Régime jeûne / Diète hydrique

> Principe et méthode

Pratique ancestrale pour s'autoguérir (même les animaux l'ont compris et cessent de manger lors des maladies ou blessures), le jeûne (action de jeuner) résulte de l'abstention de prise de nourriture. Cette abstinence alimentaire peut être :

  • volontaire pour des raisons médicales, spirituelles ou politiques,
  • contrainte par suite de privations ou de sous-alimentation pour des raisons socio-économiques.

Ici nous ne traitons que d'une abstention volontaire pour des raisons liées à la santé (en quelque sorte des raisons médicales) puisque nous parlons du jeûne comme une méthode pour maigrir (mais pas uniquement, car la privation préméditée de nourriture à titre médical vise également d'autres objectifs thérapeutiques en parallèle de son but de faire maigrir). Toutefois, nous évoquons le jeûne politique et religieux dans la partie "Le saviez-vous ?" afin de satisfaire votre curiosité intellectuelle. Lisez aussi nos recommandations pour détoxifier votre corps.

Jeûner reste une pratique qui comporte beaucoup de risques pour votre santé. Ainsi, nous vous rappelons que notre site ne fait que donner l'accès à des informations. Il ne sert pas à inciter à suivre tel ou tel régime (de sévérité différente pour l'organisme, se priver intentionnellement de nourriture restant une action très sévère) et ne doit donc être lu dans cet objectif. Dans cette optique, nous vous invitons à cliquer ici pour lire l'avis de désengagement de responsabilité (accessible également en bas de toutes les pages de notre site) avant de poursuivre la lecture du contenu ci-bas.


Il existe 2 sortes de privation volontaire de nourriture :



  • Jeûne complet (il s'agit alors d'une diète hydrique) : abstention de tout aliment solide ou liquide, à l'exception de l'eau (sans laquelle votre corps ne peut survivre), pendant une période indéterminée afin de permettre à votre organisme de se reposer, se détoxiquer, se régénérer et (si tel est votre objectif) de perdre du poids (avec un processus d'autodigestion). Votre corps doit se reposer pendant la période d'abstinence. Si vous suivez une diète hydrique pour maigrir, sachez qu'elle est similaire à un régime hypocalorique très sévère pour l'organisme, et qu'il faut donc prendre beaucoup de précautions.

    A noter que jeûner de façon complète et sans eau existe. Cela s'appelle le jeûne sec, se pratique au maximum 2 ou 3 jours, peut se pratiquer à la fin d'une diète hydrique, et reste totalement déconseillé. En effet, le corps vient de subir une privation de nourriture partielle et est carencé. Si en plus vous ne buvez plus d'eau (l'eau est indispensable à la survie, ne pas en boire pendant 2 ou 3 jours est extrêmement dangereux) et ne mangez rien, votre corps (à moins d'y être hyper entraîné depuis longtemps, par conviction religieuse par exemple) ne le supportera pas et vous mettrez en péril votre santé.

  • Jeûne partiel ou cure : vous suivez une sorte de diète, en limitant votre consommation à des aliments à faibles apports énergétiques tels jus de fruits, légumes, herbes de blé, céréales, pousses, infusions, bouillons, suppléments alimentaires... Ces cures (souvent à but thérapeutique) conviennent aux personnes qui ne peuvent suivre une diète hydrique ou qui désirent aborder la privation intentionnelle de nourriture par une phase d'approche moins radicale.


3 étapes composent une période de privation volontaire de nourriture :

  • Etape de préparation (à ne surtout pas négliger afin de préparer votre organisme à un changement d'alimentation radical) : vous devez diminuer vos portions alimentaires lors de chaque repas, et cela de jour en jour jusqu'au premier jour de la privation. Vous devriez consommer le plus possible d'aliments végétaux pendant cette étape, et éviter les aliments raffinés.
    5 jours avant de jeûner vous devez éviter le tabac, l'alcool et les excitants. 3 jours avant, vous devez éviter ou diminuer la consommation de la viande, du poisson, des oeufs et produits laitiers. La veille de la privation, vous devriez consommer des fruits ou légumes à volonté et boire beaucoup.

  • Etape de jeûne proprement dit : vous choisissez entre les types complet ou partiel (cf. paragraphe précédent). Vous ne consommez rien tout en buvant du liquide (uniquement l'eau si vous suivez le type "complet" ; ou alors tisanes, bouillons de légumes, jus de fruits, etc. si vous suivez le type "partiel" (cure).

  • Etape de réalimentation : vous retrouvez progressivement votre alimentation d'avant l'étape de préparation. Veillez à faire de l'exercice physique après cette étape. La reprise alimentaire doit se faire sur une durée équivalente à celle du jeûne. Vous devez privilégier les légumes cuits et crus, les fruits frais ou secs, les fruits oléagineux, les graines germées, les céréales complètes. Vous devez éviter les aliments raffinés et les excitants, le pain, le fromage, les protéines animales (viande, poisson, etc.).

Le jeûne complet exige de ne rien consommer d'autres que de l'eau


Quelles précautions prendre avant de jeuner ?

Avant de suivre un jeûne complet ou partiel, vous devriez consulter un professionnel de la santé (médecin, naturopathe, infirmier, etc.) pour établir votre bilan santé (surtout si vous prenez déjà des médicaments). Ce même médecin devrait vous suivre au quotidien par le biais des examens de contrôle, notamment pour vérifier votre pouls, votre tension artérielle, votre poids et la température de votre corps.


Quelles sensations ressent-on lors d'un renoncement volontaire aux aliments ? Quels premiers effets observe-t-on ?

Lors du commencement du jeûne, vous pouvez ressentir une faim, qui peut plus ou moins déranger selon votre état moral. En général, cette sensation de faim tend à disparaître deux à trois jours après pour laisser place à une sensation de légèreté (certains diraient de bien-être car l'esprit devient clair) relativement euphorisante.

L'élimination d'eau et de sel explique les premières pertes de poids. Pour chaque kilogramme perdu par la suite, votre corps perd environ 300 grammes de protéines et 550 grammes de graisse. Vous pouvez perdre environ 700 grammes par jour pendant les premiers jours, 375 grammes par jour pendant la troisième semaine. Après la 3ème semaine, la perte de poids devient équivalente à celle obtenue avec un régime hypocalorique sévère (600 calories par jour).

Des effets secondaires peuvent apparaître : mal de tête, insomnie, nausée, étourdissements, irritation cutanée, douleurs musculaires, etc. Ils s'estompent rapidement si vous avez bien suivi l'étape de préparation avant de jeûner.




Quel hygiène intestinal avant et pendant cette diete (sauf la privation courte) ?

Videz votre tube digestif de toute chose pouvant fermenter, putréfier ou stagner car le transit intestinal se ralentit énormément quand vous êtes à jeun. Dès lors, vous devez évacuer proprement de l'organisme les 3 ou 4 repas consommés dans les jours précédant la privation, lors des jours d'un jeûne moyen ou long (supérieur à 7 jours). Vous pouvez par exemple vider votre intestin la veille du premier jour de privation en provoquant des selles. Pour cela, vous pouvez prendre du chlorure de magnésium ou deux cuillerées d'huile de ricin.

Une fois l'intestin vidé, vous devriez le nettoyer en consommant une soupe de légumes (blettes, endives, haricots verts, poireaux, des fibres cuites, etc.), qui restera votre dernier repas avant de commencer réellement à jeûner.

Pendant la privation, vous pouvez effectuer un lavement avec un équipement adapté.

Tout ceci reste relativement inutile si vous suivez un jeûne court, de 1 à 3 jours.


Quelle période de l'année convient à une privation volontaire de nourritures ?

La réponse reste simple, il n'y en a pas. Certains spécialistes pourraient vous conseiller de commencer le jeûne lors de la transition entre le printemps et l'automne. D'autres vous aviseront de le commencer lorsque votre corps émet l'envie d'un changement profond. Quoiqu'il arrive, vous ne devriez vous priver de nourritures de manière moyenne ou longue (dépassant une semaine) que lors d'une période d'inactivité (car il vous faudra du repos obligatoirement, vous ne pourrez pas excercer une activité professionnelle).


Pendant combien de temps jeûner ?

Tout dépend de divers paramètres tels l'âge, le sexe, le poids, la force, les toxines emmagasinées dans le corps, l'état des maladies (s'il y en a)... En général, les spécialistes vous conseilleront de suivre entre 3 à 10 jours voire jusqu'à 21 jours.


Quels effets physiologiques induit une privation intentionnelle de nourritures ?

Lorsque aucune nourriture n'est absorbée, l'organisme est contraint de puiser sur lui-même ses sources d'énergie. Il va d'abord utiliser le glucose du glycogène, une molécule de réserve contenue dans le foie (glycogénolyse), puis les acides gras des tissus adipeux et enfin, les protéines musculaires (d'où la "perte de muscle").

Le corps, le cerveau et les tissus nerveux ont besoin de glucose (glucolyse) pour un métabolisme normal (en régime normal, le cerveau consomme environ 120g de glucose par jour). Une fois le glucose transformé, le métabolisme du corps est donc en carence. Une alternative vers une autre source d'énergie peut être faite, cependant, certaines parties du cerveau ont besoin exclusivement de glucose, et des protéines sont nécessaire à sa production. Si le manque de protéines devait se prolonger, la mort s'ensuivrait.

Herbert M. Shelton (voir partie "Le saviez-vous ?") a surveillé pendant une période de 4 à 5 ans des patients jeûnant exclusivement à l'eau jusqu'à 90 jours ; selon lui, après une phase approximative de trois jours de jeûne, la sensation de faim devient habituellement très peu fréquente ou disparaît totalement. Shelton pensa que la "faim" ressentie durant les trois premiers jours de diète est due à une "irritation gastrique" et non à une "véritable faim". Une deuxième faim apparaît une fois que le corps a brûlé toutes ses ressources (en général au bout de 3 semaines), c'est à ce moment que la personne doit arrêter de jeûner, afin d'éviter tout dégât irréversible et permanent à l'organisme.


Être à jeun aide-t-il à perdre du poids ?

Quand vous jeûnez, votre corps est forcé à puiser dans ses réserves d'énergie pour obtenir le ravitaillement dont il a besoin afin de continuer à fonctionner, alors vous allez maigrir. La grande question est combien de temps vous pourrez garder ce poids perdu.

Parce que la nourriture fût souvent rare pour nos ancêtres, nos organismes ont été programmés génétiquement pour combattre les effets du jeûne. Quand vous mangez moins d'aliments, votre métabolisme ralentit dans l'objectif de conserver l'énergie. Alors, quand vous revenez à votre alimentation habituelle, votre métabolisme ralenti pourrait vous amener à stocker davantage d'énergie, ce qui veut dire que vous allez probablement reprendre les kilos perdus, et même prendre plus de poids quand vous mangez les mêmes calories que vous le faisiez avant d'être à jeun.

Au fur et à mesure que vous jeûnez, votre corps s'ajustera en réduisant votre appétit, alors vous sentirez au début que vous avez moins faim. Mais une fois que vous aurez terminé votre privation intentionnelle de nourriture, vos hormones de l'appétit se remettront à marcher pleinement, et vous pourriez finir par vous sentir encore plus affamés et enclins à manger trop qu'avant.

Diverses études ont montré qu'être à jeun sur des jours alternés peut aider les gens à se débarrasser de quelques kilos en trop, mais pas pour longtemps. Dans une étude, les participants qui avaient suivi une diète hydrique en alternance (un jour suivi, un jour sans) ont perdu du poids, même quand ils mangeaient tout ce qu'ils voulaient pendant les jours "sans privation". Cependant, ils ne pouvaient pas maintenir la perte de poids durablement.


> Avantages et inconvénients

Lisez les avantages ainsi que les inconvénients de ce régime en cliquant ici.


> À voir aussi

Recevez gratuitement notre newsletter :