Les ronfleurs brûlent plus de calories au cours de la journée

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 30/12/2008

Mais l'étude montre que cela ne compense pas pour autant le surplus de poids qui accompagne souvent les ronfleurs.

Une nouvelle étude a montré que les personnes qui ronflent brûlent plus de calories quand ils sont au repos pendant la journée que les gens qui dorment tranquillement dans la nuit.

Cependant, la dépense calorique ne semble pas être suffisante pour équilibrer le surplus de poids qui accompagne souvent la condition, également connue sous le nom de l'apnée du sommeil.

"Il y a beaucoup d'autres facteurs qui conduisent à une nette augmentation du poids corporel", a déclaré le docteur Michael Thorpy, directeur du Centre de veille à Montefiore Medical Center à New York. "Il ne suffit pas de compenser le gain de poids par d'autres sources."

L'étude, publiée dans le numéro de décembre de la revue "Archives of Otolaryngology Head & Neck Surgery", peut donner un aperçu de la base biologique qui sous-tendent ces troubles.

"Nous voulons savoir comment traiter les gens de cette maladie. Maigrir fait diminuer de manière spectaculaire l'apnée obstructive du sommeil chez ceux qui sont en surpoids. Mais le succès des interventions sur le comportement et de la chirurgie bariatrique a été peu nombreux", a déclaré l'auteur de l'étude le docteur Eric J. Kezirian , directeur de la division de chirurgie du sommeil à l'Université de Californie (San Francisco). "Cette étude a examiné l'un des principaux moyens dont l'apnée obstructive du sommeil dispose pour affecter le poids corporel. Il y a beaucoup de choses que nous ne comprenons pas sur la relation entre l'apnée obstructive du sommeil et le poids corporel, et celle-ci en est une."

L'obésité et l'apnée du sommeil sont étroitement liées.

"Les gens souffrant d'apnée du sommeil ont plus de chance d'être obèses, et les patients obèses ont plus de chance d'avoir l'apnée du sommeil", a déclaré M. Jordan Josephson, un spécialiste des sinus à Lenox Hill Hospital, à New York et auteur de "Apaisement du nez maintenant".

Mais on ne sait pas qui est la poule et qui est l'oeuf, Kezirian dit.

Cette étude transversale, menée par Kezirian et le docteur Nelson B. Powell, de l'Université de Stanford, a mesuré la dépense énergétique au repos pendant la journée de 212 adultes avec et sans troubles respiratoires du sommeil. En moyenne, l'indice de masse corporelle (IMC) a été de 28,3 (à la limite haute de la surcharge pondérale).

Les chercheurs ont mesuré la gravité des troubles du sommeil avec l'index apnées-hypopnea, qui enregistre le nombre de fois par heure une personne ne respire pas pendant au moins 10 secondes (apnées) ou a suffisamment de réduction de circulation d'air qui se traduit par une baisse dans les niveaux d'oxygène ou par un réveil alors que la personne était en sommeil (hypopnea).

Chaque augmentation de 10 points dans l'indice d'apnée-hypopnea correspondait à une augmentation de 27 calories en dépense énergétique quotidiennement (au repos). "Ce n'est pas beaucoup, mais cela peut compter" Kezirian dit.

Les résultats étaient inattendus, a déclaré le Dr David Rapoport, directeur du programme de sommeil au centre médical de New York University Langone. "Ce qu'ils sont en train de dire, c'est que ces gens ont un taux métabolique plus élevé qui ne sont pas comptabilisés par leur excès de poids", dit-il. "Les gens peuvent dormir moins et brûler plus de calories ou ont du mal à respirer et brûlent plus de calories."

Kezirian explique que les réveils répétés au cours de la nuit agissent comme une poussée d'adrénaline, augmentant le taux métabolique des patients même normaux. "La combinaison de la privation de sommeil et les poussées d'adrénaline pourrait contribuer à l'augmentation du taux métabolique au cours de la journée", a-t-il spéculé.

"Nous devons faire plus d'études pour confirmer cela et savoir exactement ce qui se passe", dit Josephson. «Mais l'étude actuelle est importante. Elle montre que les gens commencent à prendre cela plus au sérieux, et il y a une bonne raison de le faire. L'apnée du sommeil est la cause numéro un d'une crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral chez les patients qui ont subi soit l'un soit l'autre pendant le sommeil. Nous savons aussi que le ronflement est le numéro un des causes de divorce pour raison médicale."

Une deuxième étude a constaté que la fièvre des foins et autres réactions allergiques ne semblent pas être liés au ronflement ou à la somnolence pendant la journée, à moins que les voies nasales soient obstruées.

Les personnes ayant une obstruction nasale devraient rechercher sur un traitement afin d'améliorer la qualité de leur sommeil et leur quotidien pour le reste de leur vie, les auteurs ont conseillé.


Que pensez-vous de cette actualité ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Marine  |  29 janvier 2009, 09:48
Ma mère, mes deux soeurs, mon oncle et ma tante sont en surpoids et ils ronflent tous impossible de dormir même dans la chambre à côté de celle où ils se trouvent !
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :