Traitement hormonal substitutif (substitution d'hormone)

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 29/04/2011
Relu par le comité de rédaction

Les femmes en ménopause peuvent envisager de suivre un traitement hormonal pour compenser leurs chutes hormonales. Qu'en est-il précisément ?

Le traitement hormonal substitutif (aussi appelé thérapie de remplacement d'hormone ou TRH) est largement recommandé dans le cadre du traitement des symptômes causés par la ménopause, ainsi qu'en guise de prévention de l'ostéoporose et des maladies du cœur. Revenons rapidement sur ce type de substitution d'hormone, notamment sur la prise de poids (traitée en fin d'article) qu'il provoque sur une partie des femmes ménopausées. Lisez aussi : Prise de kilos superflus pré et post ménopause.


> Qu'est-ce le traitement hormonal substitutif ?
La substitution hormonale est utilisée pour compléter le corps de l'œstrogène seul ou de l'œstrogène et de la progestérone ensemble pendant et après la ménopause. L'œstrogène et la progestérone sont deux hormone féminines qui sont sécrétée dans les ovaires d'une femme (l'ovaire est l'appareil de reproduction de la femme qui produit les ovules). Lisez aussi : Déséquilibre hormonal et prise de poids : causes, symptômes.

Quand les ovaires ne produisent plus ces hormones en quantités suffisantes (c'est ce qui arrive lors de la ménopause), le traitement hormonal substitutif peut être prescrit pour donner à l'organisme de la femme des taux adéquats d'œstrogène et de progestérone. Lisez aussi : Que manger pour soulager les symptômes du syndrome prémenstruel (SPM) ?


> Pourquoi le corps féminin a-t-il besoin de l'œstrogène et de la progestérone ?
Ces 2 hormones rendent la muqueuse de l'utérus plus épaisse, le préparant à l'implantation éventuelle d'un œuf fertilisé. L’œstrogène influence également la manière dont le corps utilise le calcium, un minéral important dans la construction osseuse, et aide à maintenir des taux sains de cholestérol dans le sang.

Lorsque la ménopause s'approche, les ovaires réduisent la plupart de leur production de ces hormones. Un taux d'œstrogène diminué ou fluctuant peut provoquer divers symptômes de la ménopause comme les bouffées de chaleur, et des maladies comme l'ostéoporose. Le traitement hormonal substitutif donné à la ménopause aide à reconstituer l'œstrogène, soulageant certains des symptômes de la ménopause et aidant à prévenir l'ostéoporose. Lisez aussi : Quelle alimentation pour renforcer les os et prévenir l'ostéoporose ?


> Pourquoi prendre la progestérone ?
Cette hormone féminine est utilisée en plus de l'œstrogène chez les femmes qui ont toujours leur utérus. Chez ces femmes, si l'œstrogène est pris sans progestérone, il augmente le risque de cancer de l'endometrium (la muqueuse de l'utérus). Pendant les années reproductrices d'une femme, les cellules de l'endomètre sont délestées pendant la menstruation.

Quand la ménopause arrive, la menstruation s'arrête, et ces cellules ne sont plus délestées. L'œstrogène peut alors provoquer un envahissement de ces cellules dans l'utérus, un problème de santé qui peut mener au cancer.

La progestérone réduit le risque du cancer de l'endomètre en faisant de sorte que l'endometrium déleste chaque mois. En conséquence, les femmes qui prennent de la progestérone peuvent avoir des hémorragies mensuelles. Ces hémorragies peuvent être diminuées et, dans certains cas, éliminées en prenant de la progestérone et de l'œstrogène ensemble continuellement. Les femmes qui ont subi une hystérectomie (enlèvement de l'utérus par la chirurgie) n'ont généralement pas besoin de prendre de la progestérone. Lisez aussi les 7 aliments pour prévenir le cancer.


> Quels sont les types de traitement hormonal substitutif ?
Il existe deux principaux types de thérapie de remplacement d'hormone :
  • Thérapie à l'œstrogène (aussi appelée thérapie oestrogénique) : l'œstrogène est pris seul. Les médecins prescrivent souvent une faible dose d'œstrogène à prendre sous forme de pilule ou de patch tous les jours. L'œstrogène peut aussi être pris sous forme de crème. Vous devriez prendre la dose d'œstrogène la plus faible nécessaire pour soulager les symptômes de la ménopause et/ou pour prévenir l'ostéoporose,
  • Thérapie d'hormone combinant progestérone (ou progestagène) et œstrogène : aussi appelée thérapie de combinaison, cette forme de traitement hormonal substitutif combine des doses d'œstrogène et de progestérone (le progestagène est une forme synthétique de la progestérone). L'œstrogène et une plus faible dose de progestérone peuvent aussi être donnés en continue pour prévenir l'hémorragie régulière et mensuelle qui peut se produire quand cette combinaison est utilisée. La recommandation actuelle est de prendre la plus faible dose de thérapie d'hormone pendant la plus courte durée possible. Comme tous les médicaments prescrits, les traitements hormonaux substitutifs devraient être rééavalués chaque année.

Lisez aussi : "Régime HCG : les injections ou gouttes de HCG pour maigrir ?" et "L'hormone DHEA contribue-t-elle à faire perdre du poids ?"


> Quels symptômes de la ménopause l'œstrogène peut-il soulager ?
Cette hormone féminine est prescrite pour soulager :
  • Les bouffées de chaleur,
  • La sécheresse vaginale qui peut provoquer des rapports douloureux,
  • D'autres symptômes problématiques de la ménopause comme les sueurs nocturnes, la peau sèche qui démange.

D'autres bienfaits procurés par la prise d'une thérapie de remplacement d'hormone comprennent :
  • La réduction du risque de développer l'ostéoporose,
  • La diminution du risque de fracture osseuse,
  • La baisse de pertes de dents,
  • L'amoindrissement du risque de cancer du côlon.


> Quels risques présente le traitement hormonal substitutif ?
Bien que la TRH aide de nombreuses femmes à bien vivre leur ménopause, ce traitement (comme tout médicament en vente sur prescription) n'est pas dépourvu d'effets secondaires indésirables. Les risques de santé connus incluent :
  • Un risque accru de cancer de l'endomètre (si une femme a toujours son utérus et n'est pas en train de prendre la progestérone en même temps que l'œstrogène),
  • Un risque supérieur de caillots sanguins et de congestion cérébrale,
  • Un plus grand risque de maladies du cœur chez les femmes qui prennent une thérapie de combinaison (progestérone-œstrogène) sur le long terme, et surtout chez les femmes les plus âgées selon une étude de 2006 publiée dans la revue "The Journal of Women's Health". Cette étude montre aussi une réduction du risque de maladies du cœur quand ce même type de traitement est démarré chez les femmes de plus jeune âge (celles qui viennent d'entrer dans la ménopause).

Lisez aussi : "Habitudes à prendre en famille pour une bonne santé du cœur " et "Quelle alimentation pour éviter les maladies du cœur ?"


> Qui ne devrait pas prendre un traitement hormonal substitutif ?
La thérapie de remplacement d'hormone n'est habituellement pas recommandée aux femmes qui ont :
  • Un cancer du sein actif ou passé,
  • Un cancer de l'endomètre actif ou récurrent,
  • Un saignement vaginal anormal,
  • Des caillots sanguins actifs ou récurrents,
  • Un antécédent de congestion cérébrale,
  • Une maladie du foie,
  • Une grossesse (confirmée ou supposée).

Les fumeuses devraient envisager d'arrêter le tabac avant de prendre une substitution d'hormone. Lisez aussi : Pourquoi les fumeurs grossissent-ils après avoir arrêté de fumer ?


> Quels sont les effets secondaires du traitement hormonal substitutif ?
Comme pour tous les médicaments, la thérapie de remplacement d'hormone présente divers effets secondaires, dont les plus courants sont :
  • Hémorragie mensuelle,
  • Pertes de sang irrégulières,
  • Sensibilité des seins.

Les effets secondaires moins fréquents liés à la substitution d'hormone sont :
  • Caillots sanguins et congestion cérébrale (bien que rares, il s'agit du risque le plus sérieux),
  • Rétention d'eau,
  • Mal de tête,
  • Vertiges,
  • Décoloration de la peau (plaques de couleur marron ou noire),
  • Densité accrue aux seins rendant l'interprétation des mammographies plus difficile,
  • Irritation de la peau sous le patch d'œstrogène,
  • Prise de poids (nous y reviendrons en bas de page).

Lisez aussi : "Que faire en cas de rétention d'eau ?" et "Les principales raisons d'un gain de poids corporel".


> Comment réduire les effets secondaires indésirables dus au traitement hormonal substitutif ?
Ajuster soit le dosage soit la forme du médicament que vous prenez peut souvent réduire les effets secondaires associés à la thérapie de remplacement d'hormone. Cependant, vous ne devez jamais effectuer de changements dans votre médication ou arrêter de prendre vos médicaments sans d'abord consulter votre médecin.


> Comment savoir si le traitement hormonal substitutif vous convient ?
Il existe plusieurs facteurs à prendre en compte quand vous décidez de suivre ou pas une thérapie de remplacement d'hormone, y compris votre état de santé actuel et votre antécédent médical. Discutez de vos facteurs de risques et de votre historique médical avec votre docteur.

Vous devriez aussi réfléchir sur les avantages et inconvénients d'une substitution d'hormone, et analyser d'autres traitements alternatifs (compléments alimentaires, acupuncture, massage thérapeutique, chiropratique, rétroaction biologique ou biofeedback, homéopathie, alimentation spécifique), qui doivent obligatoirement être suivis sous la supervision d'un médecin. Lisez aussi : Acupuncture pour maigrir : est-ce possible ?


> Combien de temps suivre un traitement hormonal substitutif ?
Parce que les études sur la thérapie de remplacement d'hormone sont en cours, les femmes devraient réévaluer leur programme de traitement chaque année. Faites une pause dans la substitution d'hormone (sous l'assistance de votre prestataire de soins santé) si vous développez un problème de santé qui rend ce type de traitement moins sûr pour vous.


> Traitement hormonal substitutif et prise de poids
Parmi les problèmes soulevés par les femmes ménopausées se trouve la prise de kilos superflus. Or chez les femmes en ménopause qui prennent une thérapie de remplacement d'hormone, certaines se plaignent de grossir à cause de ce traitement. En fait, la réponse peut être différente d'une femme à l'autre. Lisez aussi les 10 erreurs à ne pas faire si vous voulez éviter de grossir.

Une personne moyenne prendra du poids avec l'âge. Les changements hormonaux survenus à la ménopause augmenteront souvent la quantité de poids qu'une femme prend à cette période de sa vie, et modifieront la façon dont la graisse est distribuée dans son corps. Lisez aussi : Bien vieillir et garder la ligne grâc à une bonne nutrition.

La substitution d'hormone utilise l'œstrogène ou une combinaison de progestérone-œstrogène. La progestérone est connue pour augmenter la rétention d'eau. Il semble logique que l'utilisation d'une ou des deux hormones favorise la prise de poids.

Toutefois, diverses études n'ont pas montré de gain significatif en poids corporel lors des traitements hormonaux substitutifs. En fait, ce type de traitement peut faire grossir tout comme il peut ne pas le faire. Tous ses bienfaits et risques devraient quoiqu'il arrive être discutés entre médecins et patientes.

Si vous avez déjà suivi le traitement hormonal substitutif, que pouvez-vous dire sur ses bienfaits et effets secondaires ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 20 commentaires sur cet article. Cliquez ici pour lire ces commentaires ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.