L'obésité augmenterait le risque de migraine

Auteur Sandra Maribaux
Auteur : Sandra Maribaux, publié le 18/02/2009

Une étude américaine affirme que le risque de migraine augmenterait chez les personnes obèses

L'obésité augmenterait le risque de migraines, l'un des derniers problèmes de santé à être associés au fait d'être beaucoup trop lourd, ont affirmé des chercheurs américains.

Les gens âgés de 20 à 55 ans qui étaient obèses (dont l'obésité était déterminée soit par une mesure de la graisse du ventre soit en calculant l'indice de masse corporelle, IMC) sont plus susceptibles de déclarer souffrir des migraines et autres maux de tête sévères, ont-ils dit.

37% des femmes obèses au niveau du ventre (dont l'obésité abdominale était déterminée par leur tour de taille) ont signalé avoir eu des migraines, alors que seulement 29% des femmes non-obèses ont souffert de cette maladie neurobiologique.

20% des hommes qui étaient atteints d'obésité abdominale ont signalé souffrir des migraines, contre 16% chez ceux qui n'ont pas d'obésité au niveau du ventre.

Les conclusions sont fondées sur les données de 22 000 personnes analysées dans le cadre d'une grande enquête sur la santé menée par le gouvernement américain.

"Maintenant, nous avons besoin de regarder si nous pouvons prouver que les gens obèses peuvent réduire les migraines en perdant du poids", a déclaré le Dr Lee Peterlin de l'université "Drexel University College of Medicine" (Philadelphie, Etats-Unis), l'un des chercheurs de l'étude.

"Nous savons que des études ont montré que l'exercice et l'activité physique contribuent à l'humeur. Il n'est donc pas illogique de penser qu'ils puissent soulager les maux de tête", a déclaré Peterlin, dont les résultats seront présentés lors d'une prochaine réunion de l'American Academy of Neurology, à Seattle (Etats-Unis).


Les migraines sont des maux de tête sévères qui peuvent également inclure des nausées, des vomissements et une sensibilité à la lumière et au bruit. Elles sont plus communes chez les femmes, et peuvent être héréditaires.

La migraine est une maladie neurologique et non une maladie psychologique (elle n'est donc pas provoquée par un problème psychologique, elle n'est pas une maladie imaginaire, ni une hystérie ou une maladie mentale). Notons également que les migraines ne sont pas synonymes de maux de tête. La migraine est une maladie neurobiologique, les maux de tête n'en sont qu'un symptôme. Enfin, la migraine n'est pas contagieuse, comme certains pourraient le penser.

Elles affectent environ 30 millions de personnes aux États-Unis, soit 10% de la population, selon la Fondation Nationale contre les Maux de Tête américaine. Les migraines surviennent le plus souvent entre l'âge de 20 et 45 ans.

Les migraines touchent également environ 10% de la population en France, en Belgique (15% des femmes et 6% des hommes), au Canada (3,4 millions de migraineux, parmi lesquels 75% sont des femmes et 25% sont des hommes), en Suisse (15% des femmes et 7% des hommes).

La migraine reste une des maladies les moins bien diagnostiquées par les médecins. Du coup, elle est souvent mal traitée car mal comprise. Beaucoup d'associations qui luttent contre les migraines dénoncent un taux de mauvais diagnostic des migraines chez 60% des femmes et 70% des hommes.

L'étude a révélé que, après l'âge de 55 ans, l'augmentation du risque de migraines pour les personnes obèses n'est plus présente.

Les chercheurs ont tenté de clarifier le lien entre la migraine et l'obésité, parce que des études antérieures avaient produit des résultats contradictoires.


L'obésité augmente aussi le risque de la forme la plus commune de diabète (le diabète de type II), d'hypertension, de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral, de certaines formes de cancer, de l'arthrite, de l'apnée du sommeil et d'autres maladies.


Que pensez-vous de cette actualité ? Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

Vos réactions : il y a 2 commentaires sur cet article. Cliquez ici pour lire ces commentaires ou pour donner votre avis sur cet article.

Photo portrait de l'auteur Sandra Maribaux