Obésité infantile : que faire quand les enfants sont obèses ?

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 13/03/2011
Relu par le comité de rédaction

L'obésité infantile n'est pas rare. L'obésité d'un enfant peut compliquer son bien-être social, physique, émotionnel. Comment lutter ?

L'obésité infantile est une maladie sérieuse qui affecte les enfants et les adolescents. L'obésité des enfants survient quand un enfant a un poids bien plus élevé au poids normal vu son âge et sa taille (hauteur en cm). L'obésité infantile est particulièrement problématique parce que les kilos en trop mettent souvent les enfants sur le chemin vers plusieurs problèmes de santé qui sont normalement observés à l'âge adulte (comme le diabète, l'hypertension, l'hypercholestérolémie). L'obésité des enfants peut aussi provoquer un mauvais estime de soi et la dépression.

L'une des meilleures stratégies pour réduire l'obésité infantile consiste à améliorer l'alimentation et les habitudes alimentaires de toute votre famille. Traiter et prévenir l'obésité des enfants aide à protéger la santé de votre enfant dès maintenant et dans son futur.


> Symptômes de l'obésité infantile
Pas tous les enfants ayant des kilos superflus sont en surpoids ou obèses. Certains enfants ont une ossature plus grande que la moyenne. Et les enfants portent normalement des quantités différentes de graisse corporelle à divers stades de leur développement. Alors vous pourriez ne pas savoir simplement en regardant votre enfant si son poids pose un souci pour la santé.

Le médecin de votre enfant peut vous aider à déterminer si son poids pourrait poser des problèmes à sa santé. Pour faire cela, le médecin calculera l'Indice de Masse Corporelle (IMC) de votre enfant. Cet IMC indique si votre enfant est en surpoids pour son âge et pour sa taille.

En utilisant une courbe de croissance, le médecin de votre enfant détermine le centile (en statistique, un centile est chacune des 99 valeurs qui divisent les données triées en 100 parts égales) de votre enfant. Cela veut dire comment votre enfant peut être comparé à d'autres enfants du même sexe et du même âge.

Par exemple, vous pourriez entendre dire que votre enfant se situe dans le 80ème centile. Cela veut dire que comparé à d'autres enfants de la même catégorie que lui, 80% des enfants ont un IMC plus faible à celui de votre enfant.

Des points limite sur ces courbes de croissance aident à identifier les enfants en surpoids ou obèses :
  • IMC (pour un âge et une taille) situé entre le 85ème et le 94ème centile : l'enfant est en surpoids,
  • IMC (pour un âge et une taille) situé au-delà du 95ème centile : l'enfant est obèse.

Parce que l'IMC ne prend pas en compte diverses choses comme le fait que l'enfant est musclé ou qu'il possède une ossature plus grande que la moyenne, et parce que les modes de croissance varient énormément chez les enfants, votre médecin prend également la croissance et le développement de votre enfant en considération. Cela aide à déterminer si le poids de votre enfant pose un souci. Lisez aussi : Indice de Masse Adipeuse (IMA) : une meilleure mesure que l'IMC ?

Si vous craignez que votre enfant ne prenne trop de poids, parlez à son médecin. Ce dernier prendra en compte l'historique personnelle de croissance et de développement de votre enfant, l'antécédent de votre famille en ratio poids-taille, et où votre enfant se situe dans les courbes de croissance. Cela aide à déterminer si le poids de votre enfant se situe dans une zone malsaine.


> Facteurs de risque et causes de l'obésité infantile
Plusieurs facteurs - qui se combinent souvent - augmentent le risque de devenir en surpoids de votre enfant (ou sont les causes de son obésité) :
  • Alimentation : Manger régulièrement des aliments riches en calories (comme la nourriture de fast-food, les pâtisseries, les collations malsaines vendues dans des distributeurs automatiques, etc.) peut facilement amener votre enfant à prendre du poids. Boire beaucoup de sodas et boissons sucrées, manger beaucoup de bonbons et desserts sucrés/caloriques peuvent aussi provoquer la prise de poids. Les nourritures comme celles que nous venons de citer sont souvent trop riches en sucre, en matières grasses et en calories,
  • Manque d'activité physique : les enfants qui ne font pas de sport risquent beaucoup plus de grossir parce qu'ils ne brûlent pas des calories grâce aux activités physiques. Les activités de loisirs inactives, comme regarder la TV ou jouer aux jeux vidéo, contribuent aussi au problème de l'obésité des enfants. Le style de vie de plus en plus sédentaire imposé aux enfants par la société moderne n'aide en rien à résoudre le problème,
  • Antécédent familial : si votre enfant vient d'une famille qui compte plusieurs personnes en surpoids, il a plus de risque de prendre du poids, surtout dans un environnement où les aliments riches en calories sont toujours disponibles et où l'activité physique n'est pas encouragée,
  • Génétique : certaines maladies génétiques rares provoquent l'obésité infantile souvent dès la naissance. Il s'agit du syndrome de Prader-Willi (prévalence de 1 sur 15 000 naissances, ce syndrome provoque une prise de poids rapide chez les enfants qui en souffrent), du syndrome de Bardet-Biedl (prévalence de 1 sur 130 000 naissances dans les populations à faible taux de consanguinité), du syndrome MOMO (syndrome Macrosomie-Obésité-Macrocéphalie-Oculaire, prévalence de 1 sur 100 millions naissances), des mutations des récepteurs de la leptine, de l'insuffisance congénitale en leptine, des mutatations du récepteur de la mélanocortine,
  • Maladies : le syndrome de Cushing (une maladie où le corps contient des quantités excessives de cortisol) et l'hypothyroïdie peuvent aussi influencer l'obésité des enfants,
  • Facteurs psychologiques : certains enfants surconsomment pour s'aider à gérer des problèmes ou pour affronter des émotions (comme le stress, surmonter l'ennui, diminuer la colère, se réconforter dans la tristesse). Leurs parents pourraient présenter des tendances similaires,
  • Facteurs familiaux : si vous achetez surtout des nourritures prêtes à chauffer pour manger ou des grignotages quand vous faites les courses (comme les biscuits, les chips, les pizzas surgelés, d'autres nourritures caloriques), cela peut contribuer à la prise de poids de votre enfant. Si vous pouvez contrôler l'accès de votre enfant aux nourritures riches en calories, vous pourriez l'aider à perdre du poids,
  • Facteurs socio-économiques : les enfants qui viennent des milieux sociaux défavorisés ou des familles à faibles revenus rencontrent plus de risque de souffrir de l'obésité infantile. Cela demande à la fois du temps et des ressources (financières, connaissances en nutrition, etc.) pour faire adopter une alimentation saine aux enfants et pour leur habituer à faire du sport. Cela prend encore plus de temps et de ressources pour en faire une priorité pour toute la famille,
  • Facteurs de développement : l'allaitement au sein peut par exemple contribuer à protéger le bébé contre l'obésité plus tard dans sa vie (plusieurs études ont montré que plus un bébé est nourri longtemps au sein, moins il a de risque de développer un surpoids ou une obésité plus tard dans sa vie). Les bébés qui ont des kilos en trop dès le plus jeune âge a également plus de risque de souffrir de l'obésité à partir de 7 ans.


> Complications de l'obésité infantile
L'obésité des enfants peut présenter des complications sur le bien-être physique, social et émotionnel de votre enfant.

Complications physiques :
  • Diabète de type 2 : ce type de diabète chez les enfants est une maladie qui affecte la façon dont le corps de votre enfant métabolise le sucre (glucose). Le diabète de type 2 est provoqué en partie par une alimentation déséquilibrée et peut souvent être inversé en choisissant des aliments plus sains et en faisant plus de sport,
  • Syndrome métabolique : ce syndrome n'est pas une maladie à proprement parler, mais une constellation de problèmes de santé qui expose votre enfant au risque de développer des maladies du cœur, le diabète ou d'autres problèmes de santé. Cet ensemble de maladies inclut l'hypertension, un taux élevé de sucre dans le sang, l'hypercholestérolémie, une quantité excessive de graisse abdominale (graisse au ventre),
  • Taux de cholestérol élevé et hypertension : votre enfant peut développer l'hypertension ou l'hypercholestérolémie s'il adopte une alimentation malsaine. Ces facteurs peuvent contribuer au dépôt de plaques dans les artères. Ces plaques peuvent faire rétrécir et endurcir les artères, ce qui peut provoquer une crise cardiaque ou une congestion cérébrale plus tard dans la vie de l'enfant,
  • Asthme et autres problèmes respiratoires : l'excédent de poids présent dans le corps de votre enfant peut provoquer des problèmes avec le développement et la santé des poumons de votre enfant, provoquant l'asthme et d'autres problèmes respiratoires,
  • Troubles du sommeil : l'apnée du sommeil, un état dans lequel votre enfant pourrait ronfler ou avoir une respiration anormale tout en dormant, peut être une complication de l'obésité infantile. Faites attention aux problèmes de respiration que votre enfant pourrait montrer pendant son sommeil,
  • Puberté ou menstruation précoce : être obèse peut créer des déséquilibres hormonaux chez votre enfant. Ces déséquilibres peuvent amener la puberté à commencer plus tôt que prévu.


Complications sociales et émotionnelles :
  • Mauvais estime de soi et être intimidés : les enfants taquinent ou intimident souvent d'autres enfants souffrant de surpoids ou d'obésité, qui peuvent alors souffrir d'une perte de l'estime de soi et d'un risque accru de dépression,
  • Problèmes de comportement et d'apprentissage : les enfants en surpoids ont tendance à être plus anxieux et à montrer moins d'aptitudes sociales que les enfants de poids normal. A leur extrême, ces problèmes peuvent amener les enfants en surpoids à extérioriser et à perturber leurs salles de cours. Souvent, ces problèmes forcent les enfants en surpoids à se mettre en retrait socialement. Le stress et l'anxiété interfèrent aussi avec l'apprentissage. L'anxiété liée à l'école peut créer un cercle vicieux dans lequel des inquiétudes sans cesse croissantes de l'enfant dégradent ses performances académiques,
  • Dépression : un mauvais estime de soi peut créer des sentiments accablants de désespoir chez certains enfants en surpoids ou obèses. Quand les enfants perdent l'espoir que leur vie puisse s'améliorer, ils peuvent devenir déprimés. Un enfant souffrant de dépression peut se désintéresser des activités normales, moins dormir que d'habitude et pleurer beaucoup. Certains enfants déprimés cachent leur tristesse et tentent de paraître émotionnellement normaux à la place. D'une façon ou d'une autre, la dépression est un problème aussi sérieux chez les enfants que chez les adultes. Si vous pensez que votre enfant est déprimé, parlez avec lui et partagez vos inquiétudes avec son médecin.


> Traitements de l'obésité infantile
Les traitements de l'obésité des enfants dépendent de l'âge de votre enfant et de ses maladies existantes. Le traitement inclut habituellement des changements dans l'alimentation et dans le niveau d'activité physique de votre enfant. Dans certaines circonstances, le traitement peut inclure des médicaments ou la chirurgie anti-obésité. Lisez aussi : Habitude alimentaire : 12 habitudes alimentaires qui font maigrir.

Traitement pour enfants de moins de 7 ans : pour ces enfants qui n'ont pas d'autres soucis de santé, l'objectif du traitement peut être de maintenir le poids plutôt que de faire maigrir à tout prix. Cette stratégie permet à l'enfant de grandir (en hauteur) mais pas de prendre des kilos. Cela fait baisser son IMC et rentrer dans une zone plus saine. Toutefois, pour un enfant obèse, maintenir le poids tout en attendant de grandir peut être aussi difficile que de perdre du poids pour les adultes.

Traitement pour les enfants de plus de 7 ans : la perte de poids est typiquement recommandée aux enfants de plus de 7 ans ou aux enfants qui en ont moins mais qui présentent aussi d'autres maladies. La perte de poids devrait être lente et stable (environ 0,5 kg par semaine voire 0,5 kg par mois) en fonction de l'état de santé de votre enfant.

Les méthodes de stabilisation du poids actuel ou de perte de poids de votre enfant sont la même : votre enfant a besoin d'adopter une alimentation saine et d'augmenter son activité physique. Le succès dépend grandement de votre engagement à aider votre enfant à faire ces changements. Pensez aux habitudes alimentaires et aux habitudes sportives comme indissociables.

Vous pouvez par exemple faire consommer plus de fruits et légumes à votre enfant, réduire sa consommation en boissons sucrées ou sodas, lui demander de s'asseoir à table pour manger (et ne pas lui laisser manger devant la TV ou l'ordinateur), limiter les repas au restaurant, limiter son nombre d'heures passées devant la TV ou l'ordinateur, faire davantage d'activités physiques avec lui (notamment en trouvant des activités qu'il aime faire, en les variant).

Les médicaments pour maigrir ne sont guère adaptés aux enfants, même si certains peuvent être pris dès l'âge de 12 ans (comme le Xenical, disponible sur prescription), ou à partir de 18 ans (comme Alli, en vente libre aux personnes de plus de 18 ans). Un rééquilibrage alimentaire et une hausse des activités physiques sont largement plus bénéfiques pour votre enfant (en lui faisant prendre de bonnes habitudes de vie) que la prise de médicaments minceur.

La chirurgie anti-obésité pourrait résoudre les problèmes de santé de certains adolescents souffrant d'obésité morbide qui sont incapables de maigrir en utilisant des méthodes de perte de poids traditionnelles. Notez toutefois qu'une chirurgie anti-obésité ne peut pas remplacer le besoin pour votre enfant d'adopter une alimentation saine et d'augmenter le niveau d'activité physique. Lisez aussi : Chirurgie de l'obésité : quel type de chirurgie pour maigrir ?

Quelque soit la méthode employée pour traiter l'obésité de votre enfant, essayez de lui montrer le plus possible que vous lui apportez un grand soutien : faites attention aux besoins et aux sentiments de votre enfant, trouvez des raisons pour féliciter les efforts de votre enfant, parlez à votre enfant de ses sentiments, aidez votre enfant à se concentrer sur des objectifs positifs, montrez le bon exemple (en mangeant bien et en faisant du sport vous aussi), restez surtout patients avec votre enfant. Lisez aussi "Aider un proche en surpoids avec les bonnes méthodes".

Si vous êtes concernés par l'obésité infantile dans votre famille, comment la combattez-vous ? Que faites-vous pour prévenir l'obésité de vos enfants ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez la première personne à donner un avis en cliquant ici.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux
×

Cet article est basé sur des preuves scientifiques, écrit par des experts et vérifié par des spécialistes.


Notre équipe de nutritionnistes, de diététiciens et de coachs sportifs s'efforce d'être objective, impartiale, honnête et de présenter les deux côtés de la médaille.


Nos articles contiennent des références scientifiques. Elles sont soit indiquées à la fin des articles dans une liste de références, soit indiquées sous forme de nombres mis entre parenthèses (1, 2, 3). Les nombres sont des liens cliquables, renvoyant vers des articles scientifiques évalués par des pairs.