Morphotypes : ectomorphe, endomorphe et mésomorphe

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 13/03/2013
Relu par le comité de rédaction

La typologie de Sheldon distingue les types morphologiques en trois classes et autant de types de corps. Découvrez les 3 somatotypes.

Chaque personne possède des traits génétiques uniques. Chaque conseil que vous lisez en rapport avec la perte de poids devrait être appliqué en fonction de votre connaissance sur votre propre constitution physique (à condition que vous ayez terminé votre croissance), métabolisme, composition génétique.

Un psychologue américain a poussé le raisonnement encore plus loin. Pour William Herbert Sheldon (1898-1977), vous devriez connaître votre morphotype (votre type morphologique de corps) et agir toute votre vie en fonction de celui-ci.

Pour lui, chaque individu peut se faire attribuer trois chiffres représentant trois composants, que Sheldon pense innés (génétiques) et inébranlablement déterminants du caractère de l'individu peu importe les fluctuations du poids corporel. En d'autres termes, à chaque physique équivaut un destin selon lui.

Remarque : si vous cherchez des informations sur les formes du corps (en pomme ou en poire), elles se trouvent dans un autre article.


> Origine de cette catégorisation

La psychochologie constitutionnelle est une théorie développée dans les années 1940 par le psychologue (accessoirement numismate de renommée mondiale ayant conçu l'échelle d'évaluation du même nom) évoqué plus haut, William Herbert Sheldon.

Cette théorie associe les types de corps aux modèles de tempérament humain (les façons de réagir aux stimuli), ses comportements, son intelligence, son hiérarchie sociale. Sheldon propose que le physique humain soit classé en fonction de la contribution relative de trois types corporels : les somatotypes.

Pour concevoir cette typologie des corps, W.H. Sheldon s'inspira des trois couches de tissu du développement embryonnaire (embryologie) : l'ectoderme (qui forme la peau et le système nerveux), l'endoderme (qui se développe dans le tube digestif), le mésoderme (qui devient les muscles, le cœur et les vaisseaux sanguins).

Dans son livre publié en 1954 et intitulé "Atlas des hommes", le psychologue catégorisa tous les types corporels en fonction d'une échelle allant de 1 à 7 pour chacun des trois "somatotypes". Dans son classement :
  • L'ectomorphe pur est 1-1-7
  • L'endomorphe pur est 7-1-1
  • Le mésomorphe pur est 1-7-1

Echelle de Sheldon pour les somatotypes
Dans la typologie de Sheldon, à partir du nombre gabarit, les caractéristiques mentaux de l'individu pourraient soi-disant être prédits. Cependant, les scientifiques modernes rejettent globalement le travail de ce psychologue.

Sans nécessairement prendre le parti des chercheurs contemporains, RegimesMaigrir.com remarque simplement qu'il est rare de trouver une personne qui rentre parfaitement dans un seul somatotype. La plupart d'entre nous sont une combinaison de 2 voire 3 types de corps. En outre, la génétique semble jouer un rôle significatif quand vous essayez de perdre du poids (il n'y a qu'à voir l'exemple de la galanine).


> Ectomorphe

Une femme et un homme ectomorphe
Les personnes qui présentent ce morphotype sont naturellement minces. Elles possèdent souvent une silhouette svelte et élancée. Elles semblent pouvoir manger toutes sortes de nourritures même malsaines tout en ne prenant pas de poids.

Cependant, les ectomorphes ont moins de force musculaire, et ont des difficultés à prendre du muscle. Voici les principaux caratéristiques d'un individu appartenant à ce somatotype :
  • Métabolisme rapide,
  • Minceur naturelle (corps un peu sec, muscles et membres longs et minces),
  • Difficulté à prendre du poids. Déjà non prédisposé à stocker de la graisse, souvent, il ne mange pas assez,
  • Niveau de force naturelle inférieur, difficulté de prendre de la masse musculaire (et brûle facilement du muscle quand il adopte un régime hypocalorique),
  • Niveaux d'énergie généralement élevés (voire une tendance à l'hyperactivité). Il bouge souvent dans tous les sens ou fait beaucoup de sport.

Selon Sheldon, le morphotype ectomorphe est associé à un grand développement du système cérébral et des nerfs (ectoderme). Le psychologue trouve que l'assemblage de ces traits fait que les ectomorphes ont un tempérament cérébrotonique.

Pour lui, les individus classés dans ce somatotype sont plutôt émotifs. Ils font preuve de timidité, manquent d'audace mais ont des penchants poussés pour l'art en général. Les ectomorphes aiment les cercles privés et les conversations confidentielles plutôt que l'attroupement et la cohue. Ils semblent souvent sur la défensive.


> Endomorphe

Deux personnes endomorphes
Ce morphotype stocke de la graisse très aisément, et a du mal à s'en débarrasser. Quelqu'un qui possède ce type de corps a souvent un métabolisme lent, et doit faire particulièrement attention à son alimentation.

Voici quelques caractéristiques communs de ce type morphologique :
  • Tendance naturelle à être en surpoids,
  • Grande structure osseuse,
  • Prise de masse grasse facile,
  • Perte graisseuse difficile,
  • Stockage des kilos en trop au niveau de la taille,
  • Sensibilité probable aux glucides (particulièrement aux glucides transformés et raffinés),
  • Métabolisme ralenti,
  • Forme du corps plutôt arrondie (forme de poire),
  • Niveau de force/puissance souvent raisonnable.

Si vous êtes principalement endomorphe, vous constaterez peut-être que le régime seul (faire un régime pour maigrir sans faire du sport) ne sera pas suffisant pour atteindre votre objectif de perte de poids. Parce que vous avez un taux métabolique lent, il doit être augmenté par des exercices aérobiques et de la musculation.

Vous aurez probablement besoin d'être prudents avec la consommation glucidique (mais sans pour autant arrêter de manger les glucides complètement). Une alimentation équilibrée avec une non-domination des glucides pourrait être considérée.

Bien que cela puisse sembler la chose la plus difficile à faire, la pratique d'exercices aérobiques le matin sera très utile. Pour Sheldon, les endomorphes semblent devoir subir un cruel "lancer de dés" génétique, ce qui veut dire qu'ils doivent faire beaucoup plus de sport pour ne pas grossir.

Selon Sheldon, ce morphotype est associé à un grand essor du système de digestion (surtout l'estomac, c'est-à-dire l'endoderme). C'est pourquoi il pense que les personnes possédant ce type morphologique tendent à développer une grande corpulence, à avoir un corps flasque (par exemple un ventre mou) et des muscles peu déployés.

Ce psychologue décrié estime que l'ensemble de ces attributs fait que les endomorphes ont un tempérament viscérotonique. Ils aiment tout ce qui rend la vie plus agréable, l'abondance de choses somptueuses, prendre les repas avec plaisir.

Pour Sheldon, les personnes de ce somatotype font davantage preuve de tolérance avec les autres, recherchent plus la compagnie de leurs semblables, aiment rire et plaisanter, ont une bonne humeur générale, sont très tournés vers le monde extérieur.


> Mésomorphe

Une femme et un homme mésomorphe côte à côte
Les gens qui possèdent ce morphotype sont typiquement ceux que nous pourrions jalouser secrètement. Les mésomorphes présentent les caractéristiques suivants :
  • Naturellement musclé (os moyennement grands, torse solide, épaules larges avec une taille étroite),
  • Minceur naturelle,
  • Masse grasse faible,
  • Perte de graisse aisée (ne sont pas prédisposés à stocker du gras),
  • Prise de muscle et de puissance facile,
  • Métabolisme efficace et rapide.

Les personnes ayant ce type de corps sont généralement des bodybuilders et athlètes doués. Si vous lisez RegimesMaigrir.com régulièrement pour chercher à mincir, il y a des chances pour que vous ne soyez pas mésomorphe prédominant.

Selon Sheldon, le morphotype mésomorphe est associé à une grande évolution de l'ensemble des muscles du corps ainsi que du système de circulation du sang dans l'organisme (mésoderme).

Le psychologue juge que la globalité de ces caractères fait que les mésomorphes ont un tempérament somatotonique.

Pour lui, les gens de ce somatotype ont plutôt du courage, de l'énergie, une tendance à agir beaucoup, du dynamisme, de l'autorité, de l'aggressivité. Ils savent également prendre des risques plus souvent.


> Préjugés culturels

Des chercheurs ont déjà analysé si les différents physiques peuvent induire des stéréotypes culturels (des opinions communes banales, qui ne sont pas issues d'une réflexion personnelle mais semblent provenir d'une moule culturelle).

Par exemple, une étude publiée en 1989 dans la revue "Personality and Social Psychology Bulletin" a analysé les déclarations de milliers d'hommes et de femmes, faites après avoir visualisé des photos de différents morphotypes. Cette recherche a trouvé les clichés qui suivent :
Les chercheurs ont constaté que les clichés du morphotype mésomorphe sont généralement beaucoup plus favorables que ceux sur les endomorphes. Quant aux stéréotypes sur les ectomorphes, ils sont quelque peu mitigés.


> Pouvez-vous changer votre type de corps ?

Il s'agit d'une question que beaucoup pourraient se poser et à laquelle il est difficile de répondre de façon catégorique. Selon Sheldon, la plupart des morphotypes sont des traits génétiques. Ils révèlent la manière dont nous sommes nés, et les gènes ne changent pas.

Cependant, plusieurs autres paramètres se modifient avec l'âge, comme le métabolisme et l'activité hormonale. De nombreuses personnes trouvent souvent que quand elles vieillissent, elles ont tendance à devenir "endomorphes".

Il devient alors difficile de perdre la graisse (en particulier autour du ventre ou de la taille), et manger de la malbouffe semble faire prendre du poids plus facilement que quand elles étaient plus jeunes.

En règle général, le métabolisme se ralentit quand nous vieillissons. Malheureusement, la plupart d'entre nous ralentissons nos niveaux d'activité physique également (nous faisons moins de sport, nous devenons plus sédentaires, nous sommes moins actifs même à l'intérieur du domicile ou du bureau), et cela peut rendre notre métabolisme encore plus apathique.

Cela peut être rectifié en maintenant des entraînements cardiovasculaires et musculaires jusqu'à un âge mûr (bien entendu en réduisant l'intensité des séances cardio, ou en diminuant le poids levés ou tirés lors des exercices de musculation).

Schéma montrant les 3 morphotypes (types de corps) les plus courants


Certains experts feront remarquer que les descriptions des trois morphotypes listés plus haut pourraient être modulées par la composition corporelle, qui peut être modifiée par des alimentations et des techniques d'entraînement spécifiques.

Ainsi, lors d'une famine, une personne qui était auparavant considérée comme endomorphe (naturellement corpulente) pourrait commencer à ressembler plutôt à un ectomorphe (naturellement mince) à cause de la privation de nourriture.

Ou un mésomorphe (naturellement musclé) athlétique pourrait commencer à ressembler davantage à un endomorphe au fur et à mesure qu'il vieillit et perd de la masse musculaire.

Cependant, certains aspects des trois somatotypes ne peuvent être changés : la masse musculaire et la masse adipeuse pourraient changer, mais la structure osseuse est un caractéristique fixe. De la même manière, les conditions culturelles pourraient masquer une tendance à avoir tel ou tel autre tempérament.


> Les évaluations modernes

La typologie de Sheldon était en vogue en tant que "truc psychologique populaire à mentionner dans les dîners et bals pour montrer sa culture" dans les années 1950.

Quasiment tous les scientifiques modernes (à quelques exceptions près) rejettent les affirmations de Sheldon et les trouvent obsolètes, voire relevant soit de l'imposture involontaire soit du charlatanisme pur et dur.


Vous pouvez générer votre morphotype avec cette application si vous le désirez (vous devriez connaître au préalable votre structure osseuse et votre masse grasse).


Trouvez-vous que votre tempérament correspond à votre morphotype ? Pensez-vous que les types de corps ectomorphe, endomorphe et mésomorphe sont pertinents ou une escroquerie ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez la première personne à donner un avis en cliquant ici.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.