, vus les traitements apportés ainsi que l'hygiène que l'élevage porcin exige. De plus, vous pouvez éliminer tout risque de parasite/virus lié à cette viande en la cuisant bien.

Manger du porc n'est donc pas mauvais pour la santé (hors considération religieuse), cette viande présente davantage de bienfaits santé que de risques (à condition d'être préparée adéquatement, bien cuite et si possible marinée avant la cuisson).


Et vous, trouvez-vous que manger du porc est mauvais pour la santé ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez la première personne à donner un avis en cliquant ici.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.