L'obésité pendant la grossesse est dangereuse

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 21/10/2008

Les femmes enceintes qui sont obèses ou en surpoids se mettent elles et leur bébé en risque de complications médicales, vient d'avertir une étude

Les maladies qui durent longtemps, tel le diabète ou l'obésité, menacent les mères qui sont obèses ou en surpoids au moment de leur grossesse, ainsi que leurs enfants, quelques fois causent même la mort.

L'étude a trouvé que les bébés de telles femmes pourraient souffrir de défauts physiques à la naissance, ont besoin de soins particuliers de la part des infirmières après des naissances prématurées, et son souvent eux-aussi en surpoids. Une tendance qui continue après l'enfance et jusqu'à l'âge adulte.

L'étude a analysé 50 femmes enceintes classées comme en surpoids ou obèses par leur Indice de Masse Corporelle (IMC).

Les mères en surpoids ou obèses étaient souvent en risque de diabète, de haute pression sanguine, d'accouchement par césarienne, tandis que le cancer et les maladies du coeur pourraient se développer chez elles.

Un groupe de spécialistes médicaux à l'hôpital "Royal Brisbane and Women's Hospital" (RBWH) sont en train d'étudier le problème dans le butt d'éduquer les mères à risques et de prévenir les maladies chroniques chez les mamans et bébés.

Des recherches plus avancées font également de découvrertes perturbantes que les nombreuses mères à risques sont souvent issues de bas niveau sociodémographique (CSP-) ou ont des origines violentes ou ont souffert de problèmes psychologiques majeurs.

"Un grand nombre de ces femmes ont des traumas profonds", dit Leonie Calloway, une spécialiste en médecine maternelle et foétale de RBWH.

"Elles ont été sexuellement abusées, battues, engagées précédemment dans des relations violentes."

10% des femmes qui rentrent dans l'hôpital RBWH ont souffert d'une histoire d'abus sexuel, poursuit la doctoresse Calloway. De nombreuses femmes analysées par l'étude ont également des problèmes pour allaiter sur une longue période, la plupart devait arrêter d'allaiter au bout de 6 semaines à peine après la naissance.

Les chercheurs visent avec les découvertes de leur étude à éduquer les mères à risques, afin de leur faire changer de comportement alimentaire avant qu'il soit trop tard (pour que les naissances suivantes se passent mieux par exemple, éviter les naissances prématurées, réduire les coûts pour la sécurité sociale qui doit prendre en charge les complications médicales de ces femmes à risques et leurs bébés).


Que pensez-vous de cette actualité ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
anacraiova  |  20 juin 2012, 23:54
tout dabbord je trouve très "vieille école" de dire que si on est en surpoid ou légere obésite on fait de la tension diabète ou autre les risque sont plus accrue mais on peux aussi se dire qu'une femme enceinte d'imc normal qui prend beaucoup de poid durant la grossesse a des risque encore plus important alors que la femme obèse va avir peur de prendre trop de poid et faire attention ;)
didine  |  07 mai 2012, 17:57
Bien tient, je suis en surpoids et j'ai 2 enfants en excellente santé j'allaite depuis 11semaines et pas de difficulté, j'ai pas eu de diabete et meme limite pas de sucre, c'est par parce qu'on est en surpoids ou obese qu'on fait du diabete.
marguerite kuster  |  28 octobre 2008, 20:16
J'ai pas mal de commentaires mais je ne sais pas écrire le français, je fais beaucoup de fautes alors je n'ose pas commenter.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :