Ce que mange une femme enceinte détermine l'obésité de son enfant

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 22/04/2008

2 études confirment ce qu'on suppose depuis longtemps, à savoir que mange la femme enceinte a des impacts sur l'obésité future du bébé.

"Vous êtes ce que vous mangez" dit un adage très populaire, mais maintenant il y a de grandes chances pour que nous puissions dire également "Vous êtes ce que votre maman avait mangé quand elle était enceinte de vous".

En effet, une étude menée par des chercheurs de l'école de médecine de Yale (Etats-Unis) et de l'université de Cologne (Allemagne) a trouvé que les enfants des mères obèses qui adoptaient une alimentation riche en graisse pendant leur grossesse avaient davantage de risque de souffrir de l'obésité et des troubles métaboliques associés pendant tout le reste de leur vie.

L'étude était publiée dans l'édition du 23 janvier 2014 de la revue "Cell".

Les scientifiques avaient développé une programmation métabolique sur des souris de laboratoires, en partenariat avec l'Institut de Recherche Neurologique Max Planck.

Six souris étaient nourries soit par une alimentation riche en matières grasses soit par une alimentation normale, pendant 8 semaines consécutives avant de devenir enceintes.

Ces souris suivaient la même alimentation pendant leur grossesse.

Quand ces souris étaient en train d'allaiter leur petits, trois d'entre elles avaient reçu une alimentation riche en graisses. Les trois autres recevaient une alimentation normale.

Toutes les souris bébés étaient sevrées. Elles sont été placées sur une alimentation normale jusqu'à l'âge de 8 semaines, et puis elles étaient divisées en 2 groupes différents.

Un groupe recevait une alimentation riche en graisse, et l'autre groupe une alimentation normale, pendant 12 semaines.

A la fin de cette période, les chercheurs ont constaté que les bébés souris dont les mères avaient mangé gras pendant la grossesse étaient affectées par le changement alimentaire en termes de poids corporel et de masse grasse.

Les scientifiques avaient également observé un changement dans la structure du cerveau des bébés souris. Plus précisément dans les circuits anormaux de neurones, et l'hypothalamus qui doit signaler l'insuline altérée, la principale région du cerveau qui régule le métabolisme.

Ces circuits étaient générés par la consommation d'une alimentation riche en graisse pendant l'allaitement. Les progénitures étaient ensuite restées en surpoids. Et elles affrontaient des problèmes et anomalies du métabolisme du glucose, qui avaient duré toute leur vie.

"Notre étude suggère que les femmes enceintes peuvent produire un impact majeur sur la santé métabolique à long terme de leurs enfants en contrôlant leur nutrition pendant cette période critique du développement de leur foetus", expique le co-auteur de l'étude Tamas Horvath (professeur de recherche biomédicale).

A part l'obésité, le docteur Graham Burdge de l'université de Southampton (Grande-Bretagne) a rappelé qu'il est certifié depuis 2 décennies par diverses études que la nutrition dans la petite enfance produit des effets durables sur les maladies cardiovasculaires, l'obésité, l'ostéoporose et certains cancers.

Cependant, le docteur Burdge ne nie pas l'utilité de la nouvelle étude. Il dit que cette recherche est importante en ce qu'elle "est un progrès technique intrigante montrant que des circuits neurologiques ont été modifiés, ce qui n'a pas été montré avant."

"Nous croyons que ce sont certainement des processus biologiques fondamentaux qui affectent également les humains et influencent la façon dont les enfants peuvent éventuellement devenir obèse plus tard", a déclaré le chercheur Horvath.

"Il semble, au moins, que cela pourrait avoir un impact majeur et nous avons besoin de l'explorer davantage dans des études réalisées à la fois sur des animaux et des humains."

L'obésité est parfois perçue comme héréditaire, parce que les habitudes alimentaires communes sont un facteur important dans la nutrition.

Une alimentation saine est toujours - et sera toujours - recommandée pour les femmes enceintes et allaitantes, afin d'aider un enfant à garder une bonne santé.

En outre, des habitudes alimentaires saines doivent être encouragées (par les parents) et maintenues tout au long de la vie de l'enfant.

La nutrition adoptée par une maman pendant sa grossesse influence grandement le risque d'obésité de son bébé plus tard


Avant la publication de cette étude de 2014, une autre étude avait déjà affirmé cette tendance.

En 2011, une étude publiée dans la revue "Diabetes" avait conclu que ce qu'une femme mange quand elle est enceinte peut affecter le risque d'obésité de son enfant, peu importe qu'elle soit obèse ou maigre.

Dirigé par l'Université de Southampton (Grande-Bretagne), et incluant des membres de Nouvelle-Zélande et Singapour, l'équipe internationale de chercheurs avait constaté qu'un processus appelé le "changement épigénétique" modifie la fonction de l'ADN d'un bébé à naître en réponse à des changements dans le régime alimentaire de la mère.

Ces changements peuvent être détectés par l'échantillonnage du cordon ombilical à la naissance pour détecter des "marqueurs épigénétiques" de risque d'obésité.

En utilisant ces marqueurs épigénétiques, les chercheurs ont été surpris de constater qu'ils pouvaient prédire 25% de la variation d'obésité de 300 enfants quand ils avaient atteint l'âge de 6 ou 9 ans.

Les enfants étaient nés de mères qui avaient participé à deux études longitudinales basées à Southampton.


Voici une vidéo qui conseille aux femmes enceintes ce qu'il convient de manger ou d'éviter durant leur grossesse :




Que pensez-vous des conclusions de ces études ? Pensiez-vous que l'alimentation de la femme enceinte était aussi déterminante pour l'avenir de son bébé au niveau du poids corporel ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :