Comment parler aux adolescents qui ont des problèmes de poids ?

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 19/03/2009

Quelles sont les meilleures manières de décourager les adolescents à suivre les pratiques alimentaires dangereuses ? Les réponses peuvent vous surprendre.

Savoir comment parler aux adolescents qui ont des problèmes de poids peut rendre moins conflictuelles certaines relations parents - enfants adolescents.

Les chercheurs ont analysé le comportement alimentaire de plus de 2 500 adolescents américains pendant 5 ans pour déterminer les meilleures et pires choses à dire aux adolescents qui sont inquiets par leur poids.

Presque 20% des adolescents américains sont en surpoids ou obèses, et les encourager à perdre du poids n'est pas une mince affaire.

Les adolescents sont particulièrement vulnérables aux troubles d'alimentation, et alors les adultes doivent choisir leurs mots avec prudence.

L'étude a surveillé plus de 2 500 élèves de collèges et lycées et a trouvé que l'une des meilleures manières d'aider les adolescents à perdre du poids consiste à éliminer le mot "régime" des discours qu'on leur tient.

Dire aux adolescents de suivre un régime mène souvent à l'échec en effet selon les conclusions de l'étude.

Les adolescents qui sont conscients de leur poids risquent davantage d'adopter des comportements alimentaires dangereux tels que prendre des pilules amaigrissantes sans consulter leur médecin, sauter les repas, voire se faire vomir.

Les chercheurs ont suggéré aux médecins de dire aux jeunes patients que les régimes extrêmes (trop restrictifs en apports caloriques, éliminant beaucoup d'aliments nutritifs, provoquant trop de carences, etc.) peuvent en réalité leur faire prendre du poids après une première perte de poids illusoire, afin de les décourager d'essayer de telles pratiques sans consultations.

Les adolescents qui se renvoient une mauvaise image de leur corps ont pris le plus de poids d'après l'étude, alors les experts recommandent aux parents de ne pas critiquer le poids de leurs enfants.

Au lieu de critiquer, les chefs de familles devraient se concentrer sur les bonnes habitudes alimentaires et inciter les adolescents à s'amuser par des activités physiques en passant du temps ensemble avec eux (ex. : faire du vélo, jouer aux jeux de ballons dans le jardin ou le parc, etc.).

Les bonnes habitudes alimentaires, une fois installées, permettent aux adolescents de voir leur relation avec la nourriture et le fait de manger devenir meilleure au point de consommer toutes sortes d'aliments sains sans avoir peur ou se culpabiliser.

Il faudrait également dire aux adolescents de manger quand ils ont faim, et d'arrêter de manger quand ils se sentent confortables avec leur ventre, de ne pas surconsommer. Mais il ne faut pas pour autant culpabiliser les adolescents qui surconsomment ou ne consomment pas assez de temps en temps. Les écarts devraient être tolérés et non punis, à condition que l'adolescent se "rattrape" ensuite en consommant proprement de nouveau.

Si les adolescents sont trop concentrés sur leur alimentation et leur poids, les parents devraient prendre cette information comme un signal d'alerte. Parce qu'il ne s'agit plus de nourriture ou de régime, il s'agirait davantage de sentiments, et il faut accompagner les adolescents pour les aider à comprendre et à s'adapter aux changements dans leur corps et dans leur vie, pour les faire se sentir bien.


Que pensez-vous de cette étude ? Comment parlez-vous aux adolescents qui ont des troubles alimentaires ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
sandrine.  |  03 février 2010, 11:49
bonjour, je sais combien les problemes de poids autant chez la femme que chez l enfant peuvent etre destructeurs.j ai pu constater par mon experience personelle et celles et ceux qui mon fait confiance que d autre methodes existent , je suis psychologue et j orriente mon travail avec les chevaux.si vous souhaitrz en savoir plus, vous pouvez me joindre au
tel:06.84.08.22.07
cordialement,sandrine kieffer.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :