Les publicités TV contribueraient à l'obésité infantile

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 22/11/2008

C'est ce qu'ont estimé les économistes dans une nouvelle étude.

Interdire les publicités pour les fast foods des programmes télévisés pour enfants pourrait réduire le nombre d'enfants en surpoids aux Etats-Unis de 18% et faire baisser le nombre d'adolescents en surpoids et 14%.

Les chercheurs ont utilisé plusieurs modèles statistiques pour lier les taux d'obésité à la quantité de temps passée à regarder les publicités pour fast foods, trouvant que plus les enfants regardent les pubs de fast foods à la télévision, plus ils augmentent le risque d'obésité. L'étude paraît dans l'édition de novembre du magazine "Journal of Law and Economics".

"Il n'y a pas beaucoup de preuves que les enfants en surpoids regardent davantage la télévision que d'autres enfants", dit Michael Grossman, professeur d'économie à l'Université de New York. "Nous sommes en train de discuter si voir plus de messages commerciaux mène les gens à grossir". Les co-auteurs de l'étude sont deux économistes, Shin-Yi Chou et Inas Rashad.

Mais les chercheurs estiment pouvoir faire confiance aux données anciennes recueillies vers la fin des années 1990. Depuis lors, 2 des plus grosses chaînes de fast food (Burger King et McDonald's) ainsi que plus d'une douzaine d'autres fabricants de nourritures industrielles ont signé une charte de bonne conduite dans la publicité télévisée pour nourriture et boissons à destination des enfants. Cette charte de bonne conduite visait à obliger ces fast foods à faire de la publicité pour leurs produits les plus sains seulement aux enfants de moins de 12 ans.

En résultat, Burger King et McDonald's passent des publicités pour les repas d'enfants qui incluent les morceaux de pomme et du lait allégé en matières grasses. "Je ne peux m'empêcher de penser que ces 2 chaînes énormes font de la publicité pour les pommes et du lait puissent affecter les préférences des enfants", déclare Mme Elaine Kolish (représentante du "Conseil des Bureaux pour une Meilleure Economie").

Kelly Brownell, directeur du centre de politique alimentaire de l'université de Yale, dit que les estimations fiables de l'impact de la TV sur l'obésité infantile sont difficiles à calculer à cause de nombreuses suppositions que les statisticiens doivent faire. "Cela étant dit, le marketing pour l'alimentation est dangereux pour nos enfants, et on a démontré que tout ce marketing a un impact négatif sur les enfants", ajoute-t-il.

Seulement 3 pays, la Suède, la Norvège et la Finlande, ont interdit les partenariats/publicités des programmes pour enfants, et les auteurs de l'étude reconnaissent que les chances de voir une telle interdiction s'appliquer aux Etats-Unis ou dans les autres pays d'Europe sont minces.

Mais comme les publicités constituent une dépense économique déductible d'impôt, les chercheurs ont aussi analysé l'impact potentiel d'une éventuelle élimination des déductions d'impôts fédéraux pour les publicités pour fast foods à destination des enfants. Une telle interdiction pourrait faire baisser l'obésité infantile de 5 à 7%, selon l'analyse de l'étude.


Que pensez-vous de cette étude ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :