Les secrets inavouables de la graisse saturée révélés

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 17/09/2011

Une nouvelle étude vient de faire une découverte qui pourrait changer beaucoup de choses si elle est valide sur les humains.

Les médecins sont unanimes pour dire que consommer des aliments à haute teneur en graisses saturées (comme le beurre, la crème, le porc, etc.) peut provoquer des maladies du coeur, l'obésité et le diabète. Inversement, les aliments riches en graisses insaturées (comme les olives et le saumon) peuvent produire l'effet inverse.

Pourtant, personne ne savait pourquoi, jusqu'à peut-être maintenant. Fin septembre dans la revue "Cell", des chercheurs de l'Université de Californie (à San Diego, Etats-Unis) ont publié une étude constatant que les graisses saturées obstruent littéralement les membranes cellulaires au niveau moléculaire. Cette obstruction provoque une signalisation cellulaire anormale qui finit par déstabiliser le métabolisme de base. Découvrez aussi la liste des 10 aliments qui contiennent le plus de graisses saturées.

Si ces chercheurs ont raison, c'est-à-dire si leurs travaux réalisés sur les souris de laboratoire s'avèrent corrects aussi sur les humains, alors ils ont imaginé une nouvelle classe de compléments alimentaires ou de produits pharmaceutiques pour inverser les effets d'une alimentation riche en graisses.


> Des connaissances figées

Les matières grasses saturées ont tendance à être solides à température ambiante. Elles contiennent des acides gras qui sont saturés (chimiquement parlant) d'atomes d'hydrogène. Les atomes de carbone sont liés à autant d'atomes d'hydrogène que possible. Les graisses insaturées contiennent des acides gras qui présentent une plus faible proportion de carbone attaché à l'hydrogène.

Depuis plus d'une décennie, les chercheurs savent que les acides gras saturés activent (sans qu'ils sachent comment) les enzymes associées au développement de l'insulino-résistance (un précurseur du diabète) et de l'athérosclérose (les artères sont bouchées). Les graisses insaturées peuvent bloquer ces enzymes à l'intérieur de nos cellules. Ces enzymes, appelées kinases c-Jun, travailler à un niveau subcellulaire. Lisez aussi pourquoi les acides gras saturés et la malbouffe poussent à la suralimentation.

S'appuyant sur cette connaissance, une équipe de chercheurs de l'Université de Californie dirigée par Michael Karin (un professeur en pharmacologie) a spéculé que quelque chose se trouvant dans les membranes cellulaires doit être capable de faire la distinction entre les graisses saturées et insaturées, activant ou désactivant des kinases c-Jun. Dans leur nouvelle étude, l'équipe a fini par identifier une autre enzyme, appelée c-Src (kynases de la famille Src), qui réside à l'intérieur d'une membrane cellulaire.

Apparemment, les acides gras saturés étouffent et poussent l'enzyme c-Src plus profondément dans la membrane cellulaire, vers des zones qui sont plus rigides. La c-Src s'amasse ici et se transforme en une forme activée qui amène alors les kinases c-Jun à commencer leur travail, mettant en mouvement les réactions chimiques qui expliquent la résistance à l'insuline et des maladies cardio-vasculaires. Lisez aussi les graisses alimentaires à sélectionner.

Les graisses insaturées, en revanche, bloquent l'agrégation de la c-Src et empêchent ainsi l'ensemble de la cascade de signalisation chimique perturbante.


> Une pilule vous rend plus petits

Pour les scientifiques, les conclusions de cette étude fournissent un nouveau modèle pour la manière dont la composition des membranes cellulaires peut déclencher les différentes cascades de signalisation.

Considérez la manière dont les acides gras polyinsaturés tels que l'EPA (également appelée l'acide eicosapentaénoïque) et les oméga-3 sont disponibles sous forme de pilule, plus ou moins dans leur état naturel. Ce ne sont pas des remèdes miracles, mais ils aident certaines personnes à baisser leur taux de cholestérol sanguin (c'est-à-dire leur taux de graisses dans le sang).

Avec une meilleure compréhension des raisons pour lesquelles les graisses insaturées peuvent avoir des effets protecteurs, les médecins pourraient être en mesure d'identifier des molécules similaires à l'EPA, dit Michael Karin. Ces molécules, livrées dans une pilule, pourraient inverser le cycle négatif mis en vigueur par le diabète et d'autres maladies chroniques.

Si prendre une pilule vous irrite, ou si vous ne pouvez pas attendre une décennie pour voir une telle pilule arriver sur le marché, vous pouvez toujours suivre un régime qui s'efforce à réduire les graisses saturées. Cela signifie manger moins de viandes et davantage de légumes et de grains entiers.

Alors que certains médecins recommandent de manger ce qu'on appelle de la viande maigre (sans peau ni graisse), l'existence même de la viande maigre implique l'existence de la viande grasse, que quelqu'un d'autre, quelqu'un qui n'a pas les moyens de délaisser les parties grasses, mangera. Et ce n'est pas une façon de nourrir une planète.


Que pensez-vous de cette étude ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
Il n'y a pas encore de réaction. N'hésitez pas à en rédiger une en utilisant le formulaire ci-dessous.
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :