Changement d'heure : ses effets sur la santé et les solutions

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 26/10/2014

Découvrez les soucis causés par le passage à l'heure d'été puis d'hiver sur notre organisme ainsi que les conseils pour y remédier.

> Définition

Avant de commencer, faisons quelques rappels pour mieux comprendre les enjeux. L'occasion notamment pour rappeler que le passage à l'heure d'hiver (survenant le dernier dimanche d'octobre) marque le retour à l'heure normale (pour le fuseau horaire de là où nous habitons), et que l'idée de l'heure d'été date du début des années 1900 !

C'est le caractère quelque peu obsolète de la pratique (proposée par Benjamin Franklin en 1784 déjà, cela date) destinée à l'époque à économiser de l'électricité, qui est dénoncé par les spécialistes. Ces derniers trouvent cette pratique de moins en moins adaptée à l'ère moderne, et nous allons savoir pourquoi dans cet article.

Si vous voulez lire tout de suite les effets du changement d'heure sur l'alimentation et la santé, cliquez ici. Sinon, nous vous invitons à lire d'abord les explications initiales afin de bien comprendre les impacts.

Le système consiste à adapter l'heure officielle en faisant des ajustements :
  • Passage à l'heure d'hiver (lors du dernier dimanche d'octobre) : nous ajoutons 1 heure par rapport à l'heure locale en cours, pour les mois de novembre à mars. Au lieu de 3 h du matin (le dimanche), il sera 2 h.

    On dit alors que l'horloge est avancée d'une heure. Ce changement retarde l'heure à laquelle nous voyons le soleil se lever et se coucher. On dit couramment alors que "1 heure de sommeil est gagnée".

  • Passage à l'heure d'été (lors du dernier dimanche de mars) : nous retirons 1 heure par rapport à l'heure locale en cours, pour les mois d'avril à octobre. Au lieu de 2 h du matin, il sera 3 h (ce qui était la bonne heure avant le changement effectué en hiver).

    On dit alors que l'horloge est retardée d'une heure. Cette modification avance l'heure à laquelle nous voyons l'aube et le crépuscule. On dit couramment alors que "1 heure de sommeil est perdue".

    Pour retenir facilement, il vous suffit d'utiliser ce moyen mnémotechnique : en AVril on AVance l'horloge, et en novembRE on la REtarde.


Explications des changements d'heure fin mars et fin octobre sur l'horloge


> Intérêts supposés

Selon les partisans du changement d'heure, il permettrait de :
  • Economiser de l'énergie. L'argument est que modifier l'heure 2 fois par an diminuerait la consommation d'énergie parce que davantage de lumière du soleil en soirée permettrait de diminuer la nécessité d'un éclairage artificiel.

    Sur ce point, plusieurs études suggèrent qu'il n'y a pas d'économie, car si les gens utilisent moins d'éclairage artificiel, ils utilisent davantage de chauffage et de climatiseurs (en fonction de la température régnante dans les régions), qui consomment bien plus d'électricité que l'éclairage !

    En effet, de nos jours, la plupart des gens ne passent pas les 60 minutes d'ensoleillement supplémentaires dehors sous le soleil, ils les passent à l'intérieur, là où il fait frais. Et comme nous l'avons dit plus haut, les climatiseurs coûtent bien plus en énergie que les ampoules.

    Ainsi, des économistes de l'Université de Californie ont trouvé qu'après l'adoption de l'heure d'été par l'Etat d'Indiana (Etats-Unis) en 2006, le gouvernement a constaté une hausse de 1% de la consommation d'électricité résidentielle à cause d'une demande supérieure en climatisation les soirs d'été et de chauffage au début du printemps ainsi que les matins de fin d'automne. Il n'y avait donc strictement aucune économie d'électricité !

    En outre, les scientifiques font remarquer que l'usage des lampes fluorescentes modernes et le fait que l'éclairage public s'adapte à la luminosité ambiante permettent déjà de réduire la facture énergétique, donc de fragiliser fortement l'argument d'économie d'énergie liée à l'éclairage artificiel.

    Enfin, une étude réalisée par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et publiée en 2010 a montré que le passage à l'heure d'été (+1 heure) provoquait une consommation accrue d'électricité le matin (avec un pic à 6 heures du matin).

  • Favoriser les activités de loisir à l'extérieur le soir (en été), et à ce titre serait bénéfique pour la santé physique et psychologique.

    Sur ce point, diverses enquêtes montrent que beaucoup de gens sont perturbés par cette modification horaire et préféreraient plutôt se lever tôt pour profiter du soleil matinal dans le cadre de leurs activités de loisir plutôt que de prolonger ces activités dans la lumière naturelle du soir.

    La chercheuse Cathleen Zick de l'Université d'Utah (Etats-Unis) avait cherché à savoir si l'heure d'été conduit à une participation supérieure des adultes à l'activité physique en plein air. Elle a utilisé des enquêtes du gouvernement américain de 2003 à 2009 pour cela. Elle avait comparé les réponses des répondants de trois états Colorado, le Nouveau-Mexique et l'Utah, à celles de l'Arizona (un état qui n'adopte pas l'heure d'été). Cathleen avait trouvé que malgré 60 minutes supplémentaires d'ensoleillement, les adultes âgés de 18 à 64 ans ne passaient pas plus de temps à l'extérieur pour leurs activités physiques.

  • Réduire les accidents de la route. Mais sur ce point, les experts dénoncent une hausse de consommation de carburant des véhicules lors des soirées d'été à cause de ce changement d'heure. En outre, certaines études suggèrent qu'au contraire, le nombre d'accidents de la circulation augmente après la révision horaire (nous y reviendrons plus bas).

  • Réduire le taux de criminalité.

  • Vous donner bonne humeur. Quand vous quittez le travail et que le soleil brille encore, cela est sensé augmenter votre niveau de sérotonine, qui à son tour améliore votre humeur.

  • Améliorer la santé économique, en tout cas celle de certains types de commerce (commerçants de détail, sportifs d'extérieur, entreprises de loisirs comme les opérateurs de tourisme, etc.) qui ont tout à gagner avec la théorie que les gens sont susceptibles de passer 60 minutes de plus à l'extérieur (pour faire du shopping ou s'amuser) après la modification horaire.


Voici une vidéo qui explique de façon scientifique pourquoi les gouvernements avaient commencé dès le début des années 1900 à avancer puis à retarder d'une heure :



Globalement, beaucoup d'experts critiquent le changement d'heure 2 fois par an non seulement à cause de ses effets positifs limités sur l'économie d'énergie mais aussi à cause des controverses sanitaires qu'il provoquerait, que nous allons détailler ci-dessous.


> Risques et dangers pour la santé


1) Augmentation du risque de crise cardiaque
Beaucoup de gens grognent le lundi qui suit le passage à l'heure d'été (ayant lieu le dernier dimanche de mars) partout dans les pays où cette modification a lieu (environ 70 pays dans le monde). En effet, ils perdent une heure de sommeil précieux.

Cela pourrait sembler sans conséquence, mais la recherche scientifique montre que même de légères altérations à votre rythme circadien (cycle veille-sommeil) peuvent nuire à votre santé, même en le changeant de 60 minutes "seulement".

En 2014, des études présentées pendant les sessions scientifiques annuelles de l'American College of Cardiology ont révélé que le risque d'avoir une crise cardiaque le lundi suivant le passage à l'heure d'été augmente de 25% par rapport à d'autres lundi !

Des chercheurs de l'hôpital William Beaumont (à Détroit, Etats-Unis) avaient quant à eux analysé la prévalence d'infarctus aigu du myocarde survenus pendant les 7 jours qui suivent le passage à l'heure d'été. Ils avaient trouvé une hausse de 17% du risque pendant cette semaine fatidique ! Le pic a lieu le dimanche immédiatement après l'heure d'été, avec une hausse de 71% !

A l'inverse, le jour qui suit le dernier dimanche d'octobre, après que les horloges aient été retardées d'une heure pour que les gens obtiennent 60 minutes supplémentaires de sommeil, le risque de crise cardiaque diminuait de 21% !

D'autres études avaient également montré que la perturbation des horaires de sommeil provoquée par le bouleversement horaire en été peut présenter un risque pour votre coeur :
  • Une étude publiée en mars 2013 dans l'édition de la revue "American Journal of Cardiology" montrait une hausse du nombre de personnes ayant fait une crise cardiaque le dimanche qui suit celui du passage à l'heure d'été, ainsi qu'une baisse de ces crises le dimanche qui suivait le passage à l'heure d'hiver.
  • Une étude menée en 2012 par l'Université de l'Alabama (Etats-Unis) a confirmé la tendance en constatant que les crises cardiaques augmentent de 10% le lundi et le mardi suivants le changement d'heure survenu fin mars. Les crises cardiaques diminuent là aussi de 10% les premiers lundi et mardi après le remaniement horaire fin octobre.
  • Une étude suédoise publiée en octobre 2008 dans la revue "New England Journal of Medicine" a révélé que les risques d'avoir une crise cardiaque augmentent dans les trois premiers jours de la semaine après le passage à l'heure d'été, et diminuent après avoir fixé votre horloge pour un retour à l'heure normale à l'automne. Le risque de crises cardiaques augmente de 5% le premier lundi après le changement d'heure, et de 10% le mardi suivant.

Découvrez par la même occasion les aliments sains à manger pour garder le coeur en bonne santé en cliquant ici.

Une femme tient son coeur en ayant des symptômes d'une crise cardiaque


2) Hausse du nombre d'accidents de la route, des suicides et de blessures sur le milieu de travail
Le changement d'heure conduirait à une foule de problèmes de santé et de sécurité personnelle selon les scientifiques.

Un neuroscientifique de l'Université de Washington (Etats-Unis) a mené une étude publiée en juin 2013 dans la revue "Chronobiology International". Sa recherche avait montré que régler les horloges en les avançant d'une heure (fin mars) correspond à une augmentation importante des accidents de la circulation et de crise cardiaque (c'est une confirmation de ce que nous avons dit plus haut) au cours des trois jours qui suivent.

Une étude, publiée en décembre 2013 dans la revue "Chronobiology International", a également constaté que la transition de printemps, qui provoque une avancée de phase de sommeil, est particulièrement difficile sur le cycle veille/sommeil de la personne moyenne, et bien qu'il est généralement admis que la perte d'une heure de sommeil dans la nuit du changement est sans conséquence, la recherche scientifique suggère le contraire.

Un rapport publié en août 2013 dans la revue "Sleep Medicine Reviews" avait déjà conclu que de multiples données montrent que la fragmentation et la latence accrues du sommeil présentent un effet cumulatif de perte de sommeil (après la transition du printemps), au moins durant la semaine suivante, voire plus longtemps.

La transition de l'automne (fin octobre) est souvent popularisée comme un gain de 60 minutes de sommeil, mais il y a très peu de preuves de sommeil supplémentaire pendant cette nuit de rectification horaire.

L'effet cumulatif de 5 jours consécutifs pendant lesquels vous vous levez plus tôt après le passage à l'heure d'hiver suggère également une perte nette de sommeil (voire de l'insomnie) durant la semaine qui suit le retardement d'horloge.

Des preuves indirectes de l'augmentation des taux d'accidents de la circulation, et de changement au niveau de la santé et des comportements régulateurs qui peuvent être liés à la perturbation du sommeil suggèrent que la modification horaire n'est ni effectuée immédiatement par l'organisme ni dépourvue de conséquences.

D'autres recherches scientifiques avaient montré que le changement d'heure conduit à l'augmentation des accidents du travail (à la fois en fréquence et en gravité, ce qu'une étude publiée en septembre 2009 dans la revue "Journal of Applied Psychology" avait montré) ainsi que des retards dans le temps de réaction (ce qui affecte la performance, telle est la conclusion d'une étude publiée en janvier 2013 dans la revue "Applied Ergonomics").

Des recherches avaient montré d'autres impacts négatifs :
  • Le taux de suicide augmente chez les hommes dans les semaines suivant le début du changement d'heure, selon une étude publiée en janvier 2008 dans la revue "Sleep and Biological Rhythms" et menée sur des hommes Australiens.

  • Les accidents de la route augmentent de 8% le lundi suivant le passage à l'heure d'été (notamment à cause du manque de concentration qu'il provoque), selon les conclusions d'une étude publiée en 1996 dans la revue "New England Journal of Medicine", et de 11% selon une étude menée par des chercheurs suédois de l'Institut Karolinska à Stockholm (analysant les dates des accidents de véhicules motorisés enregistrés par l'administration routière nationale de la Suède entre 1984 et 1995).

    Et les accidents de la circulation mortels liés à la consommation d'alcool augmentent durant la première semaine qui suit l'avancement de l'horloge (fin mars), selon une étude publiée en juin 1998 dans la revue "Perceptual and motor skills".

  • Les accidents du travail et les blessures survenues sur les lieux du travail augmentent de 5,7%. Et 67,6% de jours travaillés en plus sont perdus suite à la modification horaire, selon une étude publiée en septembre 2009 dans la revue "Journal of Applied Psychology".

  • En termes de productivité et de qualité de vie, les gens sont moins productifs une fois que l'heure d'été est effective (comme s'ils souffraient d'obésité).

    Till Roenneberg, un chronobiologiste russe, a montré une productivité considérablement diminuée, une baisse de la qualité de vie, une hausse de risques de développer des maladies et une fatigue persistante (pendant au moins quelques jours, surtout chez les enfants) après le passage à l'heure d'été. Son étude était publiée en novembre 2012 dans la revue "National Geographic News".

    Une étude publiée en 2012 dans la revue "Journal of Applied Psychology" avait trouvé que le temps passé pour l'amusement personnel augmente significativement dans plus de 200 régions métropolitaines des Etats-Unis pendant le premier lundi qui suit le passage à l'heure d'été, comparé avec les lundis précédents et suivants la transition.

    Les chercheurs attribuent ce comportement à un manque de sommeil et donc une insuffisance de motivation et un manque de concentration pour travailler correctement. Le coût de cette perte de productivité est estimé à 434 millions de dollars en 2013, rien qu'aux Etats-Unis (selon des indices calculés par le cabinet de consultants Chmura Economics & Analytics).

Une femme est fatiguée et s'affale sur son bureau afin de se reposer


3) Accroissement du risque de maladies cardiaques/cancer/prédiabète/décès, baisse de la puissance cérébrale, accélération du vieillissement prématuré
L'ajustement brutal du cycle veille / sommeil de 60 minutes peut causer de sérieux problèmes. Et le désalignement circadien provoqué peut exiger 2 à 3 semaines pour être totalement absorbé par l'organisme (une durée estimée par le docteur John Sharp, psychiatre et neuropsychiatre au centre médical américain Beth-Israël Deaconess à Boston, et auteur du livre "Le Calendrier Émotionnel").

Les perturbations du sommeil ont tendance à répercuter vers l'extérieur de tout votre corps. Il y a beaucoup de choses que les scientifiques ne savent pas encore, mais ils comprennent de plus en plus ce sujet, et savent qu'une heure fait vraiment la différence.

Une étude publiée sur le site BBC News en octobre 2013 a montré, par exemple, que lorsque des participants ont réduit leur sommeil de 7,5 à 6,5 heures par nuit, il y avait une augmentation de l'expression des gènes associés à l'inflammation, à l'excitabilité immunitaire, au diabète, au risque de cancer, et au stress ! En d'autres termes, dormir simplement une heure de moins par nuit peut augmenter votre risque de plusieurs maladies chroniques (y compris de l'obésité).

Le sommeil interrompu ou perturbé peut également :
  • Augmenter votre risque de maladie cardiaque et de cancer.
  • Nuire à votre cerveau en arrêtant la production de nouveaux neurones. La privation de sommeil peut augmenter les niveaux de corticostérone (une hormone du stress), provoquant une moindre création de nouvelles cellules du cerveau dans votre hippocampe.
  • Contribuer à un état pré-diabétique, insulino-résistant, vous faire ressentir la faim même si vous avez déjà mangé (vous avez un plus grand appétit), ce qui peut entraîner une prise de poids.
  • Contribuer à un vieillissement prématuré en interférant avec la production d'hormones de croissance, qui sont normalement libérés par l'hypophyse pendant le sommeil profond (et au cours de certains types d'exercice, tels que l'entraînement d'intervalle à haute intensité).
  • Accroître le risque de souffrir de céphalées de Horton. Ce sont des maux de tête qui se regroupent dans un côté de la tête d'une personne et qui peuvent causer des douleurs atroces pendant des jours ou des semaines à la fois. Ces céphalées semblent être déclenchées par des changements de rythmes circadiens, y compris pendant les transitions horaires printanières et automnales.
  • Augmenter votre risque de mourir de n'importe quelle cause.


4) Déclin cognitif
Une étude de 2011 publiée dans la revue "Journal of Neuroscience, Psychology, and Economics" avait trouvé que les étudiants des pays où le changement d'heure est observé possède des scores de test SAT (un examen standardisé utilisé sur une base nationale pour l'admission aux universités aux États-Unis) de 2% inférieur aux scores des étudiants vivant dans des pays qui ne changent pas d'heure.

> Impacts du changement d'heure sur notre alimentation et sur notre comportement alimentaire


1) Vous pourriez trop manger (et risquer de prendre du poids)
Avec l'heure d'été, vous perdez 60 minutes de sommeil. Or lésiner sur le sommeil peut créer un déséquilibre hormonal dans votre corps, en particulier une production accrue de ghréline (une hormone qui régule la faim).

Des niveaux plus élevés de ghréline dans l'organisme peuvent vous amener à céder à vos envies de nourriture caloriques/grasses, et à manger plus que vous le devriez. Essayez de compenser en consommant des aliments qui réduisent l'appétit afin de garder votre estomac sous contrôle.


2) Vous pourriez manquer de vitamine D après le passage à l'heure d'hiver
Manquant encore plus de soleil après le changement d'heure fin octobre, vous pourriez manquer de vitamine D (surtout de D3 qui est la forme la plus active de cette vitamine), qui est essentielle pour votre santé.

Pour résoudre ce problème, pensez à vous alimenter davantage en saumon en conserve (590 unités internationales - UI - de vitamine D dans 100 grammes). Le thon en conserve est bon aussi (240 UI dans 100 g). Un grand verre de lait écrémé ajoute 100 autres UI.

Vous pouvez également prendre un supplément de vitamine D, environ 1000 UI de D3 par jour (1200 UI si vous avez plus de 60 ans). Vous pouvez en prendre en complément des oméga-3.


> Les conseils de RegimesMaigrir.com pour contrer les risques associés au changement d'heure

De petites variations de votre rythme circadien se produisent tout le temps, pas seulement en raison de l'heure d'été.

Au 21ème siècle, beaucoup de gens ignorent les horloges internes de leur corps, soit par nécessité (travail de nuit ou à distance avec des collègues qui sont en décalage horaire à travers le monde) ou par choix (se coucher tard pour surfer sur le Web ou pour regarder la télévision).

Les gens sont de plus en plus en train de repousser les limites de leur horloge biologique, en se levant tôt et se couchant tard pour une multitude de raisons. Il se trouve que ces raisons ne valent pas la peine quand il s'agit de protéger votre santé à long terme.

Faire de petits ajustements à votre routine quotidienne, notamment en ce qui concerne les habitudes de sommeil, peut être très efficace pour assurer un sommeil réparateur et ininterrompu, et obtenir de ce fait, une meilleure santé.

RegimesMaigrir.com vous propose notamment les solutions suivantes :
  • Commencez à aller au lit 15 minutes plus tôt que d'habitude 4 jours avant le changement d'heure en été (dernier dimanche de mars), puis 30 minutes plus tôt 3 jours avant, 45 minutes plus tôt 2 jours avant et 60 minutes plus tôt la veille.

    Idem, vous pouvez aller au lit 15 minutes plus tard que d'habitude 4 jours avant le passage à l'heure d'hiver (dernier dimanche d'octobre), puis en retardant de 15 minutes supplémentaires chaque nuit suivante.

    Ainsi, vers la nuit où vous devez affronter le changement horaire, vous serez mieux préparés. N'importe qui peut réinitialiser son horloge interne de 15 minutes chaque nuit.

  • Le samedi (la veille du dimanche où vous changez d'heure fin mars), faites des exercices physiques vigoureux. Faire du sport aide à avancer l'horloge biologique, tout comme l'exposition à la lumière vive du soleil le fait.

    Ne faites pas de sport trop tard ce samedi-là. L'entraînement sportif élève la température de votre corps. Les gens sont endormis une fois que la température de leur corps est faible, pas quand il est élevé.

  • Le dimanche matin (le jour où vous aurez changé d'heure fin mars) : même si vous n'avez pas ajusté progressivement votre horloge interne comme nous l'avons conseillé plus haut, levez-vous comme d'habitude (que vous ayez eu une bonne nuit de sommeil ou pas). Ne vous laissez pas tenter par un peu de sommeil en plus, si vous restez au lit, votre corps ne s'ajustera jamais.

    Passez une heure ou plus à l'extérieur. C'est dur de le faire pour beaucoup d'entre nous, mais c'est très important. La lumière du soleil est très utile pour avancer votre horloge biologique.

    Faites une balade matinale. Après une courte nuit (60 minutes de sommeil en moins), marcher est un exercice simple qui aidera à avancer l'horloge interne de votre corps.

  • Évitez de regarder la télévision ou d'utiliser votre ordinateur dans la soirée, au moins une heure avant d'aller au lit. Ces appareils émettent une lumière bleue, qui fait croire à votre cerveau qu'il fait encore jour.

    Normalement, votre cerveau commence à sécréter de la mélatonine entre 9 et 22 heures, et ces appareils émettent de la lumière qui peut étouffer ce processus. Une étude publiée en septembre 2013 dans la revue "American Journal of Preventive Medicine" l'a confirmé.

  • Adoptez une bonne hygiène du sommeil pendant les jours précédents et suivants. Ne prenez pas un repas lourd avant d'aller au lit. Ne buvez pas beaucoup de caféine ou de boissons alcoolisées. Ne faites pas une sieste pendant la journée ou alors 15 minutes au maximum. Ne discutez pas de sujets émotionnels avant d'aller au lit.

  • Veillez à vous exposer à la lumière vive du soleil régulièrement. Votre glande pinéale produit la mélatonine lors de l'exposition au soleil dans la journée et pendant l'obscurité totale la nuit. Or si vous vous trouvez dans l'obscurité toute la journée, votre glande pinéale ne peut pas apprécier la différence et ne pourra pas optimiser la production de mélatonine.

  • Dormez dans l'obscurité totale, ou aussi près que possible de cet état. Même la moindre lumière dans votre chambre à coucher peut perturber l'horloge de votre corps ainsi que la production de mélatonine par la glande pinéale.

    Même le plus petit éclat lumineux de votre radioréveil pourrait interférer avec votre sommeil. Couvrez votre réveil la nuit ou mettez-le carrément dans le placard les jours où vous n'en avez pas besoin. Déplacez tous les appareils électriques à au moins 1 mètre de votre lit. Vous pouvez envisager de couvrir vos fenêtres avec des rideaux ou des stores occultants.

    Si vous pensez que votre organisme ne produit pas assez de mélatonine, n'hésitez pas à consulter votre médecin pour envisager la prise de suppléments de mélatonine le soir.

  • Installez une ampoule faible en puissance (nombre de watts faible) de couleur jaune, orange ou rouge si vous avez besoin d'une source de lumière pour vous mouvoir dans la maison la nuit. La lumière de ces couleurs n'éteint pas la production de mélatonine de la façon dont la lumière blanche et bleue fait. Les lampes en cristal de sel sont également pratiques à cet effet.

  • Maintenez la température dans votre chambre à coucher à 21°C au maximum. Beaucoup de gens gardent leurs maisons trop chaudes (en particulier leurs chambres à l'étage). Or des études ont montré que la meilleure température pour dormir varie entre 15 et 20°C.

  • Prenez un bain chaud entre 90 et 120 minutes avant de dormir. Cela augmente la température du tronc de votre corps. Et quand vous sortez du bain, cette température chute brutalement, signalant à votre corps que vous êtes prêts à dormir.

  • Évitez d'utiliser des réveils bruyants. Devoir vous sursauter chaque matin pour vous réveiller peut être très stressant. Si vous obtenez régulièrement suffisamment de sommeil, vous pourriez même ne pas avoir besoin d'une alarme.

  • Exposez-vous à la lumière du soleil le matin, si possible. Votre système circadien a besoin de lumière brillante pour se réinitialiser. 10 à 15 minutes passées sous le soleil du matin enverront un message fort à votre horloge interne que le jour est arrivé, ce qui rend moins susceptibles d'être confondu par des signaux lumineux faibles pendant la nuit. Davantage d'exposition au soleil est nécessaire au fur et à mesure que vous prenez de l'âge.

  • Soyez conscients des champs électromagnétiques (CEM) dans votre chambre à coucher. Ces CEM peuvent perturber votre glande pinéale et sa production de mélatonine, et peuvent avoir d'autres effets biologiques négatifs. Un détecteur de champs magnétiques/électromagnétiques (Gauss mètre) est nécessaire si vous voulez mesurer les niveaux de CEM dans divers endroits de votre maison. Vous en trouverez aisément en vente sur Internet pour moins de 10 euros.

Un groupe d'amis fait de la marche dans un parc sous la lumière matinale du soleil


> Le saviez-vous ?

L'heure et la date officielles du changement d'heure sont déterminées grâce à une directive de l'Union européenne (2000/84/CE), renouvelée tous les 5 ans. Un renouvellement eut lieu en 2011, le prochain aura lieu en 2016, et le suivant aura lieu en 2021, ainsi de suite.

La Russie a cessé en 2011 de changer d'heure, tout comme l'Ukraine, après avoir pris en compte les différents inconvénients et risques sanitaires causés par cette modification.


Avez-vous déjà observé les effets négatifs du changement d'heure (que ce soit fin mars ou fin octobre) sur votre santé ? Quelles autres solutions que celles listées ici proposez-vous ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :