Belviq : ses effets secondaires en font-ils une mauvaise pilule ?

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 14/07/2012

Le premier médicament anti-obésité à être autorisé depuis 13 ans présente d'innombrables points faibles. Voici les détails.

Alors que la FDA vient d'approuver le 27 juin 2012 Belviq, un nouveau médicament visant à aider les gens à perdre du poids, les experts restent sceptiques sur la capacité de cette pilule (anciennement désignée sous l'appellation "lorcaserin") à satisfaire les objectifs minceur des patients sans leur infliger de nombreux effets secondaires.


> Petit rappel sur Belviq

Il s'agit d'un médicament anti-obésité développé par les laboratoires Arena Pharmaceuticals. Belviq (ex-lorcaserin) est devenu fin juin le premier médicament de ce genre à recevoir l'approbation de la FDA depuis 13 ans (le dernier était Xenical en 1999).

La FDA l'a validé comme complément à un régime alimentaire faisant restreindre les apports caloriques et à un programme d'exercices physiques, dans l'objectif de contrôler le poids corporel sur du long terme.

L'approbation est donnée à condition que :

Les femmes enceintes ne peuvent pas bénéficier de ce traitement, qui avait soulevé des inquiétudes au sein du comité consultatif de la FDA en 2010 (Belviq n'avait pas reçu l'approbation à cette date là). En effet, son principe actif lorcaserin était jugé il y a deux ans peu sûr et insuffisamment efficace.

Belviq travaille sur le neurotransmetteur sérotonine, qui nous permet de savoir quand nous sommes rassasiés ou quand nous avons faim. Plus spécifiquement, l'ex-lorcaserin active le récepteur sérotonine 2C, qui vous aide à manger moins et à ressentir la satiété plus tôt. D'anciens médicaments anti-obésité activaient le récepteur 2B et provoquaient des dégâts aux valves du coeur.

Des essais cliniques impliquant ce médicament minceur et réalisés sur des personnes rentrant dans les conditions citées un peu plus haut ont permis de constater une perte de poids moyenne de 5,4 kilogrammes (environ 5% du poids corporel total) chez 50% des patients. Chose curieuse, 23% des patients ayant pris un placebo pendant ces essais avaient aussi perdu un peu plus de 5 kilos.

Malgré les effets secondaires sérieux de Belviq, ses partisans suggèrent que l'épidémie d'obésité rampante dans le monde entier justifie le besoin de ce médicament. Mais beaucoup d'experts dans le monde médical estiment que l'ex-lorcaserin n'est rien de plus qu'une affaire lucrative risquée qui met un minuscule pansement sur les gens ayant besoin de perdre bien plus que 5,4 kilos (au mieux, et encore, cela n'est vrai que pour la moitié des patients analysés).

Les effets indésirables déjà observés pendant les essais n'incitent pas à utiliser Belviq de manière prolongée. Les migraines, la dépression, la perte de mémoire, le manque de concentration sont quelques uns des inconvénients "les moins graves" associés à la prise de cette pilule amaigrissante. Tout cela pour 5 kilos de moins, est-ce que cela vaut le coup ?


> Les effets secondaires de Belviq sont trop nombreux et en font une mauvaise pilule

Les spécialistes ne voient pas comment ce médicament ne créerait pas de contrecoups qui modifient le mode de vie chez la plupart des gens. La sérotonine affecte l'appétit, mais aussi l'humeur, le comportement agressif et le contrôle des impulsions, la mémoire et l'apprentissage, la fonction cardiovasculaire, la contraction musculaire et la régulation de la température corporelle.

Belviq
Pilules Belviq


Il serait illusoire d'espérer que l'appétit soit le seul facteur à être modifié lors d'un traitement au Belviq. Il est plutôt très probable, chez la majorité des patients qui prennent cette gélule, qu'il y aurait une réaction en chaîne qui affecte d'autres parties de leur vie aussi.

Les migraines et la dépression sont deux effets secondaires que les patients pourraient devoir composer avec. Lors de la prise de Belviq, il est recommandé que le patient adopte une alimentation saine et fasse de l'exercice régulièrement. Et il est fort improbable que beaucoup de patients iront à la salle de sport pour faire une bonne séance d'entraînement alors qu'ils sont dépressifs (encore plus impossible s'ils doivent affronter la douleur d'une migraine).

Outre la migraine, les inconvénients les plus courants associés à la prise de Belviq chez les patients non-diabétiques sont les vertiges, la fatigue, les nausées, la bouche sèche, la constipation. Il s'agit de symptômes constatés lors des essais cliniques officiels menés par le fabricant de cette gélule (Arena Pharmaceuticals).

Chez les patients diabétiques, les complications les plus couramment observées lors des tests étaient l'hypoglycémie (taux de sucre insuffisant dans le sang), les maux de tête, les douleurs du dos, les toux et l'épuisement.

Parce que Belviq produit un impact sur la sérotonine dans l'organisme, les experts avertissent les personnes qui désirent prendre cette pilule DE NE PAS prendre en même temps des antidépresseurs (comme Zoloft, Cymbalta, Lexapro, Paxil, Effexor, etc.) ou des médicaments contre la douleur (comme Tramadol).

La perte de mémoire et la baisse du niveau d'attention sont deux autres effets secondaires, catalogués comme moins sérieux par le comité consultatif de la FDA. Apparemment, la fonction cognitive n'est pas du tout importante pour ce comité.

Une complication plus grave appelée syndrome sérotoninergique, une maladie dangereuse survenant quand le corps produit trop de sérotonine, expose également les patients à un risque de santé accru (entre autres d'attaques).

Ensuite, il y a des dégâts faits au tissu du coeur. Il n'est pas encore clair si Belviq peut réellement provoquer des dommages au coeur, mais la FDA met d'ores et déjà en garde ceux qui souffrent de problèmes cardiaques existants à prendre ce médicament à base de lorcaserin avec prudence.

La FDA a même exigé que Arena, le fabricant de Belviq, conduise six essais cliniques pour évaluer si des dégâts sur le tissu du coeur existent à long terme chez les patients qui suivent ce traitement médicamenteux. Pour faire simple, cela revient à faire des patients des cobayes par défaut. Certains experts trouvent ce principe scandaleux.

Rappelons qu'en octobre 2010, lorcaserin était rejeté par la FDA à cause d'un signal montrant que cette pilule peut causer du cancer. Sur la base de résultats d'essais menés sur des souris de laboratoire, les scientifiques avaient observé des tumeurs mammaires chez ces animaux. Arena le fabricant de Belviq tentait d'expliquer que ces signaux cancéreux étaient liés aux souris et non à la prise de ces gélules. Arena insistait maladroitement et sans preuves scientifiques que ces signaux d'alerte ne devraient pas être observés chez les humains (bien que les niveaux de prolactine peuvent être augmentés chez les humains menant à un développement mammaire chez les hommes et à la lactation chez les femmes).

A l'arrêt du traitement au Belviq, de nombreux patients pourraient connaître des désavantages similaires au sevrage comme la nervosité, les maux de tête et l'insomnie. Il n'y a aucune recommandation officielle à ce stade sur la nécessité de décroître lentement le dosage afin de prévenir ces effets indésirables, mais les futurs acheteurs de cette pilule devraient consulter l'avis de leurs médecins à ce sujet.

Bien entendu, et comme RegimesMaigrir.com l'a précisé en préambule, les femmes enceintes ainsi que les enfants âgés de moins de 18 ans devraient éviter la prise de cette pilule néfaste à tout prix.


> Que faire pour éviter les dangers de Belviq ?

Chez RegimesMaigrir.com, nous espérons qu'avant que les médecins prescrivent cette pilule anciennement appelée lorcaserin, ils feront quelques recommandations de bon sens à leurs patients. Ces instructions ont déjà fait leur preuve lorsqu'il s'agit de réguler des taux de sérotonine de façon naturelle.

Les petits trucs suivants pourraient être plus à même d'aider une perte de poids durable :

La seule vraie façon de réussir et de conserver un amincissement sur le long terme consiste à suivre une alimentation saine et à faire de l'exercice régulièrement. Aucune pilule ne peut faire cela sans causer des dégâts à la santé, et à notre avis, les 5 kilos promis par Belviq ne valent pas ses effets secondaires.

En 2013, quand l'ex-lorcaserine sera commercialisé, les personnes en surpoids ou obèses verront de grandes campagnes publicitaires conçues pour flatter leurs désirs de perdre du poids. Nous espérons que les futurs consommateurs se rappelleront que la modeste perte de poids (les 5,4 kilogrammes évoqués dans cet article) qu'offre Belviq n'a été observée que chez la moitié des patients.

Cela veut dire que pour le reste des patients (50% tout de même), Belviq est une mauvaise pilule puisqu'elle n'aide pas à maigrir ET provoque même divers incommodités supplémentaires. Pour ces patients, il aurait été préférable de faire des choix plus sains dans leur vie, y compris adopter une alimentation plus équilibrée et plus saine ainsi qu'être physiquement plus actifs.

Ces patients rétorqueront que s'ils n'essaient pas cette pilule, ils ne peuvent pas savoir si elle est mauvaise. Ce n'est pas tout à fait faux, mais quitte à essayer, ils auraient pu essayer tout simplement d'assainir leur mode de vie. Cela aurait fonctionné pour tout le reste de leur vie, et pas l'espace de 6 mois (qui est la durée maximale de traitement au Belviq).

La seule "bonne nouvelle" est qu'Arena Pharmaceuticals, le fabricant de cette pilule, doit mener 6 longues études après la mise sur le marché, avant de fournir les résultats à la FDA. Cela veut dire que les effets secondaires de Belviq seront scrutés après sa commercialisation en 2013.

Plusieurs médicaments, comme Vioxx (médicament responsable de 30 000 décès aux Etats-Unis, notamment à cause de crise cardiaque) et Bextra (anti-inflammatoire traitant l'arthrite et provoquant des réactions graves sur la peau ainsi que des troubles cardiaques), ont déjà été retirés du marché grâce à de telles études post-commercialisation.

Bien que chez RegimesMaigrir.com, nous espérons que les innombrables défauts listés plus haut feront hésiter les gens avant d'essayer Belviq, nous savons pertinemment que sans une meilleure information sur la nutrition et l'exercice physique, beaucoup de personnes en croisade contre la surcharge pondérale continueront à chercher une solution miracle.

En attendant, le fabricant de Belviq fait évidememnt fi de tous ces effets indésirables. Arena Pharmaceuticals Inc. ne chôme pas. L'entreprise vient de demander l'approbation de sa pilule anti-obésité en Suisse. Elle s'attend à ce que Swissmedic, l'agence qui gère la santé de la Suisse, à accepter le dépôt en juillet 2012 et à commencer son processus d'examen aussitôt. Les ennuis imposés à la santé des patients attendront, les bénéfices, retours sur investissement, satisfactions des actionnaires doivent avoir la priorité de passage.


Et vous, pensez-vous que les effets secondaires de Belviq en font une mauvaise pilule ? Comptez-vous l'essayer à sa sortie sur le marché malgré ces risques ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
caline  |  20 septembre 2013, 17:51
ça fait froid dans le dos...je pense que beaucoup vont l'essayer car ils sont prêt à tout pour maigrir mais risque d'avoir complication je pense que les médecins qui l'a prescriront devront faire très attention aux patients et avoir un suivi régulier..bonne chance à ceux qu'ils l'essayeront. Moi non
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :