La suralimentation et non pas le manque d'exercice cause l'obésité

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 10/05/2009

Bien qu'associer les exercices physiques à un régime permet de lutter contre l'obésité, une étude vient de montrer que la suralimentation contribue à aggraver l'obésité plus que le manque d'exercice.

La surconsommation alimentaire, plutôt qu'une mode de vie sédentaire, est presque la seule cause de l'augmentation de l'obésité dans le monde développé, selon une nouvelle étude.

L'étude a analysé l'épidémie d'obésité aux Etats-Unis - un pays précurseur des tendances alimentaires dans le reste du monde - trouve qu'il n'y a pas eu de réduction significative de la quantité d'heures passées à faire des exercices physiques au cours des 30 dernières années. Elle conclut que l'augmentation de l'obésité est principalement le résultat des apports de calories en excès.

Les chercheurs de l'étude travaillent au Centre de Collaboration pour la Prévention de l'Obésité (une cellule de l'OMS, Organisation Mondiale de la Santé) et à l'Université Deakin (à Victoria, Australie). Ils ont déclaré que les résultats de l'étude se vérifient dans les autres pays industrialisés tels que la Grande-Bretagne.

L'année dernière, la plus grande étude britannique portant sur l'obésité, menée par le gouvernement et compilées par 250 experts, a conclu que le surpoids était devenu la nouvelle norme. Cette étude prédit que d'ici à 2050, 90% des enfants d'aujourd'hui seront en surpoids ou obèses - une prise de poids qui coûtera aux contribuables britanniques 50 milliards de livres sterling (soit 55,8 milliards d'euros).

L'OMS estime qu'en 2005, environ 1,2 milliard d'adultes étaient en surpoids et environ 400 millions d'adultes étaient obèses dans le monde entier.


Les professionnels de la santé et les militants contre la consommation excessive de nourriture se sont félicités des derniers résultats de cette étude, présentés au Congrès européen sur l'obésité à Amsterdam, en tant que preuve de la nécessité de se concentrer sur l'alimentation, et de pointer du doigt sur la disponibilité et la promotion excessive des aliments hautement caloriques dans divers médias.

Le gouvernement britannique est actuellement en train d'attend l'avis de la Food Standards Agency (Agence des Standards Alimentaires, un département du gouvernement britannique, indépendant dans ses actions, qui vise à protéger la santé publique et les intérêts du consommateur dès qu'il s'agit de nourriture) sur la façon d'utiliser les étiquettes pour avertir les acheteurs du contenu non sain des aliments.

Pour l'étude menée par les chercheurs de l'OMS et de l'université Deakin, les chercheurs ont calculé le poids que les Américains devraient peser aujourd'hui, compte tenu de leur consommation de nourriture actuelle qui est plus élevée, et l'ont comparé à leur poids réel. Si ils pesaient davantage que prévu cela suggérerait une activité physique réduite.

Les chercheurs ont constaté que les adultes pesaient moins lourds que l'on ne pensait, compte tenu de leur régime alimentaire, ce qui suggère qu'ils ont augmenté leur activité physique au cours du temps.

Parmi les enfants, les tests ont montré une correspondance de 100%, conduisant les chercheurs à conclure que les changements dans l'activité physique n'ont pas généré d'impact sur les enfants aux États-Unis, qui prennent de plus en plus de poids.

Le professeur Boyd Swinburn, de l'Université Deakin, a déclaré que les résultats seraient les mêmes pour les autres pays développés lorsqu'il s'agit de montrer que les changements dans l'exercice physique joue un rôle minime. "Ceci est un appel pour la santé publique, une demande d'attention pour se concentrer davantage sur les apports énergétiques", dit-il. "Il n'y a aucune preuve que la réduction marquée de l'activité physique ait pu contribuer à l'épidémie d'obésité."

Le professeur a dit que les enfants américains pèsent désormais en moyenne 4 kilogrammes de plus qu'il y a 30 ans, tandis que les adultes sont plus lourds de 8 kilogrammes.

Afin que la population des États-Unis puisse revenir à des niveaux de corpulence des années 1970 (plus maigres), les enfants devraient, selon les chercheurs, réduire leur consommation d'environ 350 calories par jour (soit l'équivalent d'une canette de boisson gazeuse et d'une petite portion de frites), et les adultes d'environ 500 calories (soit l'équivalent d'un hamburger Big Mac vendu au McDonald's). Ou alors les enfants américains doivent marcher 2 heures et demie de plus par jour, et les adultes américains près de deux heures.

"Encourager tout le monde à marcher deux heures de plus par jour n'est pas vraiment une option réaliste pour lutter contre l'épidémie d'obésité" a déclaré le professeur Swinburn. "Nous devons limiter nos espoirs placés sur ce que l'augmentation de l'activité physique peut produire". Le professeur ajoute toutefois que les conclusions de l'étude ne cherchent pas à nier la valeur des exercices physiques pour contrôler le poids.

L'étude appuie les efforts des associations qui luttent contre la suralimentation en cherchant à réduire la disponibilité des produits alimentaires à forte teneur en calories. L'étude rend ces conclusions juste après les travaux d'une autre étude présentée à la conférence sur l'obésité, qui s'esr tenue la semaine dernière à Plymouth (Angleterre), qui a trouvé que le fait d'encourager les enfants à faire plus d'exercices physiques à l'école n'a pas augmenté leur niveau d'activité physique totale.

Lisez également un autre article en rapport avec la surconsommation : "les petits paquets de chips provoquent une surconsommation".


Que pensez-vous de cette étude qui conclut que la suralimentation explique principalement l'obésité ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :