La chirurgie bariatrique réduit le risque de cancer chez la femme

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 01/07/2009

La bariatrie permet de réduire le risque de cancers, surtout chez les femmes, selon une nouvelle étude. Voici comment et pourquoi.

La chirurgie bariatrique peut parfois inverser le diabète de type 2 et réduire d'autres maladies liées à l'obésité. Maintenant, de nouvelles études indiquent que les femmes obèses ayant subi une telle chirurgie ont constaté une baisse de 42% de leur risque de cancer. Découvrez aussi la gastroplastie (l'une des composantes de la bariatrie).


Pour mieux comprendre le reste de l'article, nous vous invitons à lire la définition de la chirurgie bariatrique, si ces termes vous semblent peu clairs.

Bien que trop de personnes ne le savent pas que l'obésité provoque le cancer, le surpoids avancé et l'obésité sont des facteurs de risque connus des cancers du côlon, du sein, de l'endomètre, du rein et de l'oesophage (segment du tube digestif qui relie le pharynx au cardia de l'estomac). L'obésité augmente les problèmes de santé mondiaux de manière conséquente.

RegimesMaigrir.com vous rappelle que les notions de "en surpoids" et "obèse" se définissent en calculant l'IMC.


Savoir exactement pourquoi cette baisse de risque de cancer se produit, et si elle est valable également pour les hommes qui souffrent d'obésité n'est pas encore possible.

Toutefois, les chercheurs ont constaté qu'une perte de poids liée à une intervention chirurgicale ainsi qu'une réduction des apports caloriques quotidiens ne semblent pas être les seules explications de la baisse du risque de cancer chez les femmes, selon le rapport d'une étude parue dans le numéro de juillet de la revue "Lancet Oncology".

"Evidemment, un ou plusieurs facteurs de risque de cancer sont favorablement influencés par la chirurgie bariatrique chez les femmes", a déclaré le principal responsable de l'étude le docteur Lars Sjöström, professeur de médecine à l'hôpital universitaire Sahlgrenska (Göteborg, Suède).


Dans l'étude, les chercheurs ont suivi deux groupes pendant 11 ans. Un groupe de 2 010 hommes et femmes qui avaient recours à la bariatrie et un groupe de 2 037 personnes obèses qui n'ont pas subi une intervention chirurgicale pour perdre du poids.

Les personnes qui ont eu recours à la chirurgie bariatrique ont perdu près de 20 kilogrammes, à comparer à 1,4 kilogrammes chez les personnes qui ne se sont pas faites opérer. Au cours les 11 années de l'étude, 117 personnes qui avaient recours à la bariatrie ont développé un cancer, alors que 169 des personnes qui n'ont pas subi de chirurgie en ont développé un.

Il y avait 79 cas de cancers diagnostiqués chez les femmes qui avaient recours à la chirurgie bariatrique, par rapport aux 130 cas de cancers chez les femmes qui n'ont pas subi d'opération chirurgicale.

Les types de cancer étaient également moins variés chez les femmes qui avaient recours à la bariatrie.

Pourtant, les chercheurs n'ont pas trouvé un lien statistique précis entre la perte de poids (ou l'apport calorique) après la chirurgie bariatrique et la réduction du risque de cancer. Ils n'ont également constaté aucune réduction du risque de cancer chez les hommes qui avaient recours à ce genre de chirurgie.

Toutefois, il y avait plus de femmes que d'hommes dans l'étude. Ce qui fait penser aux chercheurs qu'une étude de plus grande envergure pourrait détecter un effet bénéfique chez les hommes également.


Pourtant, ce n'est pas la première étude à suggérer que la bariatrie ne réduit pas le risque de cancer chez les hommes, et il est possible que des différences hormonales entre les sexes puissent jouer un rôle.

Par exemple, des niveaux plus élevés de l'hormone sexuelle féminine (l'oestrogène) peuvent stimuler la croissance des cancers de l'endomètre et du sein, et les cellules graisseuses (présentes en grand nombre chez les femmes obèses) sont connues pour produire de l'oestrogène.

"Les femmes sont plus sensibles aux oestrogènes, alors vous pourriez vous attendre à voir une différence importante dans les cancers liés aux oestrogènes après la chirurgie bariatrique", a déclaré le docteur Neil Hutcher, directeur pour cette catégorie de chirurgie à l'hôpital St. Mary's Bon Secours Hospital (Richmond, Etats-Unis).

Il est également possible que les cancers liés à l'obésité, qui sont plus fréquents chez les hommes (comme les cancers du côlon, du rectum et du rein), pourraient simplement prendre plus de temps pour se manifester que les cancers liés au poids chez les femmes. Par conséquent, une étude plus longue pourrait montrer un avantage pour les hommes.


Le message ici est que l'obésité augmente le risque de cancer, alors un dépistage plus intensif des cancers chez les personnes obèses est conseillé, en particulier le dépistage des cancers du sein, de l'utérus et du côlon.

En fait, la perte de poids stabilisée après une opération de bariatrie diminue probablement le risque de décès par cancer du côlon (les hommes ont le plus de risque sur ce point) mais la population de l'étude n'est tout simplement pas assez grande pour le déterminer avec certitude.


Les techniques de chirurgie bariatrique utilisées pendant l'étude pourraient aussi expliquer en partie les résultats.

La majorité des participants avaient une gastroplastie à bandes verticales (communément connu sous le nom d'agrafage de l'estomac), dans laquelle la partie supérieure de l'estomac est agrafée pour créer une petite poche, et certaines personnes ont choisi un anneau gastrique ajustable, dans lequel un anneau de silicone est placée autour du haut de la partie supérieure de l'estomac, afin de limiter les consommations alimentaires.

Moins de 300 personnes dans l'étude ont eu recours à la chirurgie par bypass gastrique, une technique plus spectaculaire dans laquelle le chirurgien crée une poche de la taille d'une balle de golf pour freiner la prise alimentaire.

Même si une réduction du risque de cancer a été observée avec les trois techniques de bariatrie, certains experts croient que la chirurgie par bypass gastrique pourrait un jour se révéler plus efficace que les deux autres techniques.

Lors d'un bypass gastrique, une partie de l'estomac est agrafée pour créer la petite poche et les intestins sont redirigés vers le nouveau estomac (plus petit). En réorganisant l'anatomie, les chirurgiens pourraient changer le milieu hormonal et affecter le risque de cancer.


Les experts pensent que réarranger l'anatomie a un effet inconnu sur l'organisme. Certaines personnes atteintes de diabète de type 2 et qui ont subi ce type de chirurgie ont constaté une baisse de la résistance à l'insuline et d'autres problèmes liés au diabète, cela avant même de perdre du poids.

Cependant, cette baisse n'est pas vraie pour tout le monde, de nombreuses personnes qui subissent une chirurgie bariatrique ont encore le diabète de type 2, même après avoir perdu du poids (après l'opération chirurgicale).

"Il ne fait aucun doute que l'obésité accroît le risque de certains cancers, et que la perte de poids peut aider à réduire ces risques", a déclaré Shawn Garber, responsable de bariatrie au Mercy Medical Center (New York, Etats-Unis). "L'agrafage de l'estomac est tombé en disgrâce car il n'est pas aussi efficace que les autres procédures bariatriques", dit-il.

Le docteur Nicolas Christou, directeur de la chirurgie bariatrique et professeur de chirurgie à l'Université McGill (Montréal, Canada) partage cet avis. Il dit que le bypass gastrique est plus efficace que les autres types d'intervention chirurgicale en bariatrie et, par conséquent, pourrait produire de meilleurs impacts sur le risque de cancer chez les femmes et les hommes. On peut se demander ce que le docteur pense de l'EndoBarrier, une gaine plastique à insérer dans le corps sans opération chirurgicale pour bloquer les calories.

Nicolas Christou a également effectué une étude dans cette thématique. Son étude avait montré que les hommes et les femmes qui avaient recours à la chirurgie bariatrique étaient 78% moins susceptibles de développer un cancer, par rapport à leurs homologues qui sont aussi en surpoids ou obèses mais qui n'ont pas subi ce type de chirurgie anti-obésité. Il a présenté ces résultats lors de la 25ème réunion annuelle de "American Society for Metabolic and Bariatric Surgery", à Washington (Etats-Unis).


Il faut rappeler cependant que tout type de chirurgie bariatrique peut avoir des effets secondaires graves ou causer des complications. Dans l'étude, 13% des personnes ont rencontré des complications après l'opération chirurgicale (saignements, caillots de sang, infections ou d'autres problèmes). La bariatrie pourrait également accroître le risque de fracture osseuse.


Que pensez-vous de cette étude qui constate que la chirurgie bariatrique réduit le risque de cancer chez les femmes ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :