Davantage de preuves du lien entre l'obésité et l'infertilité

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 12/03/2009

Une nouvelle étude confirme que l'obésité appauvrit la fonction reproductive.

Les femmes obèses semblent subir des modifications dans les ovaires qui peuvent être responsables de l'incapacité d'un oeuf à fabriquer un embryon, selon une nouvelle étude parue dans le "Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism" (revue de l'endocrinologie et du métabolisme clinique en français).

Il a été démontré dans le passé que les femmes obèses qui tentent de devenir enceintes prennent plus de temps à concevoir, même si elles sont jeunes et ont un cycle menstruel régulier. La nouvelle étude a cherché à déterminer s'il y a des modifications dans l'environnement de l'oeuf chez les femmes obèses qui contribuent à des résultats plus pauvres de la fonction reproductive.

"Les caractéristiques des oeufs sont influencés par l'environnement dans lequel ils se développent, à l'intérieure de l'ovaire", a déclaré l'auteur principal de l'étude Rebecca Robker, de l'Université d'Adélaïde (Australie). "Notre étude a révélé que les femmes obèses ont des niveaux anormalement élevés de graisses et d'inflammation dans le liquide entourant les oeufs, ce qui peuvent avoir un impact sur le potentiel de développement de l'oeuf".

Dans l'étude, la doctoresse Robker et ses collègues ont mesuré les niveaux d'hormones et de métabolites (les glucides, protéines, lipides, acides nucléiques sont les 4 catégories de métabolites primaires) dans le fluide folliculaire obtenu à partir des ovaires des sujets au cours de leurs procédures de collecte des oeufs.

Ils ont constaté que les femmes obèses présentaient une altération de l'environnement des follicules ovariens, un métabolite et des niveaux d'activité androgène particulièrement augmentés, qui pourraient être associés à des résultats plus pauvres de la fonction reproductive.

Les chercheurs disent que les matières grasses pourraient modifier le métabolisme très sensible de l'oeuf, et que de telles modifications sont connues pour être dangereuses pour la formation de l'embryon. En outre, l'inflammation peut endommager les cellules, et lorsque cela se produit, cette inflammation peut affecter la survie des oeufs embryonnaires.

"L'obésité est connue pour provoquer des changements dans les lipides sanguins et la montée d'une inflammation qui affecte négativement la santé générale d'une personne", a conclu la doctoresse Robker. "Notre étude montre que l'obésité changes de la même manière l'environnement dans lequel baigne l'ovaire, un environnement qui nourrit les oeufs en voie de développement d'une femme".


Que pensez-vous des résultats de cette étude ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez la première personne à donner un avis en cliquant ici.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux