Le surpoids et l'obésité aggravent le problème climatique ?

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 01/05/2009

Vous cherchez une motivation écologique pour perdre du poids ? Le problème climatique pourrait être réduit grâce à moins de surpoids, selon une étude.

Une étude anglaise vient de conclure que le fait d'être en surpoids ou obèse devrait être reconnu comme un problème environnemental en raison de sa contribution au changement climatique, compte tenu de l'excès de la demande de nourriture et des émissions émises à partir des transports (de ces personnes).

Les chercheurs anglais Phil Edwards et Ian Roberts, de l'université "London School of Hygiene and Tropical Medicine", ont constaté qu'une population de taille standard (du point de vue de l'IMC), comme les Vietnamiens, consomme environ 20% moins d'aliments et produit moins de gaz à effet de serre qu'une population vivant dans un pays occidental et hyper industrialisé comme les États-Unis, où environ 40% de personnes sont obèses.

Les auteurs de l'étude ont également constaté que les émissions liées au transport seront beaucoup moins importantes dans les pays dont la population ont un poids situé dans la moyenne (un poids corporel sain), parce qu'il faut moins d'énergie pour transporter les personnes qui ne sont pas en surpoids ou obèses.


Beaucoup de personnes sont déjà conscientes que la conduite d'un véhicule tout terrain 4x4 ou le voyage en avion peuvent considérablement augmenter le bilan carbone individuel, et l'étude semble favorable à l'idée que certains des moyens les plus efficaces de réduire les émissions liées au transport commencent avec des changements de styles de vie (notamment un changement de comportement alimentaire).

Les gouvernements du monde entier commencent à taxer et à réglementer les activités de transport fortement émettrice de gaz carbonique, ainsi que la malbouffe, en pensant que cela contribuera à protéger le climat. Mais le fait est que l'on pourrait commencer à se concentrer sur les tours de taille, et cela pourrait soulever le spectre de la discrimination sur la base du poids.

Une telle discrimination sur la base du poids corporel a été l'objet de controverses dans le secteur des transports au cours des dernières années. La compagnie aérienne low-cost Ryanair a annoncé la semaine dernière que près d'un tiers des répondants à un sondage mené en entreprise a voté en faveur d'une soi-disant taxe de matières grasses. "Les revenus générés par cette taxe de matières grasses serviront à faire baisser encore plus les tarifs aériens pour tous les passagers Ryanair", a déclaré la compagnie aérienne.

"L'humanité - que ce soit en Australie, Argentine, Belgique ou Canada - grossit régulièrement", ont déclaré les chercheurs londoniens dans leur étude.

"Nous devons faire beaucoup plus pour inverser la tendance mondiale vers l'engraissement, et pour reconnaître la réduction du poids corporel comme un facteur clé dans la bataille pour réduire les émissions et ralentir le changement climatique.", concluent-ils.

L'étude parut dans le dernier numéro de la revue médicale de Oxford "International Journal of Epidemiology".


Que pensez-vous de cette étude sur la relation entre le surpoids et le problème climatique ? Trouvez-vous qu'il y a un risque de discrimination ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :