Le diabète et le sucre liés aux maladies mentales

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 02/07/2010

Le problème diabétique et le sucre seraient associés à diverses maladies mentales comme la schizophrénie, selon une nouvelle étude.

Ne pas aimer le sucre est difficile. Il se trouve dans le chocolat, les glaces, les barres chocolatées, les sodas, les pâtisseries, etc. La nourriture de type occidental - ce dont la plus grande partie du monde consomme aujourd'hui - incorpore une grande quantité de sucre dans ses plats.

Non seulement le sucre peut provoquer le surpoids ou l'obésité, mais il augmente également le risque diabétique. Or il faut savoir que le diabète augmente à son tour le risque de maladies mentales, notamment la dépression et la schizophrénie (une psychose dont les signes sont une dissociation mentale, une discordance affective et une activité délirante, ce qui a pour résultats une modification de la perception de la réalité).

Des chercheurs américains (du Centre Médical de l'Université Vanderbilt) ont montré que les souris qui présentent (après manipulations) une défaillance du métabolisme de l'insuline (pour imiter le cas du diabète) développent des anomalies de comportement similaires à celles d'un patient atteint de schizophrénie.

Les souris présentaient également un taux réduit de dopamine. Cette dernière, comme la sérotonine, est une "substance chimique du bonheur". La dopamine est un neurotransmetteur qui a des rôles dans l'attention, le système de récompense, l'activité motrice. Un taux faible en dopamine ou en sérotonine peut provoquer la dépression, la maladie de Parkinson, la schizophrénie et le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention.

Selon le biophysicien Aurelio Galli, l'un des auteurs de l'étude, "les anomalies sont simples à comprendre. Disons que vous effrayez une personne en criant derrière son dos par surprise. Si vous préparez cette même personne par un test de son avant de lui crier derrière, elle devrait normalement être moins surprise puisqu'elle s'y est préparée. Mais chez les schizophrènes, ils sont surpris même s'ils ont été préparés à l'avance. Maintenant, cela ne signifie pas que vous souffrez de schizophrénie si vous rencontrez ce problème, mais beaucoup de schizophrènes ont ce souci, et ces souris également".

Des études précédentes ont montré que le diabète et l'incapacité du corps à manipuler le sucre augmentaient le risque de dépression en diminuant l'approvisionnement du cerveau en dopamine. Les personnes diabétiques ont des problèmes pour traiter l'insuline, l'hormone qui aide à réguler le sucre dans le corps. Les scientifiques savent depuis longtemps que les diabétiques ont davantage de risque de souffrir de troubles psychiatriques.

Aurelio Galli affirme que 25% de la population diabétique présente une dépression alors que seulement 10% des personnes non-diabétiques sont dépressives. Il a également été montré que l'alcoolisme augmentait de façon significative le risque de dépression en raison de l'effet de l'alcool sur l'approvisionnement du cerveau en sérotonine.

En 2000, une étude américaine a affirmé que le taux de suicide chez les personnes dépressives variait entre 2 et 9%.

Les patients atteints d'une maladie mentale ont déjà suffisamment de problèmes à surmonter, alors quand les médecins leurs annoncent qu'ils présentent un diabète, cela peut les bouleverser au début. Il est donc important de se rappeler qu'il existe des choses que vous pouvez faire pour bien gérer votre maladie, et qu'il existe des personnes entraînées qui peuvent vous aider pour cela (en vous recommandant des changements dans vos alimentation et mode de vie par exemple).

Se faire à l'idée d'un diagnostic de diabète peut prendre du temps, et autant qu'il existe un stigmate autour des patients atteint d'une maladie mentale, il peut exister un stigmate autour des personnes présentant un diabète de type 2.

Vous pourriez sentir que certaines personnes pensent que c'est de votre faute si vous avez développé un diabète, parce que vous avez "trop mangé" et ne "faites pas (ou pas assez) d'exercice physique". Toutefois, le diabète reste plus fréquent chez les personnes souffrant d'une maladie mentale. Les médicaments antipsychotiques peuvent mener à une prise de poids significative, par exemple lorsque la dépression et l'anxiété rendent l'exercice physique régulier et l'alimentation saine plus difficile (en affectant votre motivation).

Il est important pour vous, votre famille et vos amis de vous renseigner sur le diabète, de comprendre quels sont les aides disponibles, et ce que vous pouvez faire pour vous aider ou pour aider les autres.


Que pensez-vous de cette étude qui montre les liens entre le diabète, le sucre et les maladies mentales ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
tiwawane  |  09 mars 2016, 01:40
Les chercheurs ont de bonnes intentions mais, ils ont opter pour une solution simpliste.Pourquoi tout les spécialistes dans le domaine assimile la détresse du diabétique à de la schizophrénie, de maladie mentale et autre? simplement qu'ils ne cherchent pas à la bonne place. C'est si simple à vérifier que Mr Aurelio Galli pense qu'il faut expliquer la simplicité. La détresse du diabétique est une pathologie en réaction à ce que l'on appelle: le stress cellulaire. Ce stress survient lorsque l'on atteint des pointe d’hyperglycémie et les multiple ordre de réaction contraire à leur fonction normales que reçoivent certain cellule comme la kératinocytes laissent la cellule en état de stress prolongée. Et cette stress réagis normalement sur notre comportement qui ressemble à de la schizophrénie. Le traitement, lui, est simple et contrôle tout ceux que l'on nome complication diabétique. Je m’arrête ici, j'en dis trop.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :