Calculs rénaux : causes, symptômes, alimentation à suivre ou éviter

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 05/07/2011
Relu par le comité de rédaction

Les calculs rénaux sont un trouble courant. Découvrez ses causes et symptômes ainsi que les aliments à manger pour les éviter ou soigner.

Les calculs rénaux (aussi appelés lithiase urinaire ou lithiase rénale ou encore urolithiase) sont un trouble urologique douloureux et relativement courant qui touche chaque année environ 5% des personnes dans le monde (trois fois plus souvent chez les hommes que chez les femmes).

Il s'agit des accrétions solides de minéraux (une sorte de "cailloux" minuscules, certains diraient des micro cailloux) dissous dans l'urine, qui se retrouvent ensuite dans les reins ou les uretères (les tubes musculaires qui poussent l'urine). Les experts estiment qu'environ 10% des gens développeront une lithiase rénale pendant leur vie.

Un calcul rénal peut avoir une taille allant d'un grain de sable jusqu'à une balle de golf. La plupart des lithiases urinaires passent sans intervention médicale. Ils se forment dans le rein, l'urètre (tube qui va des reins vers la vessie) et la vessie à partir des produits chimiques dans l'urine, qui cristallisent au lieu de passer à travers la voie urinaire normalement.

Un calcul rénal est souvent formé par le calcium, ainsi que par l'oxalate ou le phosphate. Moins souvent, ils sont formés par l'acide urique ou une infection.

Passer un calcul rénal est souvent perçu comme la seule expérience qui approche la pénibilité ressentie lors de l'accouchement. Passer la lithiase rénale est douloureux car de petits calculs solides doivent être passés hors du corps à travers des canaux étroits (urètres).

Personne ne sait avec certitude pourquoi la formation de ces calculs se produit, mais les gens qui ont déjà souffert d'urolithiase avant, ou qui ont un antécédent familial ont un plus grand risque de souffrir de ce problème de santé. Consultez aussi les aliments qui peuvent aider à lutter contre des maladies en cliquant ici.

Prévenir l'accumulation de l'oxalate dans l'urine peut aider à éviter le développement des calculs. Manger certains aliments peut augmenter la probabilité de développer des lithiases rénales, il faudrait alors éviter de les intégrer régulièrement à votre alimentation. A l'inverse, certains aliments contribuent à soigner les lithiases urinaires, il faudrait penser à les consommer régulièrement.


> Causes

La prévalence de l'urolithiase accroît considérablement en temps de prospérité. Les hommes sont 3 fois plus souvent affectés que les femmes. La plupart des calculs rénaux sont à 95% cristallins, tandis que le reste sont des matériaux organiques.

Les distinctions suivantes sont faites entre les différents de calculs, en fonction de leur composition cristalline :
  • 80 à 85% sont des calculs faits de calcium (habituellement l'oxalate de calcium, moins souvent un mélange d'oxalate de calcium avec du phosphate de calcium, ou encore du phosphate de calcium pur),
  • 5 à 10% sont des calculs faits d'acide urique,
  • 5 à 10% sont des calculs dits des "calculs d'infection" (struvites et carbonate-apatites),
  • 1% sont des variétés rares (par exemple des calculs de cystine).

Aucun trouble de lithiase urinaire ne peut être expliqué par la nutrition seule. Toutefois, l'alimentation joue un rôle crucial dans les calculs formés par l'acide urique, déclenchant la formation de calculs chez les gens qui sont prédisposés à ce trouble. Consultez aussi notre top 15 des aliments les plus puissants.

Les principaux facteurs de risque de formation de lithiases rénales sont :
  • Un faible volume d'urine,
  • Une excrétion accrue d'acide oxalique et de calcium (moins critique),
  • Une carence de citrate (qui inhibe la cristallisation dans l'urine),
  • Une urine excessivement acide (le principal facteur de risque de la formation des calculs issus de l'acide urique).

Des calculs rénaux sont montrés ici à l'intérieur du rein par un dessin


> Symptômes

Les symptômes les plus courants sont :
  • Douleur intense dans le dos ou le côté de votre ventre, ou occasionnellement dans votre aine. Cette douleur peut durer quelques minutes à quelques heures, avec des intervalles de répit (sans douleur),
  • Se sentir agité et incapable de rester immobile,
  • Nausées (envies de vomir),
  • Sang dans les urines, ce qui est souvent causée par le fait qu'un calcul gratte l'uretère,
  • Urine trouble ou malodorante,
  • Sensation de brûlure lorsque vous urinez,
  • Température élevée (fièvre) de 38°C ou plus,
  • Se sentir comme si vous aviez besoin d'uriner plus souvent, même si vous n'avez pas besoin de le faire.


> Aliments à manger moins afin d'éviter les lithiases urinaires (ou les soigner)

Notons qu'il n'est pas interdit de manger les aliments suivants, seulement de les consommer en modération pour éviter d'augmenter la sécrétion de l'oxalate. L'idée de base reste, nous le répétons, de ne pas en consommer en quantités excessives.

Pas tout le monde n'est concerné par ces conseils alimentaires non plus, ils sont surtout destinés à ceux qui sont prédisposés à développer des calculs rénaux.

1) Certaines boissons
La formation de lithiase rénale est favorisée par la consommation de grandes quantités de thé noir ou de thé glacé (haute teneur en oxalate), sodas (très acides) et bières (en boire trop augmente l'excrétion de l'acide oxalique et de l'acide urique, haussant le risque de formation de calculs dans les urètres).

Rappelons que l'excrétion est l'action par laquelle des substances sécrétées d'un organisme vivant sont expulsées (sous forme de solides, liquides, gaz ou mucus).


2) Certains fruits, légumes et noix
Certains fruits et légumes augmentent l'excrétion urinaire du citrate (qui inhibe les calculs). La consommation d'aliments à haute teneur en oxalate (épinards, rhubarbe, betterave, bette, noix, cacahuètes) devrait toujours être réduite au minimum ou combinée simultanément à des aliments apportant beaucoup de calcium (combiner par exemple les épinards avec un gratin de fromage).

D'autres fruits et légumes à teneur moyenne en oxalate devraient également être évités : les raisins, les framboises, les fraises, la canneberge, la confiture, les gâteaux aux fruits, le gombo, les patates douces, les poivrons verts, le céleri. Évitez également le jus de pamplemousse.

Combiner de la sorte empêche l'absorption de grandes quantités d'oxalate par l'intestin (ce qui aurait mené à une augmentation de son excrétion dans l'urine, donc du risque de formation des calculs).


3) Viandes, volaille, poissons
Une consommation excessive de protéines provenant de viandes (bœuf, porc), de blancs d'œuf et de poissons accroît le risque de formation de calculs, parce que l'urine est trop acidifiée et l'excrétion de l'oxalate, du calcium et de l'acide urique augmente, tandis que l'excrétion de citrate (qui apporte une protection contre la formation de calculs) diminue.

La consommation de viandes, volailles et poissons doit donc être réduite quand vous souffrez d'urolithiase. Attention, il ne faut pas arrêter d'en consommer, seulement en manger avec modération. Parlez à votre médecin ou diététicien si vous souhaitez connaître avec certitude la quantité de protéines dont vous avez besoin et la meilleure manière d'en consommer.


4) Sel
Le sodium contenu dans le sel de table (chlorure de sodium) peut augmenter le risque de formation de calculs, probablement en augmentant l'excrétion de calcium via la voie urinaire (ce qui augmente le risque de formation de calculs). D'un autre côté, une réduction drastique de sel provoque une diminution du volume urinaire (ce qui n'est pas conseillé parce que les calculs minuscules ne peuvent plus passer régulièrement). Découvrez la liste des 10 aliments les plus riches en sodium en cliquant ici.

Une légère réduction de la consommation de sel (6 g maximum par jour, soit 2 à 3 g de sodium par jour) est donc recommandée, plutôt qu'un arrêt total de consommation. Il est conseillé de manger moins de hot dogs, de charcuteries, de choucroute, de nourritures vendues en conserve, de soupes sèches, de cornichons, ainsi que des plats prêt-à-manger qui contiennent souvent une quantité élevée de sodium.


5) Bonbons
Une consommation excessive d'aliments riches en sucre augmente l'excrétion urinaire de calcium et ainsi potentiellement le risque de calculs rénaux. Probablement plus important encore est le fait que le chocolat, les pralines et d'autres aliments contenant du cacao contiennent beaucoup d'oxalate.


6) D'autres aliments riches en oxalate
Les germes de blé, le son de blé, les crackers au soja, le gruau d'avoine, le foie, les haricots.


7) Les aliments très riches en vitamine C
Veillez à ne pas consommer trop d'aliments à haute teneur en vitamine C (comme les oranges). L'acide ascorbique peut inhiber le pH urinaire (qui réduit le citrate urinaire, un inhibiteur naturel de calculs rénaux).


> Aliments à consommer plus souvent pour éviter les lithiases rénales (ou les soigner)


1) Eau et autres liquides non alcoolisés
Buvez beaucoup d'eau pour expulser les calculs hors de votre voie urinaire quand elle n'est pas bouchée. Si vous avez des calculs rénaux, il est recommandé de boire entre 2 et 3 litres d'eau chaque jour.

Boire 4 litres d'eau est nécessaire dans certains cas (consultez votre médecin pour connaître le volume d'eau précis à boire), surtout si vous faites beaucoup de sport.

Il est important de boire régulièrement sur la durée des 24 heures qui composent une journée. Divisez le volume d'eau à parts égales autant que possible sur les 24 heures. Pensez à boire avant d'aller au lit parce qu'une urine nocturne trop concentrée encourage la cristallisation et la formation de calculs.

Même si l'eau est la meilleure boisson, presque toutes les boissons peuvent convenir. L'eau minérale riche en bicarbonate et en calcium ainsi que des jus de fruits 100% naturels (sans sucre ajouté) sont particulièrement bénéfiques.

Évitez simplement le jus de pamplemousse. Vous pouvez boire de la limonade faite à partir de vrais citrons (et non d'arômes de citron). Cette boisson est riche en citrate, qui peut aider à prévenir les lithiases urinaires. Consultez aussi la liste des aliments riche en eau ici.


2) Lait et produits laitiers
Contrairement à ce que vous pourriez le croire (et à ce que les experts pensaient il y a quelques décennies), une restriction en calcium n'est plus recommandée. De grandes études réalisées sur des dizaines de milliers de personnes souffrant de calculs rénaux ont clairement montré qu'avec une consommation de calcium accrue jusqu'à 1 200 mg par jour, le risque de formation de calculs baisse significativement (et n'augmente pas comme les experts le croyaient auparavant).

Une étude co-réalisée par l'hôpital "Brigham and Women" (Boston, Etats-Unis) et l'école de médecine de l'Université de Harvard (Boston, Etats-Unis), sur plus de 90 000 femmes, a montré que les femmes qui consomment beaucoup de calcium ont moins de risque de développer des lithiases rénales que celles qui consomment insuffisamment de calcium. Selon les chercheurs, cela se produit parce que le calcium alimentaire s'attache à l'oxalate, alors il ne peut être absorbé par les reins pour fabriquer des calculs.

Une consommation de calcium de 1 200 mg par jour au total, sur lesquels 800 mg devraient provenir de produits laitiers est ainsi recommandée pour éviter ou soigner les calculs rénaux. Découvrez aussi si boire du lait peut aider à perdre du poids, cliquez ici.

Évitez de prendre des suppléments de calcium et de vitamine D car ils ne sont pas absorbés facilement par le corps. L'étude de l'Université de Harvard montre que la prise de suppléments de calcium augmente légèrement le risque d'urolithiase. Les chercheurs supposent que cela se produit parce que les suppléments ne sont pas pris en conjonction des repas, limitant la capacité du calcium à neutraliser l'absorption d'oxalate.


> Comment manger si vous en souffrez ?

De nombreux facteurs affectent notre comportement alimentaire : les besoins et désirs individuels, notre condition au jour le jour, l'environnement social, les aliments disponibles, les publicités alimentaires, etc. Les recommandations suivantes permettent d'adopter une alimentation équilibrée et variée qui apporte une consommation adéquate d'énergie, de nutriments, de substances protectrices, et ainsi une bonne approche à la nutrition.

Les chiffres donnés sont destinés à la "personne moyenne", c'est-à-dire aux adultes qui ont un niveau d'activité physique normal, et présentent donc un besoin moyen en énergie et en nutriments. Les chiffres peuvent varier pour d'autres groupes (comme les enfants et adolescents, les athlètes de haut niveau, les femmes enceintes, etc.). Les quantités et les portions données sont des valeurs moyennes. Elles ne prétendent pas être précises en absolu.

  • Graisses et huiles : utilisez 2 cuillères à thé (10 g) d'huile végétale de haute qualité (comme l'huile de tournesol, l'huile de chardon, l'huile de maïs, l'huile d'olive, l'huile de colza) par jour, non chauffées (par exemple sur les salades).

    N'utilisez pas plus de 2 cuillères à thé (10 g) de graisse de cuisson ou d'huile de cuisson par jour (par exemple l'huile d'arachide ou l'huile d'olive) pour la préparation des repas.

    Ne mangez pas plus de 2 cuillères à thé (10 g) de beurre à tartiner ou de margarine par jour sur les pains.

    Ne mangez pas plus d'un plat riche en matières grasses par jour (comme les aliments frits, à base de fromages, frites, saucisses, sauces crémeuses, pâtisseries feuilletées, gâteaux, chocolat).

  • Bonbons : mangez les en modération. Limitez en particulier la consommation de chocolat, de pralines, de gâteaux au chocolat.

  • Viandes, poissons, œufs et graines de légumineuses : ne mangez pas plus de 120 grammes de viandes par jour, à raison de 2 à 4 fois par semaine. Il n'est pas nécessaire d'en manger davantage. En manger moins n'est pas un problème.

    Ne remplacez pas les viandes par les produits à base de viandes salées (comme les jambons, les saucisses, les bacons) plus d'une fois par semaine.

    Ne mangez pas d'abats (foies, rognons, tripes, ris de veau) plus d'une fois par mois.

    Planifiez de manger 100 à 200 g de poissons chaque semaine.

    Mangez 1 à 3 œufs par semaine, y compris les œufs transformés (comme ceux présents dans les gâteaux et pâtisseries, les soufflées ou les crèmes).

    Mangez 50 à 100 g de légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges, etc.) par semaine. Mangez 100 g de tofu par semaine.

  • Lait et produits laitiers : mangez 3 à 4 portions de produits laitiers par jour (1 portion = 20 cl de lait ou 1 pot de yaourt ou 30 g de fromage à pâte dure ou 60 g de fromage à pâte molle).

  • Produits à base de céréales et pommes de terre : mangez au moins 3 portions d'aliments riches en glucides par jour (comme le pain, les pommes de terre, le riz, les céréales, les pâtes), si possible des aliments complets (à base de grains entiers). La taille des portions dépend du degré d'activité physique de la personne.

  • Fruits : mangez 3 portions de fruits par jour (1 portion = 1 pomme ou 1 banane ou 3 prunes ou un bol de baies), idéalement crus.

  • Légumes : mangez 3 ou 4 portions de légumes chaque jour, au moins l'un d'entre eux crus, comme une salade mélangée (1 portion = 100 g de légumes crus ou 150 à 200 g de légumes cuits). Évitez en revanche certains légumes riches en oxalate comme les épinards, la betterave, la rhubarbe (ou alors mangez-les en mélange avec des produits laitiers, comme les épinards avec le gratin de fromage par exemple).


> Comment boire si vous en souffrez ?

  • Boissons non alcoolisées : buvez au moins 3 litres de liquide par jour, si possible des boissons non sucrées ou non alcoolisées. Le thé noir ou le thé glacé ainsi que les boissons contenant du cacao devraient être bus seulement en petites quantités comme nous l'avons précisé précédemment.

  • Boissons alcoolisées : ne buvez pas plus de 2 verres de vin ou de bière par jour. Envisagez de passer au moins 1 jour par semaine à ne pas boire d'alcool.


Découvrez par la même occasion la liste des aliments à sélectionner ou à fuir quand vous souffrez de calculs biliaires.


Et vous, quelle alimentation adoptez-vous pour éviter ou soigner les calculs rénaux ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 42 commentaires sur cet article. Cliquez ici pour lire ces commentaires ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.