Des enfants obèses à cause d'une alimentation riche en graisse pendant la grossesse ?

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 16/11/2008

Certes la supposition provient d'une étude sur les rats, mais elle peut s'appliquer sur les humains selon les chercheurs.

Manger gras pendant la grossesse peut provoquer des changements permanents dans le cerveau du foétus, les faisant trop manger et atteindre l'obésité tôt dans la vie, d'après une étude réalisée sur des rats.

Les chercheurs de l'Université Rockefeller à New York disent que leur trouvaille constituent une importante avancée dans la compréhension du mécanisme de programmation du foétus. L'étude met la lumière également sur la production des nouvelles cellules du cerveau, qui aide à expliquer l'augmentation spectaculaire de l'obésité infantile aux Etats-Unis durant les 30 dernières années.

"Nous avons montré que l'exposition à court-terme à une alimentation riche en graisse dans le ventre de la mère produit des neurones permanents dans le cerveau du foétus qui plus tard augmentent l'appétit pour la graisse", déclare Sarah Leibowitz, directrice du laboratoire de neurobiologie comportementale à l'Université Rockefeller. "Cette étude fournit la première preuve pour un programme foétal qui lie les hauts niveaux de graisse circulant dans le sang de la mère pendant la grossesse au fait qu'une progéniture mange trop et grossit anormalement après la naissance".

Pour l'étude, des rates enceintes ont été nourries soit par une alimentation riche en graisse soit une alimentation équilibrée pendant 2 semaines. Les bébés rats nés de mères qui ont mangé trop gras mangeaient plus après la naissance. pesaient davantage pendant toute leur vie, et commencaient leur puberté plus tôt que les bébés qui sont nés de mères ayant mangé équilibré. Les enfants rats nés de mères ayant mangé gras avaient également des niveaux de triglycérides plus élevés dans le sang à la naissance et à l'âge adulte.

La création de neurones qui augmentent l'appétit pour la graisse peut également survenir chez les bébés humains nés de mères ayant mangé trop gras pendant la grossesse, dit la directrice Sarah Leibowitz.

"Nous sommes en train de programmer nos enfants pour être gros", pense-t-elle. "Je pense qu'il est clair qu'il y a une vulnérabilité dans le cerveau qui se développe, et nous avons identifié l'emplacement de cette action où les nouvelles neurones sont nées. Nous avons maintenant besoin de comprendre comment les graisses affectent ces cellules précurtrices qui forment ces neurones sensibles à la graisse et qui vivent avec nous toute notre vie".


Que pensez-vous de cette actualité ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
sab  |  01 avril 2011, 09:25
j'ai pu vérifier au cours de mes deux premières grossesses que mon alimentation avait eu une influence sur mes deux enfants la première sans surveillance sur l'alimentation fait que mon premier enfant a des réserves graisseusses plus importantes plus de cellulite mauvaise régulation de l'appétit.

La deuxième grossesse avec la même prise de poids mais une surveillance plus rigoureuse et un poids inférieure m'a donné un enfant très mince qui s'autorégule attiré par le sucré mais avec un petit appétit et une croissance moins rapide. Un poids de départ inférieur avec une semaine de terme en plus 2kg800 pour 3kg600.

D'un point de vue génétique la première me ressemble développemnt rapide puberté tôt la deuxième du côté du papa développement plus lent et plus mince
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :