Réduire les risques de maladies du cerveau par l'alimentation

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 11/07/2009
Relu par le comité de rédaction

Vous pouvez réduire les risques d'être atteints par les maladies du cerveau (maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson, etc.) notamment par l'alimentation.

"Comment réduire les risques de maladies du cerveau ?" est une question que se posent beaucoup de personnes qui craignent de perdre leurs capacités mentales en vieillissant. Et elles ont raison de craindre ces maladies du cerveau. En effet, si une persone développe une maladie dégénérative du cerveau, sa qualité de vie chuterait inévitablement.

Personne ne connaît vraiment les causes des maladies dégénératives comme la maladie d'Alzheimer (maladie qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales dont le premier symptôme est l'amnésie ; il s'agit de la principale cause de démence chez les personnes âgées) ou la maladie de Parkinson (maladie qui affecte le système nerveux central et provoque des troubles essentiellement moteurs d'évolution progressive). Les experts admettent généralement que ces maladies sont en grande partie génétiques, conduisant beaucoup d'entre nous à croire que ces maladies du cerveau sont hors de notre contrôle.

Mais de nouvelles données montrent que des expositions aux éléments toxiques dans l'environnement, en association avec des facteurs de nutrition, de société et de l'exercice physique, pourraient jouer un rôle majeur dans le développement de la maladie d'Alzheimer, de la maladie de Parkinson, ainsi que d'autres maladies dégénératives chroniques.

Voici les risques environnementaux qui menacent la santé de votre cerveau, ainsi que les manières de réduire ces risques :


1) Risques environnementaux qui menacent votre cerveau

1.a) Plomb
Dans une étude menée sur les hommes âgés, les participants qui étaient les plus exposés au plomb ont montré 15 ans de vieillissement cérébral en plus par rapport aux hommes qui y étaient les moins exposés. Tant la maladie d'Alzheimer que la maladie de Parkinson sont liées à la toxicité au plomb dans d'autres études.

Consultez également notre article "20 herbes et épices anti-vieillissement à ajouter à votre alimentation".


1.b) Pollution de l'air
Les produits chimiques toxiques dans l'air peuvent endommager votre cerveau. Des études ont révélé davantage de changements dans le cerveau indiquant le début des maladies d'Alzheimer et de Parkinson chez les personnes habitant dans les villes polluées que chez celles qui habitaient dans des villes plus propres.

Consultez également notre article "6 conseils pour nettoyer votre alimentation".


1.c) Pesticides et toxines
Beaucoup d'études ont établi des liens entre les pesticides et la maladie de Parkinson. Et l'exposition pendant le travail à des pesticides fait plus que doubler le risque de la maladie d'Alzheimer, selon une étude française.

D'autres éléments de preuve indiquent un affaiblissement de la mémoire et de l'attention lorsqu'une personne est exposée à différents types de produits chimiques.

Consultez également notre article "Style de vie plus sain, 10 astuces pour vivre plus sainement".


1.d) Facteurs alimentaires
Une forte consommation de graisses saturées triple le risque de démence.


2) Réduction des risques de maladies du cerveau

2.a) Manger des aliments nutritifs
Un régime alimentaire riche en acides gras oméga-3 diminue le risque d'Alzheimer. Les meilleures sources d'acides gras oméga-3 sont les poissons d'espèces qui ont peu de mercure, comme le saumon, la morue ou le thon en conserve. Mangez en au moins une fois par semaine.

2.b) Autres conseils diététiques pour un cerveau sain
Suivez un régime méditerranéen, riche en fruits et légumes sains et frais, de légumineuses, de céréales, de poissons, de noix et d'huile d'olive.

Limitez votre consommation de sucre et de graisses saturées. Et vérifiez soigneusement les étiquettes des aliments pour éviter les graisses trans.


2.c) Évitez les produits chimiques nocifs
Réduisez l'utilisation de substances toxiques dans votre maison et votre lieu de travail. Dès que possible, utilisez des méthodes sans produits chimiques, ou utilisez des produits biologiques à la place. Essayez les aliments bio de label sérieux pour réduire votre exposition aux hormones, antibiotiques et pesticides synthétiques.


2.d) Restez actifs
Une étude a révélé que les personnes qui ont été physiquement actives au moins deux fois par semaine, après 40 ans, ont réduit plus de 50% le risque de démence et de maladie d'Alzheimer plus tard dans leur vie.

De même, les activités qui font travailler votre cerveau aident à faire garder sa bonne santé. La lecture et les mots croisés, tout comme les jeux de mots et jeux d'échecs sont recommandés.


2.e) Engagez-vous dans des activités sociales
Restez en contact avec des amis et des membres de la famille. Devenez bénévole ou impliquez-vous dans des activités utiles à la communauté qui vous intéressent.


2.f) Essayez de réduire le stress
Les quantités excessives de stress sont toxiques pour le cerveau à long terme. Prenez le temps de faire quelque chose de relaxant tous les jours. Asseyez-vous tranquillement, observez la nature, méditez ou faites du yoga.

Consultez également notre article "10 astuces pour perdre du poids sans stress".


Que pensez-vous de ces conseils pour réduire les risques de maladies du cerveau ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 4 commentaires sur cet article. Cliquez ici pour lire ces commentaires ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.