Ne pas se récompenser en mangeant après avoir brûlé des calories

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 21/02/2009
Relu par le comité de rédaction

Une étude confirme ce que les nutritionnistes et diététiciens répètent à tour de bras, il ne faut pas se permettre de trop manger sous prétexte qu'on a sué et fait du sport.

Les femmes en surpoids qui ont fait une à deux heures d'exercices physiques par semaine ont perdu plusieurs kilogrammes en six mois sans régime particulier, selon une étude. Mais celles qui ont fait le plus d'exercices physiques, environ trois heures par semaine, ne perdent pas pour autant de kilogrammes qu'elles auraient dû, peut-être parce qu'elles ont augmenté leur consommation de calories.

"Il y a ici une grande leçon : les gens surestiment en général le nombre de calories qu'ils brûlent pendant l'exercice physique, et ils pourraient se récompenser en mangeant davantage", explique le chercheur principal Tim Church, directeur de la recherche en médecine préventive au Pennington Biomedical Research Center à Baton Rouge (Etats-Unis).


Si une personne court pendant une heure puis boit un grand verre de café à haute teneur en calories et mange un grand biscuit, elle a probablement consommé davantage de calories que ce qu'elle avait brûlé, dit le chercheur.

Pour la dernière étude, Tim Church et ses collaborateurs ont recruté 411 femmes en surpoids ou obèses sédentaires, âgées en moyenne de 57 ans. Les chercheurs ont demandé à certaines de ces femmes de ne pas modifier leur niveau d'activité physique. Les autres femmes ont été divisées en trois groupes et ont été demandées de faire différents niveaux d'exercice physique chaque semaine. Elles ont alterné la marche rapide sur un tapis de course avec du vélo stationnaire dans un centre de remise en forme.


Leurs séances d'entraînement ont été suivies de près par les chercheurs, et les femmes ont été priées de ne pas changer leurs habitudes alimentaires pendant l'étude.

Au bout de six mois, un groupe de femmes faisaient en moyenne 72 minutes d'activité physique modérée par semaine, un autre groupe a fait environ 136 minutes (un peu plus de deux heures) et la troisième a fait 194 minutes (un peu plus de trois heures).


Voici les résultats au bout de 6 mois :

  • Les femmes qui ont fait 72 minutes d'activité physique par semaine ont perdu 0,8 à 1,3 kilogrammes en six mois, ce qui correspondait à ce que les chercheurs attendaient vue la quantité d'exercice physique qu'elles faisaient.

  • Celles qui faisaient 136 minutes d'activité physique par semaine ont perdu un peu plus de 1,8 kilogrammes sur la même période, ce qui correspondait également à ce qui était prévu.

  • Celles qui ont fait 194 minutes d'activité par semaine ont perdu de 0,8 à 1,3 kilogrammes, alors qu'elles auraient dû perdre près de 2,7 kilogrammes grâce à l'augmentation de l'activité physique.

  • Toute personne qui a fait de l'exercice physique a perdu de la mauvaise graisse au niveau du ventre. Celles qui n'avaient pas perdu de poids avaient diminué d'environ 2,5 cm vers le ventre. Celles qui avaient perdu du poids diminuaient en moyenne 5 cm autour de la taille.



Ceci confirme d'autres études que l'activité physique peut contribuer à elle seule une perte de poids (mais pas autant que si elle est accompagnée d'un régime). Une autre étude récente a montré que les femmes qui ont augmenté leur niveau d'activité physique rien qu'en marchant 3 500 pas de plus par jour perdent 2,2 kilogrammes sur une année. Les hommes qui marchent 3 500 pas de plus par jour perdent 3,6 kilogrammes en un an.


Une autre étude a montré que lorsque les femmes obèses améliorent leurs habitudes alimentaires et marchent rapidement pendant 50 à 60 minutes de plus chaque jour, elles perdent environ 10% de leur poids corporel en six mois.


Tim Church affirme que de plus en plus de preuves montrent que l'activité physique diminue la graisse dangereuse au niveau abdominal.

"Faire de l'exercice physique sans perdre de poids vous donne malgré tout un avantage au niveau de la taille, mais faire de l'exercice physique en constatant une perte de poids est encore plus bénéfique pour votre tour de taille", dit-il. Cette étude ne comprend pas les hommes, mais Tim Church affirme qu'il a observé le même phénomène chez les hommes dans le cadre d'autres études qu'il a menées.

Perdre de la graisse du ventre en faisant de l'exercice physique est important parce que l'excès de graisse abdominale est considéré comme un facteur de risque de nombreuses maladies chroniques, y compris les maladies cardiaques, le diabète, les accidents vasculaires cérébraux et certains types de cancer, dit le chercheur principal de l'étude.

Les experts pensent que les cellules de graisse situées au niveau profond de l'abdomen sont nuisibles, car elles sécrètent des substances chimiques qui jouent un rôle dans un certain nombre de maladies. Ces cellules produisent environ trois fois plus de mauvaises substances chimiques que celles de la graisse sous-cutanée (la graisse que vous pouvez pincer juste sous la peau), dit Tim Church. "De plus, la graisse viscérale se verse directement dans le foie, permettant les mauvaises substances chimiques d'interférer directement avec la capacité du foie à métaboliser le cholestérol et le sucre dans le sang."

En plus de diminuer le risque de nombreuses maladies graves, une activité physique régulière améliore également la qualité de vie en réduisant le stress, la dépression et l'anxiété, ainsi que la santé des os et des articulations, la libido. Elle peut soigner les troubles du sommeil et optimiser la mémoire.


Vous êtes-vous déjà récompensés en mangeant après avoir dépensé des calories ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 1 commentaire sur cet article. Cliquez ici pour lire ce commentaire ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.