Victoza : médicament anti-diabète faisant maigrir plus que Xenical

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 24/10/2009
Relu par le comité de rédaction

Victoza est un antidiabétique qui fait davantage maigrir que le médicament anti-obésité Xenical. Comment est-ce possible ?

Victoza, un nouveau médicament anti-diabète s'est montré encore plus efficace pour faire maigrir que le Xenical, l'un des médicaments anti-obésité les plus souvent prescrits dans le monde, selon des essais d'une étude publiée dans la revue médicale The Lancet.

Victoza est un médicament anti-diabète qui avait reçu une autorisation de mise sur le marché européen en juin 2009. Il se présente sous forme de stylos pré-remplis, et s'administre une fois par jour par injection sous la peau.

Les patients qui ont reçu du liraglutide (le principe actif du Victoza), qui contient une hormone de satiété, étaient capables de perdre 2 fois plus de poids que les patients qui prenaient de l'orlistat (le principe actif du médicament anti-obésité Xenical, un actif également présent dans la pilule Alli en deux fois moins dosé).

Non seulement le médicament Victoza diminue l'appétit mais il réduit aussi les facteurs de risques de diabète, selon une étude (dont l'auteur principal, le professeur Arne Astrup, est également un consultant de Novo Nordisk, le laboratoire qui fabrique Victoza).

Il existe toutefois 2 principaux inconvénients si vous voulez maigrir avec ce médicament :
  • ce médicament antidiabétique doit être injecté tous les jours puisque autrement il se décomposerait dans l'intestin,
  • Victoza coûte cher (550 euros pour 6 mois de traitement).


Victoza ferait mincir davantage que le médicament minceur Xenical


Les experts jugent que des études plus approfondies sont nécessaires pour établir les avantages puis les effets secondaires et autres risques du médicament Victoza pour la santé, sur le long terme.


L'étude qui a permis de constater que le médicament anti-diabète Victoza fait maigrir plus que Xenical était étalé sur 20 semaines. 564 patients avaient participé aux essais requis par l'étude. Ces patients sont âgés entre 18 et 65 ans, et habitent dans tous les pays d'Europe. Leur IMC variait entre 30 et 40.

Sur ces 20 semaines, 3 groupes de patients répartis dans 19 hôpitaux devaient suivre un régime diminué de 500 calories par jour en plus de faire de l'exercice.

Le premier groupe avait reçu un placebo. Sur 20 semaines, seulement 30% des patients de ce groupe avaient perdu plus de 5% du corporel.

Le deuxième groupe avait reçu du Xenical (dont le principe actif est Orlistat). Sur 20 semaines, seulement 44% des patients de ce groupe (qui prenaient du Xenical dosé à 120 mg) avaient perdu plus de 5% du poids corporel.

Le troisième groupe avait reçu du Victoza (dont le principe actif est le liraglutide). Sur 20 semaines, plus de 75% des patients de ce groupe (qui prenaient 3 mg de liraglutide par jour) avaient perdu plus de 5% du poids corporel. Il s'agissait du groupe qui avait réussi à maigrir le plus (les patients de ce groupe qui avaient maigri perdaient en moyenne 6,4 kilogrammes).

Les effets secondaires du Victoza étaient peu nombreux. Nausées et vomissements étaient observés dans le troisième groupe, mais les effets secondaires restaient temporaires et ne provoquaient pas d'arrêt du traitement. Découvrez aussi Qnexa, un futur médicament capable de faire maigrir de 15%.


L'auteur principal de l'étude, le professeur Arne Astrup, responsable du département Nutrition Humaine à l'Université de Copenhague (Danemark) a déclaré : "la raison pour laquelle nous pensons que le médicament Vectoza est si fascinant est qu'il imite une hormone intestine appelée GLP-1 qui est libérée dans le petit intestin après avoir mangé".

L'hormone GLP-1 dit au corps de produire davantage d'insuline et au cerveau d'arrêter de manger. Il s'agit d'une hormone satiété trouvable à l'état naturel. Le problème est qu'elle est éliminée de la circulation sanguine en quelques minutes. Novo Nordisk, le laboratoire pharmaceutique fabriquant le Victoza, a alors ajouté une molécule pour rendre cette hormone plus résistante à l'élimination, afin qu'elle puisse rester dans le sang pendant un jour complet.

L'usage du Victoza, un médicament à injecter donc moins pratique qu'une pilule, pour faire maigrir sur le long terme est discutable. En effet, si le traitement au Victoza s'arrête, et à moins de continuer un régime ainsi que des exercices physiques, le poids perdu revient souvent vite (c'est ce qu'on appelle l'effet yo-yo).

Le liraglutide (principe actif du Victoza) a élargi le choix des traitements pour les personnes souffrant de diabète de type 2 parce qu'elle offre non seulement un meilleur contrôle du taux de sucre sanguin mais aide également à maigrir. Toutefois, le rôle du liraglutide donc du Victoza pour aider les personnes obèses à maigrir alors qu'elles n'ont pas de diabète est discutable. De plus, davantage d'études sont nécessaires avant d'apporter des conclusions.

Les médicaments anti-obésité ne sont pas donc une solution sur le long terme. Il semble nettement plus judicieux pour une personne en surpoids ou obèse de changer son style de vie, d'adopter une alimentation plus équilibrée et plus saine, de devenir plus actifs (notamment en faisant de l'exercice régulièrement).


Que pensez-vous de Victoza le médicament anti-diabète qui fait maigrir plus que Xenical ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 118 commentaires sur cet article. Cliquez ici pour lire ces commentaires ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.