Les parents devraient-ils perdre la garde des enfants très obèses ?

Publié par la rédaction de RegimesMaigrir.com le 13/07/2011

Certains experts estiment que les parents des enfants extrêmement obèses devraient perdre leur garde au moins temporairement.

Est-ce que les parents des enfants extrêmement obèses devraient perdre la garde de ces enfants à cause d'une "incapacité" à contrôler le poids (de ces enfants) ? Un éditorial au ton intentionnellement provoquant vient de poser cette question dans l'une des revues médicales les plus distinguées des Etats-Unis (la respectable revue de la "American Medical Association"). Les auteurs de l'éditorial rejoignent une grande troupe silencieuse d'experts qui militent pour une réponse positive à cette question, à savoir que le gouvernement devrait donner l'autorisation d'intervenir dans les cas extrêmes. Lisez aussi : Que faire pour combattre l'obésité infantile en famille ? (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=784)

Ce cas de familles où les parents ont des enfants très obèses existe dans d'innombrables villes des Etats-Unis, et l'éditorial trouve que mettre ces enfants temporairement dans une famille d'accueil s'avère plus éthique dans certains cas que de les faire subir une opération de chirurgie anti-obésité (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=711).

Divers experts, notamment des spécialistes en obésité infantile, disent que le but n'est pas d'accuser les parents. Retirer la garde aux parents des enfants très obèses permet plutôt d'agir dans le meilleur intérêt des enfants très obèses, et leur donner une aide que - quelle que soit la raison - leurs parents ne peuvent pas apporter. Lisez aussi : Comment donner l'habitude aux enfants de manger sain et de faire de l'exercice ? (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=706)

"Une intervention du gouvernement soutiendra de manière idéale non seulement l'enfant très obèse mais aussi toute la famille, avec l'objectif de réunir l'enfant et sa famille le plus vite possible (après l'avoir aidé). Cette intervention peut exiger des instructions sur l'éducation des enfants", déclare le docteur Ludwig et la doctoresse Murtagh, auteurs de l'éditorial et experts qui interviennent à l'université de Harvard (Etats-Unis). Lisez aussi les 7 choses à faire pour éviter l'obésité des enfants (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=291).

"Malgré le sentiment de gêne lié à l'intervention de l'État, celle-ci peut être parfois nécessaire pour protéger un enfant", dit la doctoresse Murtagh.

Mais d'autres experts (dont des bioéthiciens) s'inquiètent du fait que le débat risque de mettre trop de responsabilités sur les parents. Les enfants très obèses sont victimes de publicités, du marketing intensif, de la pression du groupe et de l'intimidation, des choses que les parents ne peuvent pas contrôler. Lisez aussi : Les publicités TV pourraient contribuer à l'obésité infantile (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=164).

Si vous allez changer le poids d'un enfant très obèse, vous devrez changer le poids de tous les enfants très obèses, et cela n'est guère justifiable légalement aux Etats-Unis. Approximativement 12 millions d'enfants et adolescents américains sont obèses. Sur ceux-là, environ 2 millions d'enfants américains sont extrêmement obèses. Lisez aussi : Il y a plus de personnes obèses qu'en surpoids aux Etats-Unis (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=213).

La plupart de ces enfants très obèses ne sont pas en danger imminent, mais certains souffrent de maladies liées à l'obésité comme le diabète de type 2, des difficultés respiratoires, des problèmes de foie, etc. Ces maladies pourraient représenter un danger pour leur vie dès l'âge de 30 ans.

Pour ces enfants très obèses, les auteurs de l'éditorial estiment que l'intervention de l'État devrait être envisagée : éducation de leurs parents, rééquilibrage alimentaire de ces enfants, entraînement de leurs parents pour qu'ils sachent nourrir plus sainement leurs progénitures, garde protectrice temporaire dans les cas les plus extrêmes (faire perdre la garde aux parents de façon temporaire).

Bien que certains médecins encouragent la chirurgie anti-obésité pour les adolescents très obèses, les auteurs de l'éditorial trouvent qu'elle n'a pas été utilisée depuis longtemps comme traitement de l'obésité sur les adolescents et peut impliquer des complications graves et dangereuses. En fait, les experts ne maîtrisent pas la sécurité et l'efficacité de ces procédures chirurgicales quand elles sont effectuées à chez les adolescents. Lisez aussi : Contrôler l'obésité pour réduire le risque de cancer chez les enfants (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=229).

Le docteur Ludwig dit qu'il a commencé à penser à la possibilité d'enlever la garde des enfants très obèses à leurs parents après qu'une fille de 3 ans et de 40 kilos ait visité sa clinique en 2001 pour traiter son obésité. Les parents de cette petite fille avaient des handicaps physiques, peu d'argent et des difficultés à contrôler son poids. En 2010, cette même fille devenue adolescente était revenue consulter le docteur Ludwig. Elle a 12 ans et pesa 181 kilos. L'adolescente avait développé le diabète, des problèmes de cholestérol, l'hypertension et l'apnée du sommeil. Lisez aussi : La Roumanie oblige un garçon obèse de 7 ans à suivre un régime strict (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=43).

"Dans un souci médical, l'État avait retiré la garde de cette adolescente à ses parents et l'ont placé dans une famille d'accueil, où elle prenait simplement 3 repas équilibrés chaque jour en plus d'une collation ou deux, et faisait de l'activité physique modérée", dit le docteur Ludwig. Après 12 mois, l'adolescente avait perdu 60 kilos. Bien qu'elle reste obèse en 2011 à 121 kilos, son diabète et son apnée du sommeil avaient disparu. L'État américain continue de placer cette fille en famille d'accueil, le temps qu'elle retrouve un poids santé (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=662).


Dans un article publié en 2010 par la célèbre revue "British Medical Journal", le pédiatre anglais Russell Viner et ses collègues avaient déclaré que l'obésité était un facteur pris en compte dans divers cas de protection d'enfants en Grande-Bretagne. Ils soutiennent que les services de protection de l'enfance devraient être envisagés si les parents sont négligents ou rejettent activement des efforts de contrôler le poids d'un enfant extrêmement obèse. Lisez aussi : Comment habituer les enfants à adopter un style de vie sain ? (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=864)


Un article d'opinion publié en 2009 dans la revue "Pediatrics" avait émis des arguments similaires. Ses auteurs disaient que les parents d'un enfant très obèse devraient perdre sa garde, et l'enfant devrait être enlevé de son domicile pour être placé dans une famille d'accueil quand toutes les options raisonnables alternatives ont été épuisées. Lisez aussi : Comment les adolescents peuvent-ils mieux contrôler leur poids corporel ? (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=484)

Cet article discutait du cas d'une fille de 16 ans qui pesait 199 kilos. Elle avait développé des problèmes respiratoires à cause de son poids excessif, et avait presque succombé à l'hôpital de l'Université de Wisconsin (Etats-Unis). Les médecins débattaient de la nécessité de signaler sa famille aux services de protection de l'enfance pour négligence. Mais les médecins n'avaient finalement pas dénoncé la famille de l'adolescente car celle-ci s'était engagée à prendre soin d'elle. La fille avait perdu environ 45 kilos dans les 12 mois qui suivaient sa crise respiratoire, preuve que des parents qui prennent soin de leurs enfants peuvent tout à fait les aider à combattre une obésité, fût-elle extrême. Lisez aussi nos astuces pour maigrir de plus de 40 kilogrammes (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=166).


En matière d'obésité infantile, l'intervention de l'État ne doit pas nécessairement impliquer de nouvelles obligations légales selon le docteur Ludwig. Les fournisseurs de soins de santé sont tenus de signaler les enfants qui rencontrent un risque immédiat, et cela pour une variété de raisons, y compris la négligence, les mauvais traitements, le retard staturo-pondéral (déficit ou retard de la croissance, tant staturale que pondérale, ce qui survient quand les enfants sont très maigres) (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=1067).


Jerri Gray, une mère célibataire américaine qui a perdu en 2009 la garde de son fils de 14 ans qui pesa 251 kilos, dit que les autorités ne comprennent pas les défis auxquels les familles doivent faire face quand elles essaient de contrôler le poids de leurs enfants très obèses.

"J'avais en permanence deux emplois afin de pouvoir régler le loyer, l'électricité, les frais de nourriture, les frais de transport, etc. et pour ne pas finir dans la rue", dit-elle. La mère dit qu'elle n'avait pas souvent le temps de faire la cuisine, alors elle achetait régulièrement des repas fast-food pour son garçon. Elle dit avoir demandé de l'aide à des médecins pour traiter le grand appétit de son enfant, mais était quand même accusée de négligence (manque de soin). Lisez aussi : Comment préparer les repas de famille sainement ? (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=653)

La soeur de cette mère célibataire a désormais la garde du garçon, aujourd'hui de 16 ans. La soeur a de l'argent nécessaire pour aider cet adolescent à adopter un régime alimentaire spécial et à faire de l'exercice régulièrement. Depuis 2009, l'adolescent a perdu plus de 90 kilos.

"Même si je trouve génial que mon garçon ait pu perdre du poids, cela me fend le coeur de l'entendre dire à chaque visite que je lui manque et qu'il veut vraiment revenir vivre avec moi. Les services de protection de l'enfance ont causé beaucoup de dégâts à notre relation mère-garçon en nous séparant, en retirant ma garde", dit Jerri Gray. Lisez aussi : Le garçon le plus gros du monde est Dzhambik Khatokhov (Jambik) (http://www.regimesmaigrir.com/records-du-monde/garcon-le-plus-gros.php).


Stormy Bradley, une mère américaine dont la fille de 14 ans est en surpoids, est en train de participer au groupe "Pour arrêter l'obésité infantile" dans sa ville. Elle dit être solidaire avec les familles qui risquent de perdre la garde de leurs enfants très obèses parce que d'autres personnes les ont signalé aux services de protection de l'enfance. Lisez aussi : La puberté précoce des filles serait liée à l'obésité (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=800).

"Les aliments sains coûtent souvent plus chers, et essayer de surveiller le poids des enfants peut être difficile, surtout quand ces enfants atteignent l'adolescence et rejettent le contrôle parental", dit-elle. "Mais faire perdre la garde de ces enfants extrêmement obèses à leurs parents semble définitivement trop extrême", poursuit-elle. Lisez aussi nos conseils pour économiser de l'argent pendant un régime (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=268).


"Si nous donnons au gouvernement le choix d'enlever les enfants très obèses de leurs maisons, nous savons par expérience avec les cas de mauvais traitement des enfants et de négligence que de nombreuses agences de protection de l'enfance seront trop promptes à mettre des enfants en surpoids dans des familles d'accueil", dit le docteur Orentlicher, co-directeur à l'Université d'Indiana (Etats-Unis), qui n'approuve pas l'idée d'une intervention de l'État. Lisez aussi : Comment préparer des repas sains pour la rentrée de vos enfants ? (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=440)

"Parfois, il est plus facile d'enlever un enfant de sa maison que de prendre du temps et des ressources pour apporter la bonne solution au problème. Je crois que l'obésité morbide chez un enfant est un problème grave, mais la meilleure approche reste de la prévenir plutôt que de la guérir. Toutefois, quand nous avons besoin de la guérir, pour le moment, l'État devrait identifier le problème et offrir des solutions, mais pas de les imposer", dit-il. Lisez aussi : Comment aider votre enfant en surpoids à perdre du poids ? (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=793)


La doctoresse Lainie Ross, une éthicienne médicale exerçant à l'Université de Chicago (Etats-Unis), dit qu'il y a "un stigmate avec l'intervention de l'État. Les autorités devraient simplement le faire avec prudence et humilité, et s'assurer qu'elles peuvent dire que leurs interventions vont faire plus de bien que de mal, à la fois aux parents et aux enfants très obèses". Lisez aussi : Lien entre l'obésité infantile et manque de sommeil (http://www.regimesmaigrir.com/actualites/article.php?id=113).


Et vous, pensez-vous que les services de protection de l'enfance devraient retirer la garde des enfants très obèses à leurs parents ? Lisez les commentaires ou donnez votre avis plus bas sur cette page. Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander sur Facebook, de le tweeter, de lui donner un vote +1 sur Google Plus.

> COMMENTAIRES / TÉMOIGNAGES (cliquez ici pour rédiger votre commentaire)
fougere  |  03 août 2011, 10:11
Pourquoi toujours incriminer les parents et notamment la mère?En quoi éloigner un enfant de sa cellule familiale peut se révéler bénéfique?Je trouve que c'est un peu simpliste car quoi que l'on fasse, cela n'est jamais assez bien au regard des spécialistes.Je pense que la plupart des parents sont prêts à revoir leurs habitudes alimentaires et leur mode de vie si tant est que l'on leur en laisse l'opportunité et qu'on les soutienne et non qu'on les juge.
M. MAILAT  |  18 juillet 2011, 15:48
La fabrication idéologique d'une "pensée unique", médicalisée à fond, portant atteint aux réseaux de parenté de l'enfant, à sa vie dans son espace privé, bat son plein grâce au pouvoir médical. La figure de la mère a bon dos, comme dans l'autisme, l'an0rexie, etc. Encore un bouc-émissaire de cette société de consommation qui ne s'interroge pas sur le fait que l'obésité est un résultat de ce que l'on construisent les institutions, donc, l'Etat, les chaînes de consommation, les médias, etc. pour les familles des pauvres. Quand une mère doit assumer deux boulots pour subvenir au minimum de ses obligations (loyer, électricité) il ne manque que de placer son enfant...bingo! Enfant obèse de familles pauvres, quoi de mieux que de culpabiliser les parents et de leur infliger la punition du placement? Même en terme financier, peut-être que cela nous coûtera moins cher d'aider une famille pauvre que le coût d'un placement d'enfant. mais en terme de grande distribution, de l'appât du gain dont profite l'Etat et qui produit l'obésité, tous les pouvoirs (étatiques, de consommation, de distribution, les experts) perdront plus d'argent. Aucun Etat, aucun pouvoir médical ne fera appel aux économistes, philosophes, anthropologue pour développer une recherche sur l'obésité comme un aspect de la pauvreté, parce qu'ils ont besoin de continuer à produire de l'obésité et de la culpabilité. Le cercle vicieux ou la boucle qui transforme l'homme en consommateur misérable et en déchet. (cf. Canguilhem, anthropologue et philosophe et médecin)

Du moment où l'individu devient un produit recyclable, un déchet, tous les discours sur l'obésité comme sur l'anorexie se tournent contre les gens. Remettre des couches et des couches pour culpabiliser les parents, cela n'a pas de prix pour cette technocratie médicale de mèche avec le système artificiel de distribution des aliments pour chiens, vaches et enfants. En quoi un enfant délogé de chez lui, coupé des siens, scolarisé dans un autre lieu, placé dans un monde d'inconnus se portera mieux? Il basculera de l'obésité à l'an0rexie!? Et ça sera gagné!? L'idéologie anti-filiation, la coupure du lien parent-enfants a été pratiqué déjà pour les enfants an0rexiques et aucune évaluation ne permet de dire que cette interventionnisme du pouvoir médical-étatique a marché. Mais, la police des familles (Donzelot) est la machine qui attire les experts comme des mouches. A lire le philosophe Gunther Anders sur l'obsolescence de l'homme dans une société où l'enfant est un objet que l'on déplace selon le pouvoir dominant du moment... Ou Ian Hacking ou encore Mary Douglas (anthropologues, philosophes)
M. Mailat, anthropologue de l'enfance
lilymuse  |  15 juillet 2011, 18:17
Je pense qu'il faudrait dans un premier temps éloigner l'enfant de la cellule familiale, pour son bien et afin de faire réagir le ou les parents sur les problèmes de santé que peut engendrer l'obésité. Si, suite à cet éloignement "thérapeutique", les parents s'engagent enfin à prendre leurs responsabilités, l'enfant rentrera à la maison et tout finira bien dans le meilleur des mondes, dans le cas contraire, oui, il faut leur enlever la garde de leur enfant car il est autant en danger qu'un gamin qui joue tout seul près de l'autoroute...tôt ou tard...
Les parents qui se plaignent de ne pas pouvoir les surveiller cause double emploi etc...doivent savoir qu'ils ne sont pas les seuls à être "débordés", j'ai élevé mes 3 enfants seule pendant plus de10 ans en travaillant (et je ne suis pas cadre)j'ai moi aussi adhéré de nombreuses fois aux plats "vite fait, bien fait", par contre, pas de sodas à demeure dans le frigidaire, ni 3 tonnes de bonbons et de gâteaux dans les placards et un minimum de surveillance. Les aimer c'est aussi prendre soin de leur santé et l'alimentation en fait parti...
Champs obligatoires : "Nom" et "Texte"
* Nom / Pseudo :
Adresse e-mail :
Cacher l'adresse e-mail (décochez si vous souhaitez qu'on puisse vous répondre)

* Texte :

> Articles en rapport

Recevez gratuitement notre newsletter :