La résistance à l'insuline augmenterait avec le manque de sommeil

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 13/05/2010
Relu par le comité de rédaction

L'insulino-résistance est l'un des signes précurseurs du diabète. Dormir insuffisamment peut l'accroître selon une étude.

La résistance à l'insuline augmenterait avec le manque de sommeil, même chez les personnes en bonne santé qui ne sont pas en surpoids ou obèses, selon une nouvelle étude. Les scientifiques savent depuis longtemps que le manque de sommeil provoque des dysfonctionnements dans l'organisme. Cette nouvelle étude hollandaise vient de trouver que manquer de sommeil ou mal dormir peut être aussi l'une des causes sous-jacentes du diabète chez les adultes.

Les chercheurs ont trouvé que dormir moins de 4 heures pendant seulement une nuit peut déjà provoquer la résistance à l'insuline, qui est l'un des signes précurseurs du diabète. Rappelons que le diabète est également l'une des maladies souvent liées à l'obésité.

La doctoresse Esther Donga, du centre médical de l'Université Leiden (Hollande), qui a mené l'étude dit que "la durée du sommeil a énormément diminué dans les sociétés occidentales depuis une dizaine d'années. Simultanément, nous avons constaté une augmentation de la prévalence de l'insulino-résistance et du diabète de type 2".

Ces deux accroissements simultanés, en manque de sommeil et en diabète de type 2, ne seraient pas une coïncidence selon les chercheurs. Leur étude a montré qu'un manque de sommeil produit davantge d'effets profonds sur la régulation métabolique qu'ils ne le pensaient auparavant.

La résistance à l'insuline se produit quand l'hormone vitale devient moins capable de réguler le taux de sucre dans le sang. En conséquence, le taux de sucre sanguin croît, ce qui finit par provoquer des symptômes de diabète.

Les chercheurs ont examiné 9 volontaires en bonne santé, une fois après une nuit normale comportant 8 heures de sommeil puis une autre fois après une courte nuit comportant 4 heures de sommeil. Les chercheurs ont mesuré la sensibilité à l'insuline de ces 9 volontaires après chaque nuit.

Les résultats de l'étude ont montré que diminuer la durée du sommeil diminue la sensibilité à l'insuline, donc rehausse l'insulino-résistance.

Les données de l'étude indiquent que la sensibilité à l'insuline n'est pas fixe chez les sujets en bonne santé, mais dépend de la durée du sommeil lors de la nuit précédente.

Les chercheurs pensent qu'il est tentant de supposer que les effets négatifs produits par plusieurs nuits de manque de sommeil sur la tolérance au glucose peuvent être reproduits, au moins partiellement, par à peine une nuit blanche.

Par le passé, d'autres études avaient montré que ne pas dormir assez est un facteur de risque du diabète de type 2, tout comme une alimentation déséquilibrée et le manque d'exercices physiques.

Cette étude hollandaise vient d'être publiée dans la revue scientifique Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism.


Que pensez-vous du fait que la résistance à l'insuline puisse augmenter avec le manque de sommeil ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez la première personne à donner un avis en cliquant ici.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.