Gestion du stress : une technique anti-obésité ?

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 26/04/2017

Savoir gérer les situations tendues et se détendre aide-t-il à combattre les kilos en trop ? Le coach Benjamin Hennequin se penche sur la question.

Avant de commencer, j'aimerai remercier Justine Guillet-Aoustin pour son professionnalisme. Je l'ai rencontré lors d'un séminaire entre entrepreneurs et elle avait soif d'apprendre. Comme vous allez le constater dans cet article, elle aime réaliser les choses à fond. Du coup elle a géré toute la partie gestion du stress de cet article.

La prise en charge des tensions psychologiques est souvent mise en rapport avec le poids. Sans vraiment y croire, nous n'y faisons pas attention. Nous allons donc vous expliquer cela pour vous permettre de contrôler cette affliction pour renforcer votre perte de poids et surtout, obtenir une bonne santé !

En effet, les articles sur le stress sur le site RegimesMaigrir.com vous expliquent déjà certaines choses, notamment que ce trouble doit être géré sinon il peut y avoir de nombreuses conséquences négatives pour l'organisme et pour la santé en général. Nous parlons notamment ici de troubles compulsifs. Il y a aussi un article qui explique les erreurs que l'on fait (il y a entre autres cette phrase importante : "Ne faites pas de l'alimentation votre prise de courant sociale").

Voyons tout d'abord un cas concret grâce aux ouvrages de Donati et Fradin (bibliographie en fin d'article).


> Exemple d'une personne stressée et sa solution pour s'en sortir petit à petit

Jeune employée à la direction financière d'une entreprise, Hélène aime beaucoup son travail. Elle possède un rôle important, elle est amenée à prendre de lourdes décisions qui jouent sur l'avenir de l'entreprise. Son emploi du temps est chargé, les journées de travail sont pesantes. Sans compter que cet univers est très masculin, et qu'il faut s'affirmer et travailler dur.

Hélène est maman d'un petit garçon de deux ans et plutôt satisfaite de sa vie, mais a des kilos en trop. Or, elle a le sentiment de ramener de son travail trop de stress et de tension, et que cela a un impact nerveux sur son fils. Elle aimerait rentrer le soir plus calme, moins stressée. Pour cela, elle a essayé le yoga qui ne l'a pas satisfaite. Elle ne se considère pas faite pour la relaxation, elle préférerait trouver une activité physique qui lui permettrait d'évacuer toute la pression de son travail et de perdre un peu de poids.

Elle prend peu à peu conscience qu'elle ne dépense pas d'énergie corporelle, mais au contraire, en accumule. Elle stresse énormément, néanmoins passionnée par son travail, elle ne souhaite pas en diminuer l'intensité. Sa gestion n'est pas saine : elle se prive de bien-être en accumulant cette énergie générée par le corps en état de stress, et cela menace sa santé, mentale comme physique. Il lui faut un moyen de brûler ces énergies en se dépensant physiquement.

Or, ses horaires sont surchargés, son agenda rempli, elle croule sous les responsabilités. Intégrer une activité physique au planning serait la charger davantage, et donc, augmenter encore plus son stress, créant l'effet inverse. Après s'être plusieurs fois rendue en salle de sport, Hélène a dû se rendre à l'évidence : il est inenvisageable pour elle d'intégrer des entraînements sportifs à son agenda. C'est à ce moment-là qu'une idée lui est venue. Elle prend le métro matin et soir pour se rendre au travail. Si elle descend au moins une station plus tôt, un bon kilomètre la sépare de son appartement.

Alors, Hélène prit l'habitude, en rentrant le soir, de descendre une ou deux stations plus tôt. Elle trouva un plaisir particulier à effectuer cette petite marche, respirer tranquillement, prendre l'air, naviguer parmi la foule, regarder les vitrines. Ainsi, une vingtaine de minutes par jour, elle se change les idées, fait une pause dans son quotidien chargé et arrive chez elle décontractée, apaisée.

Dès lors, Hélène a trouvé une solution anti-stress qui lui permet de transformer une corvée de tous les jours un moment plaisant vis à vis d'elle-même, en plus de l'aider à mincir. Elle dépense cette énergie accumulée au travail, pense à autre chose, se sent libre. C'est un petit moment de tranquillité pour elle, entre son activité professionnelle et son "travail" de mère de famille. De plus, cela ne lui coûte absolument rien. Relevons aussi un point important qui est le lien entre la tension et le besoin de l'évacuer. Hélène n'a "pas le temps" d'aller en salle de sport. En revanche, elle trouve par un moyen détourné le temps de faire de l'exercice physique (en marchant) et d'évacuer ce stress tout en s'affinant.

Il existe donc mille et une façons de rendre sa vie plus apaisante. Souvent, les tensions qui s'accumulent dans nos vies font pression sur nous, et cela peut avoir des conséquences sur notre santé.

Une business woman est très tendue assise devant son bureau


> Le stress expliqué brièvement

Mystérieux signal interne, le stress est déclenché par le cortex préfrontal. Il met en jeu de nombreux facteurs physiologiques : le rythme cardiaque, la circulation du sang, la respiration, l'acuité visuelle, la sensibilité auditive...

Énormément de changements corporels se produisent en situation de stress. Deux réponses physiologiques peuvent se produire : une réponse rapide qui permet la production d'adrénaline, ou, en cas de tensions excessives, une réponse lente, produisant du cortisol. Il nous prévient d'un danger qui nous menace... Et le plus souvent, ce danger ne se trouve nulle part ailleurs qu'en nous-mêmes !

Le stress joue un rôle important dans toutes nos souffrances émotionnelles et physiques. Cette alerte se divise en trois phases :
  • Tout d'abord la phase d'éveil qui donne l'élan corporel : une réaction soudaine, intense, courte. Nous avons détecté un potentiel danger et cette phase nous signale que nous devons nous défendre ou fuir. Les réactions sont multiples : inquiétude, trac, colère...
  • Ensuite vient la phase d'adaptation, lorsque nous avons analysé le danger et qu'il semble persister. On relativise ce danger, on s'y accommode, on tente de focaliser notre attention sur autre chose.
  • Et puis vient la troisième phase, qui présente deux possibilités. Soit nous avons surmonté la situation et trouvé une bonne solution au problème, ce qui est le cas le plus favorable. Soit, malheureusement, le stress perdure lourdement, et la phase se nomme alors la phase d'épuisement. Notre organisme a dépensé toute son énergie et de multiples conséquences négatives apparaissent.


Voici tout d'abord des vidéos vous proposant des exercices pour mieux respirer car être trop tendu, comme expliqué plus haut, peut vous empêcher de bien respirer voire même entraîner des crises d'asthme (ce fut le cas de BHC, alias le coach Benjamin Hennequin co-auteur de cet article, justement avant qu'il commence à se préoccuper de la gestion du stress) :







> Questionnaire pour savoir comment votre corps réagit en situation de stress

La plupart du temps, les "dangers" qui nous rendent tendus, appelés "stresseurs", sont des situations qui demandent à notre appareil psychique un effort et un travail d'adaptation. Ils peuvent correspondre à des situations pénibles, des conséquences traumatiques d'événements graves, des tracas de la vie quotidienne... ou même des situations heureuses, comme un mariage ou la naissance d'un enfant.

Pour connaître vos propres réactions physiologiques face aux tensions et ainsi, augmenter votre faculté à y faire face (et trouver d'autres solutions que de vous contenter de manger vos émotions afin de vous détendre), vous pouvez effectuer le questionnaire suivant.

Répondez à chacune des questions par OUI, NON ou PAS ASSEZ. Notez vos réponses quelque part pour pouvoir faire le compte à la fin et obtenir vos résultats.

1) Estimez-vous que vous sachiez facilement repérer l'état de détente, de tension ou de crispation de vos mâchoires ?

2) Avez-vous l'habitude de repérer l'état de tension ou de détente de vos épaules et de votre nuque ?

3) Pensez-vous être attentif au fonctionnement habituel de votre système digestif ? (estomac, intestin, foie) ?

4) Êtes-vous souvent conscient de l'amplitude de votre rythme respiratoire ?

5) Êtes-vous facilement conscient de l'amplitude de votre respiration ?

6) Êtes-vous sensible à la qualité et à la quantité de votre sommeil ?

7) Prenez-vous régulièrement le temps de vous occuper du bon état de votre corps ?

8) Avez-vous facilement conscience de votre tonus corporel et de ses variations ?

9) Avez-vous facilement conscience des variations dans vos habitudes alimentaires, augmentation ou diminution de l'appétit, appétence avec le sucré, fringales soudaines... ?

10) Vous est-il facile de repérer et de déchiffrer les multiples signaux d'alerte que votre corps vous transmet ?


RÉSULTATS :

Vous avez une majorité de NON :
Vous semblez éprouver des difficultés à détecter et à déchiffrer les messages envoyés par votre corps. Pour combattre les excès de stress, vous devriez ne pas vous priver de ces informations : elles sont extrêmement utiles. Vous avez sans doute déjà réfléchi aux raisons pour lesquelles vous n'accordez pas une importance suffisante à vos sensations corporelles.

Peut-être est-ce dû à votre histoire personnelle, peut-être que vous vous sentez en bonne santé et n'y prêtez donc pas attention, peut-être n'avez-vous pas appris à l'écouter, ou encore, peut-être que pour vous, l'esprit est le plus important. Peu importe pourquoi, il est important d'apprendre à donner de la valeur à vos messages corporels, à écouter ces signaux, et ainsi, vous parviendrez à prendre du recul vis-à-vis de votre stress, à en comprendre le fonctionnement et à agir efficacement.

Vous avez une majorité de PAS ASSEZ :
Votre conscience corporelle semble plutôt bien éveillée, vous possédez de bonnes capacités à diagnostiquer vos tensions. Vous parvenez à écouter votre corps, mais vous regrettez de ne pas leur accorder assez de place. Les quelques exercices à suivre peuvent vous permettre d'encore mieux percevoir les signaux et de faire face calmement aux situations stressantes.

Vous avez une majorité de OUI :
Vous avez une bonne conscience corporelle. Certes, vous n'avez pas la capacité (personne ne l'a) de ne jamais ressentir de stress et de ne jamais en subir les méfaits, mais vous savez le gérer et y faire face. Vous êtes sensible à vos signaux corporels, ainsi, vous êtes vite informé de votre niveau de stress et vous pouvez faire preuve d'une bonne gestion, analyser la situation sans panique et garder une attitude sereine. Il ne sera sans doute aucunement difficile pour vous d'effectuer les exercices à suivre.

Une femme qui souffre d'obésité a l'air stressée et pose une main sur sa tête


> Exercices pour traiter ce trouble

Grâce aux ouvrages présentés en bibliographie, nous vous proposons quelques exercices qui permettent de mieux faire face au stress.

1) "Libérez vos épaules"
C'est un exercice que vous pouvez pratiquer n'importe où et qui prend à peine quelques minutes. A chaque fois que vous sentez que vos épaules sont nouées, crispées, cela est un signe d'un excès de stress.

Dans un premier temps, asseyez-vous confortablement et portez votre attention sur vos points d'appui. Ressentez le contact de vos pieds avec le sol, de vos cuisses sur le siège, laissez-vous aller de tout votre poids. Calez votre dos contre le dossier. Relâchez vos bras de chaque côté du siège. Respirez tranquillement.

Ensuite, montez très doucement votre épaule droite vers l'oreille droite et laissez-le redescendre tout doucement. Soyez attentif aux modifications que vous percevez. Renouvelez ce geste cinq ou six fois. Puis, doucement, dessinez des cercles avec votre épaule droite. Décrivez cinq cercles vers l'avant puis cinq cercles vers l'arrière, en veillant à ce que ces gestes soient fluides.

Comparez un instant la différence entre votre épaule droite détendue et la crispation de votre épaule gauche. Puis effectuez les mêmes gestes avec votre épaule gauche.

Cet exercice vous permet de relaxer vos épaules, en prenant conscience de votre corps et vous accordant un moment de confort corporel. Cela augmente vos capacités à faire face au stress.

2) "Tour du propriétaire"
Cet exercice se réalise sur le moment, "à chaud", avant de prendre la parole en public, lors d'un entretien, ou simplement à chaque fois que vous vous asseyez.

Tout d'abord, prenez conscience de l'appui de vos pieds sur le sol. Ancrez-vous dans le sol. Prêtez attention à l'appui de vos cuisses et de vos fesses contre le siège. Laissez-vous allez de tout votre poids. Appuyez bien votre dos contre le dossier. Posez vos mains sur la table ou sur vos genoux en les laissant peser de tout leur poids. Positionnez bien votre tête. Desserrez les mâchoires, laissez l'air circuler entre vos lèvres. Prenez une grande et lente respiration.

Ainsi, en quelques secondes et en pleine situation, vous prenez le contrôle de votre système sympathique et améliorez votre confiance en vous.

Des hommes et femmes font du Pilates pour se détendre


> Quel contrôle corporel face à un stress ?

Face aux tensions, trois niveaux d'actions sont possibles.

Premièrement, la pratique d'exercices respiratoires est utilisable dans n'importe quelle situation, et personne ne peut vous empêcher de respirer comme vous le voulez. Vous pouvez pratiquer la conscience globale de la respiration, l'apaisement du système respiratoire, l'allongement de la durée de l'expiration, la pratique d'une respiration abdominale, l'accentuation du relâchement du corps au cours de l'expiration... Il est vrai que, pour utiliser le pouvoir apaisant de la respiration, il s'avère plus efficace de s'être entraîné au préalable. La respiration, malgré ses nombreux avantages, ne fait pas disparaître d'un seul coup les difficultés d'une situation.

Deuxièmement, des mini-relaxations invisibles procurent un apaisement immédiat des tensions, un agréable sentiment de maîtrise de soi, et permettent de prendre du recul sur la situation stressante. Il s'agit de bien ancrer son corps dans le sol, élargir les points d'appui, détendre les épaules, la nuque ou les mâchoires... Ces exercices nécessitent aussi de l'entraînement régulier, et une bonne conscience corporelle. Ils ont également peu d'effet sur la situation stressante.

Troisièmement, une augmentation totale de la maîtrise corporelle permet de se sentir plus en confiance, plus détendu. Il peut s'agir de l'apprentissage d'une discipline sportive ou artistique, de la pratique de yoga, de techniques respiratoires... Évidemment, cette technique nécessite de l'expérience avant d'en ressentir les bienfaits néanmoins dans, certaines situations, elle ne se révèle pas forcément utile.

Il existe beaucoup de façons de rendre sa vie meilleure, sans excès de stress. Le tout consiste à apprivoiser une bonne gestion dans toutes les situations. Sachez que personne ne contrôle entièrement les situations tendues. Et surtout, le niveau de stress augmente en parallèle de votre contrôle de celui-ci. Par exemple, il y a des années, BHC était incapable de lever le doigt pour poser une question en classe. Les tensions étaient ingérables. Maintenant, il réalise des vidéos Youtube. Demain, il interviendra sous forme de conférences peut être. Le niveau de stress est différent ? Pour BHC, non pas du tout ! Pour vous, vous voyez bien la différence !

Vous comprenez ? Le rapport au stress évoluera mais ne s'atténuera pas définitivement. En revanche, pour reprendre l'exemple de BHC, le plus dur ne sera pas de faire une conférence : le plus dur était de lever le doigt et de parler il y a des années ! Bref, n'oubliez pas que vous pouvez contrôler le stress ou le subir mais aussi osciller entre les deux !

Qu'en pensez-vous !?!


> Auteurs

Justine Guillet-Aoustin a 19 ans et est en troisième année de licence de psychologie. Vous pouvez la contacter ici : jujustine.guillet@hotmail.fr

BHC est le créateur de ce site et de ce forum.

Il vous transmet sur Youtube de nombreux conseils gratuits.

Vous voulez perdre du poids ? Il a même prévu une série gratuite pour vous apprendre de A à Z comment perdre du poids et suivre une alimentation équilibrée ICI. Vous pouvez consulter d'autres articles du coach Benjamin Hennequin sur sa page de présentation.



> Références

Donati, C. (2002), Le stress intelligent. Paris : Demos.
Fradin, J. et al. (2008), L'intelligence du stress. Paris : Groupe Eyrolles.


Pensez-vous qu'une bonne gestion du stress puisse constituer une technique pour lutter contre l'obésité ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

Recevez gratuitement notre newsletter :