9 adultes britanniques sur 10 en surpoids en 2050

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 11/11/2008

Le gouvernement anglas sonne l'alarme pour que la population britannique change de comportement alimentaire dès maintenant

90% des adultes britanniques risquent d'être en surpoids ou obèse en 2050, à moins qu'ils changent de comportement alimentaire et qu'ils adoptent des exercices physiques. Telle est l'alerte donnée par le Ministère de la Santé anglais.

Les prévisions ont été tirées des suggestions d'une agence gouvernementale, qui a en outre estimé les coûts directs et indirects liés à l'épidémie de l'obésité s'élèveront à 61 milliards d'euros par an vers 2050. Ces coûts peuvent être réduits si le gouvernement britannique prend des mesures dès 2008.

L'effort de la Grande-Bretagne suit le cours d'actions prises par d'autres états européens depuis quelques temps pour tenter d'endiguer l'épidémie d'obésité.

Des chiffres émergent alors que le gouvernement britannique lance sa plus vaste campagne pour tenter d'endiguer l'épidémie croissante d'obésité, en encourageant les gens à manger plus sainement et à faire de l'exercice régulièrement.

Les statistiques suggèrent maintenant que l'obésité augmente à tel point qu'au cours des 50 prochaines années, environ 90% des adultes habitant au Royaume-Uni seront obèses.

Environ 9 000 personnes meurent prématurément de maladies liées à l'obésité chaque année et un tiers des enfants de 11 et 12 ans sont en surpoids en Grande-Bretagne.

Le ministre de la santé britannique Alan Johnson a déclaré : "C'est la malédiction de la vie moderne : nous mangeons trop et ne faisons pas assez d'exercice pour brûler les calories. Si cette tendance se poursuit, d'ici 2050, neuf adultes sur dix et deux tiers de tous les enfants du Royaume-Uni seront en surpoids ou obèses. L'obésité est le plus grand défi de santé auquel nous sommes confrontés."

En 2007, une étude de l'agence de recherche Foresight avait prédit que les taux d'obésité chez les hommes atteindraient 60% et les femmes 50% d'ici 2050 sur la plus grande île d'Europe.

Le coût pour le pays en matière de santé et de services sociaux devrait atteindre 50 milliards de livres sterling par an, et les médecins affirment que la surcharge pondérale peut réduire de 11 ans la durée de vie.

Cette semaine, Alan Johnson lancera la campagne Change4Life du gouvernement qui a pour devise : "Mange bien, bouge plus, vis plus longtemps".

Un financement de 75 millions de livres sterling a déjà été affecté au programme.

Cadbury, Kraft, Nestlé, Mars et Coca-Cola font partie des 34 entreprises qui ont promis de cofinancer la campagne avec 200 millions de livres sterling. Un grand supermarché du pays annoncera cette semaine qu'il va réduire le prix des fruits et légumes pour encourager une alimentation plus saine.

Des publicités "choc" seront également utilisées pour montrer des images graphiques des niveaux de graisse que les gens consomment.

Neuf villes ont été sélectionnées pour partager un pot de 30 millions de livres sterling afin de mettre en place des idées innovantes pour que leurs habitants soient plus actifs.

Parmi les programmes testés dans le cadre du programme "Health Towns" (en français "villes santé") figure une carte de fidélité permettant aux particuliers de gagner des points en achetant des aliments sains et en participant à des exercices. Ces points peuvent ensuite être échangés gratuitement contre des vêtements de sport ou des équipements de jeux.

D'autres idées incluent la refonte des centres-villes pour encourager la marche et le vélo, un projet de culture de fruits et légumes pour les locataires de logements sociaux, des jardins urbains dans les zones touchées par les inondations de 2007 et un projet de recyclage de vélos afin d'aider les gens à pédaler plus souvent et à prendre soin de leurs vélos.

Des mesures seront prises pour faire des parcs des endroits plus attrayants, et des "couloirs de déplacement actif" seront créés pour relier les foyers aux "centres de santé" (comme les centres sportifs).

Les statistiques montrent que 95% des parents britanniques sont d'avis que l'obésité est un problème, mais seulement 4% reconnaissent que c'est leur problème.

Seulement 11,5% des parents d'enfants obèses ou en surpoids reconnaissent que leurs enfants sont obèses ou en surpoids. Beaucoup se voilent finalement la face ou ne se rendent même pas compte que leur progéniture est en surcharge pondérale.

Voici une vidéo qui sonne l'alarme à propos de l'obésité infantile dans le monde :

Et seulement 38% des adultes britanniques reconnaissent que l'obésité est un facteur de risque de maladie cardiaque. En 2050, environ un quart des moins de 20 ans devraient être obèses.

À l'échelle régionale, les régions du nord-est et de l'ouest de la Grande-Bretagne devraient connaître les niveaux d'obésité les plus élevés, 70% des adultes devant être dangereusement en surpoids dans ces zones.

L'obésité peut être socialement contagieuse et traverser des communautés comme un virus, ont suggéré deux des plus grands économistes britanniques.

Le professeur David Blanchflower, membre du comité de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, et le professeur Andrew Oswald, spécialiste de l'économie du bien-être, pensent que l'obésité peut être due au subconscient des gens.

Puisque les amis et les voisins grossissent, les gens ne ressentent plus le besoin d'être minces, affirment les professeurs.

Les données suggèrent que les personnes vivant dans les pays développés sont environ 10 kg plus lourdes qu'il y a quelques décennies.

"Il existe des preuves que les perceptions d'être en surpoids dépendent non seulement de l'indice de masse corporelle (IMC) d'une personne, mais aussi de leur IMC par rapport aux autres personnes", écrit le chercheur dans un article de recherche de l'Université de Warwick.

Un homme atteint d'obésité porte un Tshirt blanc et s'asseoit sur un banc


> Mise à jour en 2015 (nouvelles estimations de l'OMS pour 2030)

La crise croissante de l'obésité en Europe verra près de trois quarts des hommes et deux tiers des femmes au Royaume-Uni devenir en surpoids en 15 ans, ont déclaré des experts de la santé.

Les projections de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des chercheurs basés au Royaume-Uni mettent au jour un problème "aux proportions énormes" auquel de nombreux pays seront confrontés au cours des dix prochaines années.

L'Irlande mène la tendance, avec de nouveaux chiffres présentés lors du Congrès Européen de l'Obésité (tenu à Prague en 2015) suggérant que 89% des hommes et 85% des femmes du pays seront en surpoids ou obèses d'ici 2030.

Au Royaume-Uni, les chiffres sont comparables. Ils seront de 74% pour les hommes et de 64% pour les femmes, contre 70% et 59% respectivement en 2010. Les statistiques pour 57 pays sont basées sur l'analyse des données existantes pour 2010 et les projections qui impliquaient le Forum Santé du Royaume-Uni (une alliance d'intérêt public et de groupes professionnels).

Les chercheurs sont réticents à présenter les résultats sous forme de tableau en raison de la variété et de la qualité des données. Cependant, le chiffre pour les hommes irlandais n'est égalé que par l'Ouzbékistan.

Être "en surpoids" est défini comme ayant un IMC (Indice de Masse Corporelle, une mesure couvrant la taille et le poids) compris entre 25 et 29,9. Être "obèse" est défini comme ayant un IMC de 30 et plus.

Pour l'étude, la catégorie surpoids comprend les personnes obèses. La proportion d'hommes irlandais obèses devrait passer de 26% à 48%, tandis que celle des hommes en surpoids ou obèses passerait de 74% à 89%.

En termes d'obésité, les estimations montrent un grand bond pour les femmes en Irlande, passant de 23% à 57%. Et le pourcentage pour le surpoids et l'obésité (ensemble) passe de 57% à 85%.

Au Royaume-Uni, 36% des hommes et 33% des femmes devraient être obèses en 2030 contre 26% des deux sexes en 2010.

Les autres pays confrontés à des problèmes croissants d'obésité sont la Grèce, l'Espagne, l'Autriche et la République tchèque. Même la Suède, où la prévalence de l'obésité est traditionnellement faible, connaîtra des augmentations significatives.

Les chercheurs ont déclaré que la plupart des pays ne montrent aucune capacité à rester sous un plafond en ce qui concerne l'obésité des adultes.

Les Pays-Bas sont une exception rare. En 2010, 54% des hommes néerlandais étaient en surpoids, dont 10% étaient obèses. Ces chiffres devraient tomber à 49% et 8% respectivement. Pour les néerlandaises, les chiffres de 2030 seront de 43% et 9%, contre 44% et 13% en 2010.

João Breda, du bureau régional de l'OMS à Copenhague, a déclaré : "Bien qu'il s'agisse d'un exercice de prévision, les données doivent être prises avec une extrême prudence. Deux messages forts ressortent : premièrement la disponibilité et la qualité des données dans les pays doivent être améliorées, et deuxièmement ces prédictions montrent qu'il y a beaucoup de choses à faire en termes de prévention et de lutte contre l'obésité."

Laura Webber, de l'alliance "Forum Santé du Royaume-Uni", a averti qu'il y avait "une image inquiétante" de l'augmentation de l'obésité à travers l'Europe. Elle a déclaré : "Bien qu'il n'y ait pas de solution miracle pour lutter contre l'épidémie d'obésité, les gouvernements doivent faire plus d'efforts pour limiter la commercialisation des aliments malsains et pour rendre les aliments sains plus abordables."

Laura Webber a déclaré que l'actuel "environnement obèsegénique" (un néologisme) encourage la surconsommation d'aliments à haute densité énergétique et décourage l'activité physique.

Restreindre la commercialisation d'aliments malsains pour les enfants, rendre les aliments plus sains plus abordables (par exemple en subventionnant les fruits et légumes et en rendant les aliments moins sains plus chers en utilisant des taxes, par exemple sur les boissons sucrées), sont des mesures nécessaires selon elle.

"Il devrait y avoir moins de sucres et de graisses dans les aliments transformés et un étiquetage nutritionnel plus clair", a déclaré Laura Webber.

Dans un autre rapport présenté au Congrès Européen de l'Obésité à Prague, Dragos Petrescu (de l'unité de recherche sur le comportement et la santé de l'Université de Cambridge) déclare que seule une minorité des populations britanniques et américaines sont susceptibles de supporter des taxes supplémentaires sur les aliments malsains.

Les gens se laisseront aller à manger plus sainement si on leur proposait de plus petites portions, des changements d'emballage et des présentations plus importantes pour les aliments minceur, dit-il, après que son équipe ait étudié les opinions de près de 1100 personnes dans chaque pays.

L'industrie alimentaire souligne les changements qu'elle affirme apporter à la réduction des calories, à la reformulation des recettes, à la réduction de la taille des emballages et des portions et à l'augmentation des dépenses publicitaires pour éduquer le public sur la saine alimentation.

Cependant, l'analyse de l'accord de responsabilité volontaire en matière de santé publique en Angleterre entre le ministère de la Santé et l'industrie sur la nourriture, l'alcool et l'exercice physique a soulevé des questions sur l'efficacité des arrangements actuels.

Une équipe scientifique de l'École d'Hygiène et de Médecine Tropicale de Londres a déclaré qu'il était difficile d'établir la qualité et l'ampleur de ces changements en raison du manque de rapports d'étape.

L'équipe de chercheurs a déclaré que les changements devaient être "basés sur des preuves, bien définis et mesurables", poussant les entreprises à aller au-delà du "du business comme d'habitude" avec des pénalités claires pour celles qui n'ont pas démontré de progrès.

Voici une vidéo qui résume le problème d'obésité en quelques grandes lignes :

Pour mémoire, en 2008, on estime que 75% des britanniques sont en surpoids ou obèse. Voici l'article qui en parle.

En France, plus de la moitié des adultes sont en surpoids ou obèses. Nous en parlions ici.


Que pensez-vous de ces estimations ? Les prévisions de l'OMS vous alarment-elles ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
john  |  11 novembre 2008, 11:59
c'e dingue comme l'europe rattrape les etats-unis dans l'obésité, c'e très inquiétant tout de même.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
* Texte :