Dormir pour ne pas grossir

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 21/04/2008

Trouver assez de temps pour dormir permet d'éviter de grossir selon diverses études. Voici les précisions.

Aussi saugrenue que l'idée pourrait sembler, beaucoup d'études épidémiologiques montrent que ne pas dormir assez augmente le risque de grossir et qu'à l'inverse, une personne en surpoids risque de mal dormir. Or notre société connaît un mal moderne : le manque de sommeil.

Plus de 30 études réalisées dans le monde entier ont démontré une corrélation entre un temps de sommeil insuffisant et un indice de masse corporelle (IMC) élevé, a précisé Karine Spiegel (chercheuse à l'INSERM) lors d'une conférence organisée par l'Institut français pour la nutrition.

"Nous venons de découvrir que le manque de sommeil agit sur deux hormones impliquées dans la régulation du comportement alimentaire : il diminue la sécrétion de leptine (qui induit la satiété) et augmente la sécrétion de ghréline (qui stimule l'appétit). Avec comme conséquence une augmentation de la faim et de l'appétence pour la nourriture. Et un penchant pour les aliments riches en gras et en sucre comme les confiseries, les cacahuètes, les biscuits et les gâteaux…, autrement dit, la malbouffe", dit Karine Spiegel.

"L'une des idées les plus intéressantes qui existent sur ce sujet et qui prend de l'ampleur est l'appréciation du fait que le sommeil ainsi que les perturbations du sommeil produisent des effets notables sur le corps, y compris celui d'influencer notre poids corporel", explique David Rapoport, professeur agrégé et directeur du Programme de médecine du sommeil à l'Université de New York (Etats-Unis).

Bien que les médecins savent depuis longtemps que de nombreuses hormones sont affectées par le sommeil, Rapoport dit que l'appétit n'est pris en compte que depuis peu de temps. Pour cela, il a fallu attendre que des études approfondies soient menées sur les deux hormones évoquées ci-dessus (leptine et ghréline).

La manière dont ces deux hormones ouvrent la voie à la suralimentation a été récemment explorée dans deux études menées à l'Université de Chicago dans l'Illinois et à l'Université Stanford en Californie (toutes les deux situées aux Etats-Unis).

Dans l'étude réalisée par l'Université de Chicago, des médecins ont mesuré les taux de leptine et de ghréline chez 12 hommes en bonne santé. Ils ont également noté leurs niveaux de faim et d'appétit. Peu après, ces 12 hommes ont été soumis à deux jours de privation de sommeil suivie de deux jours de sommeil prolongé. Pendant ce temps, les médecins ont continué à surveiller les niveaux d'hormones, d'appétit, et d'activité physique.

Au final, quand le sommeil a été restreint, les taux de leptine a baissé et les taux de ghréline ont augmenté. Sans surprise, l'appétit des hommes a aussi augmenté proportionnellement. Leur désir de glucides et d'aliments caloriques a augmenté de 45%, ce qui est très conséquent.

L'étude de l'Université de Stanford, quant à elle, a trouvé un sens plus provocateur à l'effet du tandem leptine-ghréline. Dans cette étude (un projet conjoint entre les universités de Stanford et du Wisconsin), environ 1 000 volontaires ont rapporté le nombre d'heures qu'ils dormaient chaque nuit. Les médecins mesuraient ensuite leurs niveaux de ghréline et de leptine, puis cartographiaient leur poids.

Le résultat était éloquent. Ceux qui dormaient moins de huit heures par nuit avaient non seulement des niveaux inférieurs de leptine et des niveaux supérieurs de ghréline, mais ils avaient aussi un niveau plus élevé de graisse corporelle. De plus, ce niveau de graisse dans le corps semblait en corrélation avec leurs habitudes de sommeil. Plus précisément, ceux qui dormaient le moins d'heures par nuit pesaient le plus.


La carence de sommeil s'ajouterait donc au surplus de calories et la sédentarité pour expliquer en partie l’amplification du surpoids. Notre vie professionnelle, familiale et sociale ont engendré des besoins, qui pour être satisfaits exigent un accroissement de nos journées et une réduction de nos nuits.

En France, d'après une récente enquête de l’INPES, 45 % des 25-45 ans témoignent ne pas dormir assez et 17 % affirment amasser une dette permanente de sommeil. Certains chercheurs observent par ailleurs que les personnes qui rencontrent des difficultés dans leur sommeil tendent à réduire leur activité physique. Or l'obésité crée des problèmes respiratoires qui résonnent sur le sommeil, explique un autre chercheur de l'Inserm, le Pr Patrick Lévy.

Le syndrome d'apnée du sommeil augmente en fréquence en fonction du poids. Il se définit pendant le sommeil par de nombreux arrêts de la respiration de plus de 10 secondes. Aux Etats-Unis, 60 à 70 % des personnes atteintes de ce syndrome sont atteints d’obésité. L'apnée diminue la qualité du sommeil. Elle fatigue et empêche de retrouver sa forme, créant un cercle vicieux. Face aux exigences du temps, l'hygiène de vie (équilibre alimentaire, exercice physique et sommeil) mérite d'être protégée si l'on veut limiter l'obésité et les maladies cardio-vasculaires.


Avez-vous déjà remarqué que le fait de ne pas dormir suffisamment fait grossir ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Simla  |  25 janvier 2012, 03:35
Salut moi j'ai 25ans je mesure 1m60 pour 70kg, je travaille aussi de nuit, c'est vrai que c'est un peux compliqué de suivre un régime avec des horaires comme sa!!! Et la journée je dors profondément que 3ou 4h... Et la plus part du temps je travaille 12h part "nuit et jours" donc le sport c'est un peux cote trop fatigué! Alors la question est que faire?
elle  |  03 décembre 2011, 02:19
salut, j'ai 29 ans , je fais 1.75 m pou 98 kg .je travaille la nuit ; je suis parfois en dette de sommeil mais la plus part du temps je passe toute la journée à dormir . et vraiment je suis toujours en régime depuis 5 ans sans que en revenant du travaille le matin il parait que je mange sans contrôle sur soi et sans savoir ni avoir conscience ce quoi ce que j'ai arrivée de manger . j'ai passé tous ces années à lutter sans comprendre pourquoi ça ne marche pas . comment faire dans ma situation , je ne peut pas changer les heures du travail et je ne peut pas dormir pendant le travail ; cela peut signifier la perte de mon travail et c'est pas facile .
j'espère trouver une solution.
MERCI .
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :