Fin des publicités alimentaires dans les programmes pour enfants ?

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 28/05/2008

Le CSA estime que cela poserait un grand problème aux chaînes de TV qui proposent beaucoup d'émissions à destination des petits.

Dans un dossier présenté comme une contribution au débat sur la publicité pour certains produits alimentaires diffusée durant les programmes télévisés conçus pour les enfants, lancé par le ministère de la Santé, le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) attire l'attention sur les impacts négatifs d'une baisse des revenus publicitaires des chaînes "alors que le constat de leur sous-financement est largement partagé".

Il faudrait "mettre en perspective le rôle de la publicité télévisée dans la recrudescence de cas d'obésité", car celle-ci n'est pas le seul facteur en cause, selon le CSA. Le ministère de la Santé - par le biais de Mme la Ministre Roselyne Bachelot - vise par cette mesure éventuelle à réduire le problème de l'obésité infantile en France.

Une suppression éventuelle de la publicité pour quelques produits alimentaires dans les programmes TV pour enfants (de 7h à 22h00), déséquilibrerait économiquement les chaînes et en conséquence l'offre de programmes pour la jeunesse (offre faite en partie grâce aux revenus publicitaires), a estimé le CSA.

Le CSA avertit qu'une baisse des revenus publicitaires risque d'entraîner "une baisse mécanique de la contribution des chaînes au secteur de la création audiovisuelle et cinématographique, car leurs obligations sont calculées sur l'assiette de leur chiffre d'affaires". Cet avertissement ne s'est pas fait au hasard. En effet, l'industrie agro-alimentaire est le plus grand investisseur publicitaire sur les chaînes de TV en 2007.

Le Conseil craint que la mesure, si elle passe, détériore l'offre de programmes jeunesse et le futur développement des chaînes dédiées aux jeunes (par exemple Canal J, Disney Channel, Jetix, Planète Juniors, Piwi, Télétoon, Tiji). Bien évidemment, si les chaînes ne peuvent pas engranger des revenus publicitaires durant la diffusion de ces programmes, elles ne vont pas faire des efforts pour les produire et pour les diffuser.

Le CSA craint entre autres un effet pervers sur les programmes jeunesse de TF1 et M6, ainsi que sur la chaîne spécialisée de la TNT, Gulli et redoute "une fragilisation du secteur de la production d'animation française" (la France est classé troisième au monde en termes de production d'animations, elle est très forte notamment pour exporter ses animations).

Gulli est en 2008 la seule chaîne jeunesse gratuite de la TNT. Elle est censée compléter l'offre existante sur les chaînes hertziennes et favoriser le développement de l'offre numérique.

D'après le CSA on devrait encourager les éditeurs de chaînes "à renforcer leurs engagements éditoriaux" avant d'envisager une telle mesure.

Rappelons que l'article L.2133-1 du code de la santé publique, issu de la loi n° 2004-806 du 9 août 2004 ayant trait à la politique de santé publique, précise que les publicités mettant en avant les boissons (contenant du sucre ou du sel ou encore des édulcorants synthétiques) et les nourritures manufacturées ont l'obligation d'intégrer un message à caractère sanitaire. Si ce message fait défaut, l'annonceur doit payer une somme à verser de manière similaire à une TVA. Le produit de cette taxe revient à l'INPES dans le but de mener des campagnes éducatives dans le domaine de la nutrition.


Pensez-vous qu'une interdiction des publicités pour aliments dans les programmes télévisés pour enfants soit une bonne idée ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Sandra  |  28 mai 2008, 03:27
On interdit n'importe quoi dans ce pays. Si les enfants sont obèses, c'e la faute des parents, pas de la TV ! Vraiment nul ce ministère.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :