Manipulation d'une chaîne TV sur un problème à 7000 victimes par jour

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 16/04/2017

Voici une manipulation qui montre que l'indépendance journalistique française s'efface devant la loi des lobby de l'industrie minceur.

Bonjour, je m'appelle Sophie Reverdi. Je suis coach comportemental, experte en surpoids et obésité, auteure du livre "Carnet de Route pour apprendre à maigrir et à devenir son propre coach" disponible sur Amazon, conférencière professionnelle, créatrice du programme Smart and Light.

Dans cet article, je vous raconte comment et pourquoi une chaîne du service public francais a décidé de me contacter afin d'obtenir mon témoignage de pionnière francaise de la chirurgie bariatrique, insisté et promis malgré mes doutes qu'il s'agit d'une investigation objective, mais choisi finalement de ne pas diffuser mes propos. En le faisant, cette chaîne ment et manipule ses téléspectateurs, tout ceci est grave !

Avant de commencer, j'aimerais préciser une chose. Je n'ai souhaité prendre aucun risque de poursuites pour diffamation, alors j'ai remplacé les noms des différents acteurs de mon propos par des lettres majuscules ou par l'intitulé de leur profession, puisque il est plus risqué de dire la vérité en France que de mentir à des millions de téléspectateurs sur un sujet de santé publique tel l'obésité.


> La prise de contact

Novembre 2016, une journaliste d'une chaîne du service public me contacte pour me demander de témoigner de mon expérience de "gastroplastiée". La journaliste réalise un documentaire pour l'émission d'un médecin journaliste sur l'un des thèmes de prédilection des chaînes de télé françaises : la chirurgie bariatrique. Ce type de chirurgie, qui regroupe la gastroplastie, le ballon gastrique ou encore le bypass gastrique, a pour objectif de restreindre l'absorption des aliments en modifiant l'anatomie du système digestif.

Je me braque immédiatement et lui balance directement mon point de vue sur la question: "Si c'est un énième docu pour vanter les mérites de la chirurgie bariatrique, ne comptez pas sur moi, je combats ces opérations depuis 30 ans, corps et âme."


> La demande d'interview

Ils savent que je suis la première française à avoir été opérée d'une gastroplastie verticale calibrée, il y 32 ans, à Iowa (Etats-Unis), par l'inventeur de toutes ces chirurgies de l'obèse, le Professeur Edward Mason. J'avais à l'époque 18 ans et je pesais 130 kilos.

La journaliste me répond qu'ils veulent faire une investigation réellement transparente sur la question, qu'elle veut des témoignages "pour et contre", que son objectif est d'être objective, et qu'elle est journaliste dans le sens le plus vertueux.

Je lui dis de but en blanc que je suis très surprise et lui raconte qu'il y a deux ans, sur cette même chaîne, une autre médecin journaliste de renom, a laissé dire, sur son plateau d'une émission consacrée à la même thématique en guise de conclusion et à une heure de grande antenne sur une chaîne nationale, à un nutritionniste, "qu'il n'existait aucune alternative aux chirurgies bariatriques pour les obèses..."

Je lui dis aussi que j'ai écrit à maintes reprises, révulsée et outrée, au médiateur de l'émission, pour dénoncer cette affirmation aux conséquences dramatiques. Je n'ai malheureusement jamais eu l'honneur d'une réponse. Pourtant 14,5 millions de personnes en France sont concernées, en tous cas au moins 6 millions sont obèses dont 600 000 enfants et adolescents, les autres sont des obèses en devenir.

Je lui dis que laisser croire que la seule solution existante est la chirurgie bariatrique est un mensonge, une tromperie abominable. Que c'est tromper les gens et les convaincre d'aller se faire amputer, alors que des alternatives non invalidantes existent... Que laisser des médecins tenir de tels propos, était vraiment insupportable, horriblement faux et horriblement dangereux.

Les 3 principaux types de bariatrie


> "Mais vous, vous avez maigri non ?"

La journaliste me pose alors la question sur un ton plus que dérangeant : "Mais vous, vous avez maigri non ?"

"Oui, j'ai maigri après mon opération, c'est vrai, mais à quel prix ?!? J'ai passé plus de 7 semaines en convalescence, car à l'époque, on vous ouvrait l'abdomen de haut en bas, on dégageait votre estomac après avoir écarté vos côtes, on y plaçait un anneau et des rangées d'agrafes, et puis on vous recousait. J'ai maigri de douleurs, pas grâce à l'anneau. Puis j'ai commencé à vomir tous mes repas, et 32 ans plus tard, je continue à vomir régulièrement... Mais le pire, c'est que je suis venue me placer dans les 5% de réussite totale de l'opération. C'est ça qu'ils appellent réussite totale... Bref."

C'est pour cela, qu'après avoir compris les conséquences de cet anneau, j'ai passé 15 ans à chercher une solution douce et efficace à offrir aux personnes obèses. La journaliste trouve cela incroyable, et est très impressionnée, me dit-elle au téléphone.

Je lui explique que depuis 2004, j'ai conçu en collaboration avec le Dr Albert Chocron, un programme non invasif, inoffensif, ultra efficace, basé sur une cuisine savoureuse, saine, et light, que l'on pouvait manger à volonté, avec un accompagnement comportemental chaleureux et stimulant, qui avait fait ses preuves.

Je lui ajoute qu'elle peut consulter mon site Web, voir les résultats des personnes que j'ai coachées, leurs témoignages, qu'elle peut aussi lire les nombreux témoignages de médecins qui supportent mon programme et croient en moi. Qu'elle pourra aussi voir sur mon site le témoignage du Professeur Mason, qui lui aussi croit en moi, sait et affirme que ma méthode non invasive et efficace, pourrait être la solution pour des millions d'obèses en attente de traitement.

Que 2 000 personnes ont depuis 2004 maigri grâce à mon programme, la plupart étaient des obèses morbides, ayant pu perdre 100% de leur excès de poids, sans frustration, sans chirurgies invalidantes, sans médicaments, sans compléments, sans suppléments. Que pour moi, la chirurgie bariatrique était devenue l'un des plus grand lobby de l'industrie minceur, et l'une des plus dangereuses arnaques médicales du siècle...

La journaliste trouve cela fabuleux, et me demande même de la mettre en relation avec le Dr Edward Mason avec qui j'entretiens vraiment une très belle relation.

Bref, son enthousiasme finit par me convaincre. J'accepte.

Sophie Reverdi Avant et Après sa perte de poids


> Le tournage

La journaliste veut me filmer chez moi le matin, puis dans mon centre du Trocadéro vers midi. Elle me demande aussi de trouver un client qui accepte d'être filmé à visage découvert, et qui raconte son parcours de transformation. Je finis avec difficulté par le trouver, les gens n'aiment pas s'exposer, mais ce client est tellement heureux d'avoir maigri, qu'il accepte pour me faire plaisir.

Elle veut aussi qu'un de mes coaches soit présent. Je suis entourée de 4 coaches qui complète le coaching comportemental que je fais, un coach de cuisine diététique, un coach de sport, un coach de conseil en image, et un coach d'hygiène de vie. Et ce sera mon coach de relooking qui est choisi, c'est ce qu'elle veut. Il accepte aussi, et de nombreux coups de fils, mails et textos seront nécessaires entre nous tous pour organiser la fameuse journée de tournage. Une journée de relooking entre nous, sera indispensable, aussi afin d'illustrer le propos et de pouvoir lui envoyer des photos de mon client relooke.

Le jour J, tout se déroule comme prévu. Mon client a accepté de témoigner à visage découvert. Mon coach de conseil en image, Flavien Milon, s'est organisé pour être présent. Je passe la journée avec l'équipe de tournage.

La journaliste est presque la même sur le tournage qu'au téléphone. Elle insiste à nouveau sur le fait que j'ai malgré tout maigri. Elle insiste peut-être un peu plus qu'au téléphone... Et moi, je lui réponds à nouveau, comme je l'avais fait au téléphone, que je combats fermement toutes ces opérations invalidantes et agressives, au maigre pourcentage de réussite, et que j'ai passé 15 ans à trouver des solutions inoffensives, qu'elles existent et ont fait leur preuves. Je réponds tout en restant diplomate mais fidèle à mon point de vue, qui est aussi mon combat, car l'enjeu est vraiment de taille, quand on connait le nombre de victimes par jour d'obésité dans le monde, c'est à dire 7000.

La diffusion est prévue pour le mois d'avril, elle me tiendra au courant. Je suis vraiment ravie que, finalement, des journalistes sérieux et consciencieux acceptent de diffuser mon témoignage.

Smart and Light est une méthode minceur équilibrée conçue par la coach Sophie Reverdi


> Après le reniement, la nausée

Mais non, faut pas rêver ! Nous voilà début avril 2017. La diffusion est proche.

La journaliste me rappelle, toute gênée, et me dit que mon témoignage ne sera pas gardé malheureusement car il va vraiment trop à l'encontre du thème de l'émission. Que c'est sa faute à elle, qu'elle a mal calculé son coup... Qu'elle s'est plantée, qu'elle est vraiment désolée, mais qu'elle m'apprécie beaucoup.

Je ne peux m'empêcher de dire que c'est scandaleux, que mes craintes de départ étaient bien justifiées, que je la plains de faire un boulot aussi pitoyable et aussi éloigné du vrai sens du journalisme, sur un sujet d'une telle importance. Bref, je ne suis qu'à moitié surprise, mais ultra énervée d'avoir perdu mon temps, cru à leurs mensonges pathétiques, fait perdre du temps à mon client, à mon coach, et de m'être confiée sincèrement à leurs caméras. Mais surtout, je pense à ces gens à qui l'on ment, effrontément pour servir les intérêts d'un lobby.

J'ai envie de vomir, et là, mon anneau n'y est pour rien...

Aujourd'hui, près la moitié de l'humanité est obèse. Et 7 000 personnes dans le monde meurent par jour d'obésité. Mais on laisse les "journalistes scientifiques" continuer à soutenir les lobbys de l'industrie minceur, puisque c'est un marché tellement juteux...

Les médias nous manipulent


> Les échanges de mails


1) Je ne vais pas me laisser faire, et décide d'écrire au médecin producteur de l'émission :

"Cher Docteur X,

Je me sens obligée de vous faire état d'une situation très embarrassante, triste et vraiment très très alarmante.

J'ai été sollicitée en novembre dernier, par votre collaboratrice qui me demandait de témoigner de mon expérience de "gastroplastiée", pour une de vos émissions sur ce thème.

Etant donné que j'ai été la première française, il y a 32 ans à bénéficier d'une gastroplastie verticale calibrée à Iowa (Etats-Unis), par les mains même de l'inventeur de toutes les chirurgies de l'obèse, Le Professeur Edward E. Mason, votre journaliste pensait que mon témoignage était d'un grand intérêt...

Cependant, je me suis tout de suite permise de lui dire que s'il s'agissait d'un "énième documentaire de promotion des chirurgies bariatriques", il ne fallait pas compter sur moi.

J'ai effectivement perdu 80 kilos, suites aux terribles conséquences de la pose de l'anneau, qui m'a valu, d'abord 7 semaines de convalescence, shootée H24 à la morphine à cause de douleurs insurmontables, et depuis 32 ans, de vomissements qui n'ont jamais cessé, alors qu'ils ne devaient pas survenir au-delà des 6 mois post-opératoires.

J'avais à l'époque 18 ans, et je pesais 130 kilos. Je fais partie de ce qu'ils appellent les 5% de "total success", dans leurs registres...

Dès que j'ai compris ce que serait désormais ma nouvelle vie, avec ce nouvel estomac très handicapant, je me suis mise dans une quête absolue de trouver un moyen inoffensif, non invalidant, et efficace pour aider les personnes obèses à maigrir. J'ai mis quinze ans à travailler dans différents domaines, et en 2001 j'avais réuni les ingrédients de ma méthode.

Elle était basée sur une liste d'aliments élaborée par un médecin parisien (que j'avais rencontré et qui avait tout compris à la personnalité des obèses), liste que l'on pouvait manger en quantité illimitée, sur laquelle j'avais adaptée un concept de cuisine gourmande et diététique, très facile à faire, et surtout sur un programme d' accompagnement comportemental global chaleureux, bienveillant et stimulant.

Ma première coachée en 2004 perdait 63 kilos. Je fus immédiatement sollicitée par le Ministère de la Santé Tunisien, qui connaissait à ce moment-là une vague effrayante de diabète couplée à de l'obésité (suite à la compensation des produits de première nécéssité, quand le pays 40 ans plus tôt souffrait de malnutrition) et travailla sur le terrain avec les plus grands spécialistes de l'Institut de la Nutrition à Tunis pendant dix ans.

2000 personnes en obésité morbide pour la majorité, ont perdu 100% de leur excès de poids avec ce programme, et peu d'entre elles ont repris des kilos, car si l'on a toutes les libertés, on n'a plus d'excuses à continuer.

Lorsque votre journaliste m'a appelé, je lui ai aussi dit que j'avais, suite à l'émission de Madame Z : "sur l'obésité", immédiatement écris au médiateur de l'émission, et ce, à de multiples reprises, tant j'étais choquée, qu'en guise de conclusion de l'émission, elle laisse le un médecin affirmer haut et fort, qu'il n'existe aucune alternative à la chirurgie bariatrique pour les obèses, et ce à une heure de grande écoute.

Je n'ai malheureusement jamais eu l'honneur d'une réponse de qui que ce soit. Pourtant 14, 5 millions de personnes en France sont concernées, en tous cas au moins 6 millions sont obèses dont 600 000 enfants et adolescents, les autres sont des obèses en devenir.

Monsieur X, vous êtes médecin, et vous le savez, vous le savez que cette affirmation est FAUSSE, mensongère, grave, et les conséquences d'une telle conclusion à une heure de grande antenne sont dramatiques.

Vous savez aussi que 7000 personnes par jour meurent d'obésité dans le monde. 2,55 millions de personnes par an, vous le savez.

Pourtant, après m'avoir convaincu de faire ce tournage, dans un contexte éthique, transparent d'investigation, qui nous a demandé à tous : mon client, Monsieur G (qui a accepté de se laisser filmer à visage découvert pour raconter son parcours) ; à mon coach de conseil en image Flavien Milon, qui lui aussi s'est organisé pour être là ; ainsi qu'à moi qui ai passé une journée entière avec l'équipe de tournage, vous décidez de boycotter nos témoignages... car ils ne vont pas dans le sens de l'émission m'a dit hier au téléphone votre journaliste...

Vous le savez Monsieur X, que ce boycott équivaut à desservir ces milliers de personnes en attente de traitement, des personnes qui sont en danger de mort. Parce que vous refusez de les laisser entrevoir une autre solution, un autre chemin, vous les condamnez à monter impérativement sur une table de chirurgie. Suppimer mon message revient exactement à cela... C'est un constat affligeant.

Presque la moitié de la population mondiale est en surpoids et un quart au moins, obèse, mais vous, vous préférez les laisser ignorer que ces alternatives existent ? Mais pourquoi ? Quels intérêts servez-vous ? Vous êtes médecin, vous devez, c'est votre devoir, d'autant plus si vous avez choisi de relayer vos connaissances scientifiques dans les médias, vous vous devez d'informer le public sur la vérité, et non de prendre parti pour un lobby qui n'est là que pour rentabiliser. Vous feriez alors parti d'un système, un système insupportable et monstrueux, et je ne peux me résoudre à le croire...

Ce n'est pas éthique, Monsieur, ce boycott ne pourrait que servir les intérêts de cette industrie malveillante, et condamner les gens obèses à ne pas avoir d'autres choix.

Le professeur Edward Mason a inventé la chirurgie bariatrique
Le Professeur Mason, avec qui je suis très amie depuis 32 ans, connaît mon parcours, mon travail, m'a soutenu, encouragé depuis toujours, il a écrit plusieurs lettres très belles qui sont visibles sur mon site.

Je peux vous forwarder chacune de ces lettres depuis ma messagerie, il dit haut et fort, lui l'inventeur de ces opérations, que mon programme est une alternative inoffensive, non invalidante, et efficace aux chirurgies bariatriques, et que cela pourrait sauver des millions de personnes en attente de traitement...

Ne pensez-vous pas que Monsieur Edward Mason, qui a aujourd'hui 96 ans, connaît son sujet mieux que personne ?

Mais sur mon site vous trouverez aussi des lettres, des vidéos et témoignages d'autres médecins, de vrais médecins engagés et conscients de cette très très grave maladie qui nous tue, et tue nos enfants.

Je vous prie Monsieur X, d'accepter de me rencontrer, afin que nous puissions en parler, c'est un sujet trop important, c'est le sort de beaucoup de monde sur terre qui se joue là.

Ne prenez pas le partie de cette industrie Monsieur, mais celui des humains que vous avez fait promesse de soigner, et en tant que journaliste, ou producteur d'émission de télé sur une chaîne du service public, vous vous devez de tenir un discours intègre et éthique.

Dans l'attente de vous lire, je vous envoie mes salutations et par avance ma gratitude.

Sophie Reverdi"

2) Voici la réponse du "médecin producteur" Monsieur X :

"Madame,

Merci pour votre mail.

Je ne suis pas au courant de tous les tournages effectués dans le cadre de nos émissions.

Je suis désolé si votre interview n'a pas été gardé mais sachez que nous ne "censurons" personne.

La journaliste et le rédacteur en chef ont toute liberté éditoriale. Je leur fais une confiance absolue.

Je leur transmets votre mail et leur demande de vous répondre.

Bien à vous,

Monsieur X"


3) Voici la réponse du rédacteur en chef de l'émission, Monsieur Y :

"Madame,

Suite à vos échanges avec notre journaliste et suite à votre mail de ce matin à Mr. X, je me dois de revenir vers vous pour clarifier les choses.

Tout d'abord, je vous présente toutes nos excuses pour le temps que vous nous avez consacré. Vous, votre conseiller et votre client. Nous avons bien conscience de ce que cela représente pour chacun d'entre vous et nous sommes d'autant plus navrés que cette séquence n'apparaisse pas au final dans l'émission.

Pour autant, sachez que vous vous trompez si vous pensez que votre témoignage a été censuré et que notre émission est une apologie de la chirurgie bariatrique.

Cette chirurgie ne représente qu'une petite partie de notre film. Et nous n'avons jamais dit qu'elle était la seule solution contre l'obésité! Pour preuve, nous passons la majeure partie du film à suivre une jeune fille qui réapprend à manger équilibré, à faire du sport et à changer son regard sur elle-même sans chirurgie.

Quand nous parlons de chirurgie, nous la présentons comme l'une des solutions quand tout le reste n'a pas fonctionné et qu'il y a une urgence médicale (en l'occurrence pour la personne que nous avons filmée, un risque éminent de crise cardiaque). Nous prenons aussi le soin de préciser que la chirurgie n'est pas une réponse miraculeuse et que sans changement d'habitudes alimentaires, elle est illusoire.

Concernant votre impression de "censure", je voudrais aussi revenir sur notre démarche pour, là encore, clarifier la situation.

Nous vous avons contactée parce que nous avons découvert grâce à votre site que vous aviez été la première française opérée par le Pr Mason, à qui nous voulions consacrer un sujet, en tant que pionnier de la chirurgie bariatrique. Pour une émission sur l'histoire de la médecine, quoi de plus normal !

C'était donc pour vous interviewer sur cette thématique que nous vous avons contactée.

Problème : vous aviez plus envie de parler de votre entreprise que de Mason. Or comme vous le savez, le CSA n'autorise pas un documentaire d'information à se transformer en publicité pour un particulier. Aussi louable que soit son entreprise ! Et la votre l'est, sans aucun doute.

Rassurez vous, donc, nous avons bien conscience que le surpoids est un enjeu capital (c'est même pour cela que nous lui consacrons une émission en prime time) et les millions de gens concernés seront bien informés : nous parlons bien de nutrition, de sport et d'accompagnement psychologique. Nous avons seulement décidé de le faire sans vous pour éviter le publi-reportage. Je comprends que vous le regrettiez, et je comprends que vous soyez en colère qu vu du temps passé à filmer ce reportage, mais cela ne vous autorise pas à remettre en question notre éthique et à nous accuser d'être à la solde des chirurgiens.

Notre journaliste m'a aussi parlé de votre souhait de récupérer des images de ce tournage.

Ce pourrait être en effet une façon de vous remercier du temps consacré et de vous dédommager. Je vais me renseigner auprès du producteur pour voir ce qu'il est possible d'envisager et revenir vers vous.

Bien cordialement,

Monsieur Y, rédacteur en chef"


Voici une vidéo qui vous détaille les principales stratégies de manipulation utilisées par les médias :


4) Je réponds à tout le monde sur le mail ci-dessous, mais ce dernier mail, restera sans réponse, bien évidemment :

"Bonjour à tous,

Je vous remercies pour vos mails respectifs, cependant, je n'y trouve pas de vraies réponses, et je me dois IMPÉRATIVEMENT et URGEMMENT de revenir sur certains points.

Le premier, est que dans aucun de vos mails que j'ai reçus hier en retour à celui que j'avais envoyé au Dr X et qui lui était adressé personnellement, ni le Dr X, ni vous Monsieur Y, ni la journaliste, ne me répondez sur les propos tenus dans l'émission de 2015 dont je fais état dans mon mail, ni sur les propos qui ont servis de conclusion à l'émission (à savoir : "Il n'existe pas d'alternatives à la chirurgie bariatrique pour les obèses").

Des propos tenus par un médecin nutritionniste, en conclusion d'un débat, où pourtant assez honnêtement le chirurgien bariatrique invité sur le plateau, explique qu'en général, LA CHIRURGIE, c'est l'affaire d'une vie entière, qu'on va d'une opération à l'autre quand elles ont échouées, et ce sur un cycle de vie, d'environ une vingtaine d'années... Hallucinant tout de même... De plus, c'est le nutritionniste qui conclue, et non le chirurgien... Très étonnant... et tout cela à une heure de grande antenne en prime time.

Depuis l'envoi de mon mail d'hier au Dr X, je m'aperçois que l'émission en question est aussi une émission du Dr X, pensant au moment où j'ai écrit au départ, que seule la médecin journaliste que je mentionne en était productrice.

Pas un mot d'aucun de vous, pour me répondre sur ce point.

Le Dr X, je peux le comprendre n'a pas le temps de me répondre, et vous demande Monsieur Y de répondre en son nom, soit, il m'en fait d'ailleurs part, dans un mail aimable et très court, dans lequel il se décharge totalement de tout ce qui était mon propos. Bref,
si c'est donc vous Monsieur Y, rédacteur en chef de l'émission, et mandaté par le Dr X pour me répondre, je voudrais vous demander de bien vouloir me répondre sur ces points précis.

Pourquoi la médiatrice de l'émission du Dr X, ne m'a-t-elle pas répondu ?

Pourquoi et comment peut on laisser dire sur le service public un tel mensonge, qui à une heure de grande antenne, peut avoir de lourdes conséquences sur le comportement des spectateurs qui sont concernés, et ils sont nombreux.

Merci de m'éclairer sur ces points.

Quant à ce que vous me répondez par ailleurs Monsieur Y, je vais commencer par vous dire, qu'à aucun moment je n'ai souhaité parler de ma société.

Ceci est faux ! Purement et simplement faux, votre journaliste, voulait absolument filmer mon agence, filmer un de mes clients, que j'ai eu le plus grand mal à trouver car aucun d'entre eux, ne souhaitait être filmé à visage découvert sur un tel sujet. De plus, elle a insisté pour que mon coach de relooking soit aussi là, car elle avait déjà filmé suffisamment de séquences de nutrition et de cuisine et voulait donc du relooking.

Si le relooking fait partie de mon offre globale, il n'est certainement pas l'aspect que je mets en avant quand j'explique le fondement de mon programme, basé sur une cuisine gourmande et diététique à volonté, et sur un coaching comportemental essentiel au succès du programme, mais elle n'y tenait pas du tout.

J'ai donc accepté que mon coach en image intervienne en place du chef et ai dû convaincre mon client, qui venait de perdre 15 kilos de jouer le jeu du relooking qu'il ne souhaitait pas forcément intégrer à son programme. Mais nous avons fait cela pour satisfaire les désideratas de votre journaliste, ce qui me permettait bien évidemment de faire passer mon message. Elle tenait ausssi à me filmer dans ma salle de sport, le soir, même si je n'y voyais aucun intérêt.

Sachez que je me serais tout à fait contentée de vous parler du Pr. Mason, que j'aime beaucoup et que j'admire et respecte parce que c'est un grand monsieur intègre et absolument remarquable, je pouvais me contenter largement de cela, j'avais assez de choses à dire déjà.

Vous me parlez de publi-reportage et de CSA, mais votre journaliste elle, voulait en faire un, donc soit elle n'est pas au courant de ce qui se fait ou ne se fait pas à la télé, soit on s'est moqué de moi.

Je tiens à dire, que j'ai également dû, après le tournage, faire une journée entière de relooking avec mon client et mon coach, afin de le relooker, j'ai pris en charge la journée de relooking de mon coach et les vêtêments du client, afin d'envoyer à votre journaliste les photos du client relooké, pour que tout cela ait du sens, et pouvoir lui faire parvenir ces photos d'un travail abouti, puisque en général c'est ainsi que je travaille.

Mais peu importe, ce n'est pas du tout le plus important, et je me fiche de ces détails, et même des sous que j'ai dû dépenser, vous pouvez diffuser, si telle était vraiment votre intention, mon témoignage du matin, sans tout le reste, mais la vérité, est que ce n'est pas cela qui bloque, la vérité, d'après votre journaliste, est que mon témoignage ne colle pas à l'émission comme elle me l'a dit au téléphone, trop éloigné du sujet.

C'est ce qu'elle m'a dit, très gênée... Je ne l'ai pas inventé.

Je m'étais pourtant dit exactement la même chose pendant toute la journée de tournage : on parle de chirurgie bariatrique ou de relooking et de salle de sport... mais ce n'est pas mon métier la prod télé, donc je n'ai fait que suivre vos consignes.

J'avais gentiment proposé au Dr X de le rencontrer, je pense qu'il a malheureusement beaucoup mieux à faire, mais je regrette profondément qu'un média du service public, désinforme à ce point la population. J'aurais aimé faire passer ce message, qui peut changer la vie de certaines personnes condamnées et qui ne savent pas comment se sauver, voire de nombreuses personnes. Vous parlez vous même Monsieur Y de millions de personnes concernées.

Vous me dites que vous vouliez parler du pionnier de la chirurgie bariatrique, Le Professeur Edward Mason, qui lui-même est le premier aussi à reconnaître le bienfait de ma méthode, qui je le cite, "pourrait sauver la vie de millions de personnes en attente de traitement", mais par éthique du CSA, vous préférez faire abstraction de ce que pense le pionnier lui meme de tout cela. Car lui, Monsieur Y, lui il sait et il n'a pas hésité à en témoigner publiquement.

En attachement, vous trouverez les pages de mon livre en anglais sur lesquelles s'exprime le Dr Mason. Page 23, dans la seconde capture dans le dernier paragraphe vous y trouverez l'essence de son propos. Vous trouverez en 3eme attachement, une capture d'écran de mon site, avec à nouveau les lettres de Pr Mason. La dernière pièce jointe est une capture d'un des nombreux mails que m'a envoyé le Professeur Mason, pour vous en prouver l'authenticité. Il m'y remercie d'avoir dévoué ma vie à ce combat... Lui, l'inventeur des chirurgies de l'obèse... Nous nous écrivons depuis 30 ans, car l'un comme l'autre menons un vrai combat pour l'humain.

Si votre travail consiste vraiment à apporter des solutions et des vérités à ces très nombreuses personnes en péril, je pense Monsieur Y, que vous devriez accepter de me rencontrer, de m'entendre et de diffuser la première partie de mon témoignage. Ce serait la chose à faire, sans qu'aucune mention à mon activité n'ait à apparaître, cela ne me dérange aucunement, ce qui m'importe plus que tout, est le combat que je mène au nom d'une cause bien plus importante que mon égo, et en cela, Le Dr Mason est et restera mon mentor.

Dans l'attente de vous relire sur ces points.

Bien à vous.

Sophie Reverdi"

Mon dernier email restera sans doute à jamais sans réponse. Malheureusement, l'indépendance journalistique française ne pèse pas lourd devant la loi des lobby de l'industrie minceur (dont celui des chirurgies bariatriques en fait partie).


Auteure : Sophie Reverdi, coach comportemental, experte en surpoids et obésité, auteure du livre "Carnet de Route pour apprendre à maigrir et à devenir son propre coach" disponible sur Amazon, conférencière professionnelle, conceptrice du programme Smart and Light (à découvrir ici).

Découvrez la chaîne Youtube "The Love Me Show" de Sophie Reverdi en cliquant sur l'image suivante.

Chaîne Youtube The Love Me Show


Que pensez-vous de l'attitude de cette chaîne de télévision du service public français ? Trouvez-vous scandaleux ou au contraire normal ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :