Le sexe de l'enfant pourrait dépendre de ce que la mère mange

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 24/05/2008

La future maman qui adopte une alimentation hypercalorique aurait plus de chances d'avoir un garçon selon une étude britannique.

Fille ou garçon ? Les futurs parents qui aimeraient pouvoir choisir le sexe de leur enfant pourraient sauter de joie. Selon une étude britannique récente sur les relations entre l'alimentation suivie par les mamans et le sexe des bébés, une alimentation de la future maman riche en énergie (calories), adoptée avant la conception, favoriserait la naissance de garçons plutôt que de filles. Découvrez aussi le bébé le plus lourd du monde.

"Ces travaux pourraient aider à expliquer pourquoi la proportion de garçons baisse dans les pays développés, où de nombreuses jeunes femmes adoptent une alimentation hypocalorique pour garder la ligne", précise Fiona Mathews (de l'Université d'Exeter (Angleterre). L'étude a été réalisée avec la collaboration de l'Université d'Oxford (Angleterre), et publiée dans la revue scientifique "Proceeding of the Royal Society" (il s'agit de facto de l'académie des sciences de la Grande-Bretagne).

La doctoresse Fiona Mathews et son équipe de chercheurs ont demandé à 740 femmes enceintes britanniques leurs habitudes alimentaires avant la conception et au tout début de la grossesse. Les 740 femmes vivaient là leur première grossesse, elles ignoraient le sexe de leur enfant. L'étude a divisé ces femmes en 3 groupes, selon leurs consommations caloriques quotidiennes à la période de la conception.

Les chercheurs ont trouvé que 56% des femmes appartenant au groupe qui présentait la plus grande consommation calorique ont donné naissance à des garçons. Pendant ce temps là, 45% des femmes dans le groupe qui présentait la consommation calorique la plus basse avaient un bébé de sexe masculin.

Les chercheurs ont aussi souligné une forte corrélation entre la consommation régulière de céréales au petit-déjeuner (au moins un bol par jour) et la naissance d'un garçon. Ils pointent aussi un rapport avec une absorption de micronutriments (potassium, calcium, vitamines C, E et B12) plus élevée et plus variée chez les femmes ayant fait naître un enfant de sexe masculin.

Les scientifiques ont également trouvé que la consommation régulière d'aliments pauvres en calories favorise la naissance de filles.

Ces quarante dernières années, les pays industrialisés ont constaté une petite mais stable diminution de la proportion de naissances masculines (perte d'environ une naissance de bébé du sexe masculin pour 1 000 naissances chaque année). Cet affaiblissement a été jugé en tant que signal d'alarme, conjecturalement imputable à une exposition supérieure aux substances chimiques toxiques.

Toutefois, les modifications d'habitudes alimentaires entreprises par de nombreuses jeunes femmes dans les pays développés, marquées par une baisse de la consommation énergétique (calories), pourraient également expliquer le phénomène, estiment les chercheurs.

Le petit-déjeuner tend aussi à être sauté dans les pays développés. Aux Etats-Unis, la proportion d'adultes mangeant un petit-déjeuner a diminué de 86% en 1965 à 75% en 1991, notent-ils. Les chercheurs émettent l'hypothèse que sauter le petit-déjeuner prolonge la période normale de jeûne nocturne, abaissant les niveaux de glucose. Or le glucose, selon diverses anciennes études, aiderait la naissance d'enfants de sexe masculin.

Evidemment, le sexe d'un nourrisson est déterminé par le père (d'un point de vue scientifique). Toutefois, un taux élevé de glucose dans l'organisme maternel favorise la croissance et le développement des embryons mâles tout en inhibant les embryons femelles. En termes évolutionnistes, cette concordance peut en fait avoir un sens.

Les chercheurs ont remarqué qu'aucun caractéristique socio-démographique ou anthropométrique était un indice significatif du sexe du foetus. Le statut tabagique ou la consommation de caféine avant ou pendant la grossesse n'avaient pas non plus d'influence. Découvrez aussi la raison pour laquelle les personnes qui fument grossissent quand elles ne fument plus.


Que pensez-vous de cette étude ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
yakouta  |  15 septembre 2009, 10:15
un menu jour au jour pour avoir un garçon
Benny  |  27 mai 2008, 23:09
Cela est bon pour ceux qui veulent absolument avoir un garçon ou une fille. On peut en avoir un sans trop dépendre de la chance maintenant, c'est vraiment cool.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :