Perdre du poids améliore la fécondité chez les femmes obèses

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 10/07/2009

Perdre du poids, même légèrement, améliore la fécondité chez les femmes obèses.

Une nouvelle étude a suggéré que les femmes obèses pourraient augmenter leur fécondité si elles réussissent à perdre du poids, même légèrement.

Le professeur Bill Ledger de l'Université de Sheffield (Angleterre) et ses collègues ont mené une étude de trois mois sur 40 femmes obèses qui n'étaient pas en phase d'ovulation.

Beaucoup d'entre elles souffraient du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Ce syndrome reste l'une des causes les plus fréquentes de la stérilité chez les femmes.


La moyenne d'âge du groupe était de 29 ans et leur Indice de Masse Corporelle (IMC) était d'environ 40. Les experts ne recommandent pas le traitement de FIV (fécondation in vitro) pour les femmes présentant un IMC supérieur à 30.

Les femmes ont reçu des pilules minceur pour perdre du poids. Elles devaient perdre 5% de leur poids corporel sur la période de trois mois de l'étude.

La perte de poids de 5% a été liée à une augmentation de 19% du flux sanguin vers l'utérus.

Cette augmentation de la circulation sanguine peut aider la libération d'un ovule par les ovaires ainsi que l'implantation d'embryons.


Les chercheurs ont déclaré que l'augmentation du débit sanguin a fonctionné comme un "contact" pour stimuler les ovaires.

Le taux de testostérone - qui est plus élevé chez les personnes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques - a également diminué dès que la circulation sanguine a augmenté.

Le professeur Ledger a dit que demander aux femmes obèses de perdre 5 à 10% de leur poids corporel reste un "objectif modeste".

"Le message pour les femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques est de ne pas penser qu'elles doivent perdre la moitié de leur poids corporel pour améliorer leur fécondité. Les conclusions de notre étude pourraient également encourager les femmes en surpoids modéré à perdre 5 à 10% de leur poids corporel pour augmenter la fécondité", dit le professeur Ledger.

Les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques ont tendance à prendre du poids à cause de cette maladie et à lutter davantage que les autres femmes pour perdre du poids grâce à un régime accompagné des exercices physiques.


L'étude a été présentée lors de la 25ème réunion annuelle de la Société Européenne de Reproduction et d'Embryologie Humaine (ESHRE), qui s'est tenue début juillet 2009 à Amsterdam (Hollande).


Que pensez-vous de cette étude qui suggère que perdre du poids améliore la fécondité chez les femmes obèses ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :