Manger ses émotions : comment arrêter de le faire ?

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 27/05/2009
Relu par le comité de rédaction

Si vous mangez souvent pour calmer vos émotions, vous pouvez arrêter cette habitude grâce à ces 4 étapes simples.

Manger ses émotions est tentant. Quand les choses se corsent, quand nos émotions débordent (stress, tristesse, déception, contrariété, énervement, colère, nostalgie, etc.), beaucoup d'entre nous foncent vers le réfrigérateur chercher quelque chose à manger, pour les calmer.

Certes, manger une tranche de gâteau au caramel peut vous détourner temporairement de vos émotions, vous distraire momentanément de vos sentiments négatifs ; et certains aliments peuvent vraiment stimuler des substances chimiques du cerveau pour vous améliorer votre humeur. Mais ce n'est pas un bon moyen sur lequel appuyer, ni une bonne chose dans l'optique de perdre du poids ou d'entretenir la ligne. Manger pour calmer vos émotions fait partie des 10 plus grandes erreurs qui empêchent de perdre du poids.

Lorsque nous mangeons parce que nous nous sentons mal, nous sommes enclins à manger trop, et le problème est qu'en général, nous ne mangeons pas des bâtonnets de carotte (un aliment sain, tout comme quinze autres fruits et légumes détaillés ici) mais d'autres aliments trop caloriques.


Ne sabotez pas votre santé et votre ligne. RegimesMaigrir.com vous explique en 4 étapes comment surmonter vos envies de manger à cause de vos émotions :

Étape n°1) Oubliez les "aliments interdits"

Beaucoup de régimes listent leurs "mauvais" aliments, que vous êtes censés ne pas manger pendant que vous suivez ces régimes. Interdire ainsi n'est pas réaliste pour vous, si vous faites partie des personnes qui mangent à cause de leurs émotions.

Une meilleure approche serait de planifier bien à l'avance les consommations de vos aliments favoris, mais avec modération (planifier et emmener un plat faible en calories avec vous est l'un de nos conseils pour maigrir). Sans consommation modérée, vous allez toujours tricher et dérégler votre comportement alimentaire.

S'autoriser de temps en temps un petit plaisir alimentaire est l'une des cinq principes fondamentales pour réussir à mincir.


Étape n°2) Déterminez ce que la vraie faim signifie

Ce n'est pas facile de savoir si vous avez vraiment faim. Beaucoup d'entre nous confondent la sensation de la soif avec celle de la faim. Heureusement, la solution n'est pas si difficile : il vous suffit de boire un grand verre d'eau et de voir si votre envie de manger disparaît (ce qui vous fera en plus consommer moins de calories).

L'autre problème pourrait être le désir d'un aliment spécifique (par gourmandise et non à cause de la faim). Pour distinguer entre une envie de grignoter et la faim, demandez-vous : "Est-ce que c'est une collation saine comme une pomme, une salade ou une tranche de pain complet (en blé entier) que j'ai envie de manger ?". Si vous ne pouvez pas ôter cette barre de chocolat de votre esprit, alors vous avez probablement une simple envie de grignoter ou de manger pour le simple plaisir de manger.


Étape n°3) Surmontez vos envies de grignoter

Déterminer que vous n'avez pas vraiment faim est un premier grand pas, mais reconnaître seulement que vous avez envie de grignoter ne fera pas disparaître cette envie.

La prochaine fois que vous êtes attiré(e) par la cuisine ou les placards à chips, arrêtez-vous un instant pour vous demander : "Comment vais-je me sentir ensuite, si je dévore un sac de chips ou un pot de crème glacée maintenant ?". Il y a de bonnes chances que vous allez vous sentir coupable, déçus, et peut-être ballonné voire "malade".

Au lieu d'aller dans cette voie, résistez pendant 10 minutes aux envies de grignoter et distrayez-vous avec d'autres choses que des aliments (voir l'étape n°4). Si 10 minutes ont passé et que vous pensez toujours aux cookies ou pots de crème glacée, allez-y et profitez-en mais juste un peu.

Ne dépassez pas la moitié d'un petit pot de crème glacée (moitié d'un petit verre), ou pour satisfaire une grosse envie de chocolat, essayez deux petits carrés de chocolat (à 70% de cacao au minimum si possible) ou une tasse de chocolat chaud. Pour manger quelque chose de salée et croustillante, prenez un petit sachet de chips sans sel (mais pas plus d'un petit sachet sinon vous risquez de surconsommer) ou un grand verre de pop-corn allégé en beurre. Restez dans les petites quantités pour satisfaire votre envie de grignoter seulement si vous avez déjà tenté de résister pendant 10 minutes au moins (normalement, vous avez des chances de ne plus penser aux grignotages après ces 10 minutes sans penser aux grignotages).


Étape n°4) Planifiez de nouvelles manières de supporter

La clé pour arrêter de manger à causes des émotions est de planifier bien à l'avance afin de savoir ce qu'il faut faire lorsque vous sentez en vous des sensations telles que "Je suis si stressé(e) que je peux manger une grande pizza en entier". Par exemple :

a) Gardez vos chaussures de sport à portée de main
La course à pied, la marche rapide ou danser sur vos morceaux préférés, même pendant à peine 10 minutes peut améliorer votre humeur et lutter contre les effets du stress. Faites ces activités entre 20 à 30 minutes et vous provoquerez rapidement dans votre corps la production des endorphines (des produits chimiques naturels de bien-être). Ou détendez-vous en faisant une activité de relaxation, comme le yoga.


b) Faites une liste de toutes les raisons pour lesquelles vous voulez manger sainement et affichez la sur votre réfrigérateur afin qu'elle reste au frais dans votre esprit
Pensez au-delà du simple désir de rentrer dans votre maillot de bain. Par exemple, vous pourriez penser aux calories saines dont vous avez besoin pour entretenir vos enfants ou proches (attention aux calories cachées), ou encore aux éléments nutritifs qui sont essentiels pour lutter contre les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2.

c) Trouvez une personne dans l'entourage qui a de bonnes habitudes alimentaires
Faites à cette personne des promesses de lui téléphoner (et tenez vos promesses), de lui envoyer des e-mails ou des SMS avant de céder à l'appel de la malbouffe. Elle peut vous remonter le moral, et vous dire avec plus de sérénité que l'aliment calorique que vous alliez consommer n'apportera rien de bon à votre corps.


Essayez maintenant ces 4 étapes si vous êtes du genre à manger à cause de vos émotions. N'achetez pas les aliments "déclencheurs" ( ceux que vous ne pouvez pas goûter sans finir par dévorer l'ensemble du sachet ou du paquet). Même si une auto-interdiction permanente de manger un aliment spécifique pourrait finalement vous donner envie d'en manger davantage, il n'y a aucune raison non plus de laisser des tentations autour de vous régulièrement (ne mettez pas les grignotages au bureau ou dans votre sac à main). Gardez ces aliments pour des occasions spéciales, à l'extérieur de la maison (par exemple, commandez une crème glacée pour le dessert dans un restaurant au lieu de laisser s'accumuler des pots de crème glacée dans votre congélateur).

Décidez également de ce que vous allez (et n'allez pas) manger avant d'atteindre le stade d'avoir envie de vous faire plaisir en mangeant sans contrôle (il faut renforcer votre volonté pour contrôler vos envies de manger). Profitez de votre temps libre le dimanche pour planifier les repas et collations de la semaine qui suit (y compris quelques petits plaisirs gourmands et desserts par ci par là). Ensuite, suivez ce plan le plus possible sans faire d'écart alimentaire.

Que pensez-vous de ces 4 étapes pour arrêter de manger à cause des émotions ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 21 commentaires sur cet article. Cliquez ici pour lire ces commentaires ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.